Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

De l'art d'être un parent naze

Publié le 21 Septembre 2016 par KRo

Hier un monsieur en retard a fait passer sa gamine, à son corps défendant (Mais t'es relou mec, on est en retard, ok, on est en retard, mais on va attendre tranquillement qu'on vienne nous ouvrir et puis c'est tout, me fout pas la honte!), par dessus le portail de la cour et puis après m'a tenu la jambe pendant au moins 10 minutes alors que je devais entrer en classe, tout ça parce que des enseignantes le voyant faire lui avait "mal parlé"!

Je me marre.

Le gars me fait un flan parce que "Oui, quand même à l'Education Nationale faut toujours que vous donniez des leçons à tout le monde. Moi j'ai 40 ans, j'en ai pas 8, y'a quand même une façon de parler aux gens!"

Dis donc mon con, les collègues te disent que ce n'est pas correct de faire ça et tu leur réponds que "Ça va bien avec vous faut toujours être à l'heure!". C'est quand même que t'as envie de jouer non? Alors moi je trouve que te faire savoir sur un ton ferme que ce que tu viens de faire ce n'est pas bien, ce n'est pas cher payé. T'as de la chance que ce soient elles qui t'aient chopé, je t'assure qu'avec moi ça aurait picoté un peu plus, alors tu vas pas nous en chier un carillon! Tu prends ta banane, ton dollar, salut et marche à l'ombre!

Et bien si. 10 minutes avec lui qui râle et moi qui, en boucle, lui répète : "Vous avez fait une erreur, elle est inacceptable, c'est normal qu'on vous le fasse remarquer, admettez-le et point, on en reste là."

Impossible! Le mec ne pouvait pas en rester là, il fallait qu'il tente d'avoir le dernier mot (avec moi, hi, hi, hi ... C'est dommage, j'avais ma classe qui m'attendait donc je ne pouvais pas rester beaucoup plus longtemps mais sinon je suis hyper forte à ce jeu là et en plus j'étais prête à jouer, mentalement je commençais mes échauffements, c'est bête, une autre fois peut-être ! ;o) )
Je lui ai même répondu qu'en tant qu'adulte de 40 ans il pouvait prendre un petit peu sur lui et comprendre qu'on lui parle un peu sèchement quand on constate qu'il a un comportement inapproprié. Mais non, pas possible, le mec m'a fait 103 raisonnements plus pourris les uns que les autres pour tenter de se justifier et de montrer que dans cette affaire, les collègues, l'école et même l'Education Nationale avaient, au fond, plus de torts que lui.

Ça craint d'avoir des parents aussi nazes!

Lire la suite

Alice au pays des stagiaires

Publié le 18 Septembre 2016 par KRo

Déjà, le jour de la pré-rentrée, elle m'avait regardée ranger toutes les fournitures commandées sans daigner bouger son séant du fauteuil de bureau dans lequel elle était installée, vissée à son ordi alors que moi j'avais mille trucs à faire et que je lui avais demandé plus tôt de s'en occuper. Ça m'avait passablement gonflée mais j'avais pris sur moi. Je n'avais rien dit parce que j'avais bien eu conscience que si une phrase sortait de ma bouche à ce moment là, je l'aurais pourrie.

Depuis, elle se comporte comme si elle était élève, alors que ça normalement c'est son statut pendant qu'elle est en formation théorique l'autre moitié de la semaine. A l'école, elle est payée pour bosser comme n'importe lequel d'entre nous. Et moi, contrairement aux maîtres formateurs qui vont venir la voir 3 fois dans l'année pour parler de ses pratiques pédagogiques, je ne suis pas du tout payée en plus pour lui apprendre toute l'année tous les aspects de son métier sur le terrain.

Or, elle ne prend aucune initiative, attend qu'on lui dise et re-dise quoi faire et comment faire. Exemple : 4 gamins se sont battus en récréation, elle ne sait pas quoi faire? Et bien : tu soignes, tu les écoutes, tu mènes ta petite enquête en croisant les infos, tu leur remontes les bretelles et tu fais un rappel des règles et puis si ça ne suffit pas tu punis ceux qui le méritent. La procédure ne me paraît pas incroyable à deviner! La mener à bien correctement demande un peu d'expérience et peut-être de l'aide, mais la tenter ... faut juste arrêter de croire que tu n'es là qu'en observation!

Ou, elle me parle d'un élève particulièrement difficile juste devant la dame qui fait le ménage dans la classe et qui bien entendu habite la commune, alors que je lui ai dit expressément de faire attention à ce qu'on appelle la con-fi-den-tia-li-té.

Ou encore, elle sort faire du sport sans trousse de pharmacie, sans les médicaments des élèves qui ont des PAI, sans les fiches de renseignements avec les numéros des parents et encore, il a fallu que je lui rappelle la veille de me remplir la demande d'autorisation de sortie. C'est Alice au pays des merveilles (et moi la terrible reine de cœur) mais elle ne se rend pas compte que si sur le chemin un gamin se fait mordre par un chien (ce qui m'est déjà arrivé), si au cours de la séance de sport un enfant fait une crise d'asthme sévère, ou je ne sais quoi d'autre, ça peut être grave et ce sera tout pour sa pomme, son assurance perso et même, si cela va loin, sa responsabilité pénale individuelle parce que déjà que lorsqu'on fait les trucs dans les règles on n'est que très moyennement protégé par notre hiérarchie, mais alors si ce n'est pas le cas, t'as vite fait de te retrouver une main devant, une main derrière.

Et puis pour organiser en duo notre réunion de rentrée qui avait lieu vendredi, je lui avais proposé qu'on prépare ce qu'on avait à dire et les différents sujets à aborder chacune de notre côté et qu'on mette ça en commun jeudi midi. Alors jeudi, je me pointe avec mon doc qui fait à peu près 4 pages (et pas tapées en arial 22). J'ai mes différents paragraphes avec les thèmes à aborder, j'suis au taquet. J'arrive en salle des maîtres, elle a fini de manger. Je me mets moi-même à me sustenter à quelques places de là parce que d'autres collègues sont déjà assises et dis :

- On s'y met ?

Et là elle se lève et vient se planter quasiment derrière moi, adossée à un meuble.

- Euh, tu peux t'asseoir, ce sera plus simple.
(Et puis surtout, je vais pas te faire un exposé, ça s'appelle une réunion de travail, faut que tu participes.)

Elle s'exécute et je prends dans les mains mon doc jusque là posé sur la table. Et là, elle attrape un bout de papier et un stylo qui traînent sur la table. Donc en fait je me retrouve tout simplement à lui proposer une répartition de ce que j'ai prévu d'exposer aux parents, histoire qu'elle ait quand même des trucs à dire et donc qu'elle passe pour une vraie maîtresse (comme quoi, malgré ce qu'on croit, je suis trop gentille). Elle, elle n'a rien glandé. Elle attend tout de moi.
C'est bizarre quand même non? Parce que moi quand j'ai commencé, j'étais déjà plus toute jeune, donc je pouvais laisser supposer aux parents d'élèves que j'avais déjà eu des classes ailleurs, dans d'autres écoles. Et pourtant j'avais réfléchi un moment pour préparer correctement ma réunion de rentrée. Alors que là, physiquement on se doute qu'elle n'est pas bien vieille, mais si en plus, elle n'a pas du tout préparé ce qu'elle doit dire, elle va avoir du mal à montrer qu'elle maîtrise la situation voire même à faire supposer qu'elle a un petit peu d'expérience. Certains parents ont très vite fait de se régaler de jeunes gens comme ça : ils les repèrent, les attaquent à la première occasion et puis leur pourrissent leur année et leur réputation. Le seul bon côté des choses dans ces cas là, c'est que vu ton statut, tu n'as pas encore de poste fixe et l'année suivante tu ne recommenceras pas les mêmes erreurs dans une autre école.

Enfin, pour couronner le tout, le soir de la réunion, elle démarre en cherchant des yeux sur MA feuille ce qu'elle doit dire vu que j'ai consciencieusement noté dans la marge qui s'occupait de quelle partie. Mais malgré ce support , elle commence par ce que nous avions convenu de dire en point n°4 donc exit la présentation de la classe, de ce à quoi doit servir le CM2, des principes de fonctionnement généraux de la classe et des différents cahiers et classeurs ou manuels. On est passé directement aux matières dont elle s'occupe elle. Et moi, derrière, j'ai galéré pendant une heure pour essayer de rattraper le coup ou plutôt les coups parce que tout a été à l'avenant malgré mes "Tu peux peut-être parler de ceci?"ou "Tu dis un mot de cela?" pour essayer de la repêcher (d'ailleurs pourquoi me suis-je acharnée, mystère): aucune cohérence, aucun enchaînement logique, un gros fourzytout d'informations dans tous les sens ... J'étais dégoûtée!

Lire la suite

Il a un chat et un canapé noir

Publié le 18 Septembre 2016 par KRo

Une demoiselle de 18/20 ans vient à ma rencontre vendredi soir au portail :

- Bonjour.

- Bonjour, je viens chercher Adrian.

- Oui, Adrian comment?

- Euh... Je n'sais pas.

- ??!

- Mais je suis sa nounou! J'ai ma carte d'identité et tout.

- (Oui enfin, même les tueurs en série ont des cartes d'identité, ça me fait une belle jambe.) Vous êtes sa nounou et vous ne connaissez pas son nom?

- Mais je sais qu'il est en CP, il est blond.

- Donc je résume : vous venez chercher un petit garçon de CP, blond qui s'appelle Adrian mais vous ne connaissez pas son nom. Et vous croyez vraiment que ça me donne envie de vous le laisser?

- Mais je sais qu'il a un chat et un canapé noir!

- (Perplexité et sourire, regard qui en dit long) ...

- Ne me regardez pas comme ça quand même. En même temps je vous comprends, à votre place je me dirais: "Whaou!"

- C'est exactement ce que je suis en train de me dire, figurez-vous. Ah, regardez, la classe arrive.

Et une fois qu'elle a été repartie avec Adrian, la maîtresse m'a dit que le mardi précédent, la jeune fille s'était pointée, elle portait des lunettes de soleil et quand la maîtresse a demandé à Adrian s'il la connaissait il a d'abord dit non avant de se raviser après qu'elle a retiré ses lunettes de soleil : "Ah si je la connais!". Ces deux-là sont faits pour s'entendre.

Lire la suite

Le réseau? What the fuck?

Publié le 14 Septembre 2016 par KRo

Que dire du RASED de notre école?

Je vais commencer par exprimer le fait que je suis bien consciente que comme partout je crois, les 2 enseignants spécialisés du RASED ainsi que la psy travaillent sur plusieurs écoles à la fois et que oui, il en existe des bien mais bon je vais m'arrêter maintenant parce que si j'ai que ça à raconter, on s'en cogne.

Alors allons y :

Vous connaissez déjà Mister Grenouille dit Glouglou, qui fait partie de la famille des gens qui ne servent à rien mais qui arrivent quand même à vous faire bien chier. Une sorte de concombre de mer chelou avec ses yeux de caméléon qui fait un bad trip. A ses côtés, il y a une maîtresse E (ce qui n'a rien à voir avec une quelconque forme de sado-masochisme, il me semble) qui, elle, a l'air normal (enfin en même temps, en comparaison, c'est pas compliqué) et plutôt compétente bien que peut-être un peu lente à mon goût (bon mais moi, je suis une sorte de Rémy Bricka qui serait sous amphétamines alors forcément je trouve souvent les gens lents à comprendre, à dire, à faire, à bouger). Et puis il y a la psy scolaire, qui débute (bon enfin ça fait un an qu'elle débute, maintenant j'ai droit de dire qu'elle devrait un peu commencer à se sortir les doigts du derch quand même, j'ai été compréhensive jusqu'à présent mais là ça commence à bien faire sa capacité d'inertie, son manque d'organisation, ses trucs qu'elle peut pas me dire mais qu'elle me dit qu'elle peut pas me les dire parce qu'elle peut pas parce qu'il y a le secret professionnel que moi je suis trop conne pour comprendre que peut-être je vais aller vendre ses secrets à des chinois donc bon soyons vigilants mais que j'ai besoin d'avoir 2 ou 3 miettes d'info de temps à autre pour pouvoir faire mon PUt@$% de boulot, MERDE!)

"A eux trois ils forment le gang Sorrow,
leurs noms Glouglou, Frisette et La Psycho
Glouglou Psycho
Glouglou Psycho - o"

Punaise, l'autre jour leur gang m'a coincée pour faire ce qu'ils appellent "une synthèse" (ce qui est beaucoup moins rigolo qu'une tarte aux fraises malgré la rime). Avec l'ancienne psy on ne faisait pas ça, parce qu'elle-même se trouvait sans doute trop jeune pour mourir si salement. On se faisait le point toutes les deux ou avec chaque enseignant concerné en début d'année, on passait en revue tous les gamins des classes pour lesquels on pouvait ou on avait pu s'inquiéter, on se donnait des objectifs d'action si nécessaire et roulez jeunesse. Mais l'an dernier, elle a changé de poste pour se rapprocher de chez elle.

J'avais bien senti venir le traquenard l'année dernière, mais bon, j'avais dit oui parce que la psy débutait et en fait c'était naze.

Et cette année, j'ai accepté pour m'en débarrasser en demandant à ce qu'on s'en tienne à une heure de réunion mais ils ont réussi à me plomber ma matinée. Leur synthèse en ce qui me concerne, c'est de la merde. Ils ont un tableau qu'ils lisent pour se tenir informés les uns, les autres de ce qu'ils ont fait l'année d'avant pour aider un gamin (ou plutôt de ce qu'ils avaient dit que peut-être ils feraient et puis en fait non parce que le temps qu'ils fassent toutes leurs synthèses dans toutes les écoles et puis après bon ben là c'était le moment d'aller faire ses courses et puis là je suis revenu mais bon ah là je vais aller dans ce couloir et puis non plutôt dans celui-là et puis là je vais aller redire la même chose que la semaine dernière à la directrice histoire de la faire chier encore 10 minutes de plus pour entretenir la flamme et puis oooooh je vais rester planté(e) comme une poule qui vient de pondre devant la photocopieuse parce que j'ai appuyé sur le mauvais bouton et du coup mon cerveau est en train de geler mais heureusement je vais demander à la directrice de venir m'aider et alors là je suis reparti mais bon l'enfant que je dois prendre en charge est malade alors ben je vais rentrer chez moi parce que c'est trop tard pour penser à m'occuper d'un autre gamin bon mais avant de partir je vais quand même m'assurer que la directrice elle a bien compris ce que je lui ai dit tout à l'heure et si possible je vais poser mon dossier que j'ai à la main en plein sur son bureau pour bien bien bien lui pourrir ses tas de boulot à faire qu'elle vient de se trier et peut-être même qu'en partant je ferai s'envoler avec moi la feuille du dessus pour qu'elle puisse mettre 5 minutes à la retrouver parce qu'elle a que ça à foutre dans son petit bureau quand je ne suis pas là).

Donc leur lecture de tableau, comme moi je sais à peu près lire, et même toute seule dans mon coin loin très loin du gang Sorrow ... pendant ce temps là, je m'emmerde. Surtout qu'ils lisent le trucs à grand renfort de "C'est qui déjà celui-là?" "Ah?!" "Ok, bon ben de toutes façons on va attendre que l'enseignant nous en parle cette année, hein!". J'ai donc bien fait d'être là moi, j'étais justement en train de me dire que je foutrais bien rien de ma matinée parce que je préférerais me taper le boulot ce weekend plutôt.
Et puis aussi, pour me faire participer sans doute ou peut-être parce que sur ma gueule y'a écrit "Le prochain qui dit qu'on va attendre ce que ça donne cette année, je pense que je vais lui sauter à la gorge", toutes les 5 ou 6 lignes, ils me demandent : " Euh, Ayoub, il a un suivi finalement?" ou une variante "Camille, elle va toujours chez l'ortho?". Et moi, invariablement, avec ma tête de tueur en série, je réponds : "Je n'sais pas!". Ben oui je ne sais pas, parce que c'est VOTRE BOULOT d'aller faire le point avec les enseignants, moi si au détour d'une conversation on me le dit, ou si c'est pendant les horaires scolaires je peux éventuellement le savoir mais comme vous me faites chier c'est pas certain que je vous le dise pour autant. En revanche c'est pas mon boulot de faire l'inventaire des suivis médicaux ou paramédicaux de tous les élèves de l'école!

Bref, vous avez compris, la synthèse c'est 3h de pur bonheur. Et si en plus, comme moi, en sortant de là tu te pètes un talon et que tu finis la journée avec ton bazar improbablement plus ou moins recollé à la patafix que quand tu marches dans le couloir on dirait que t'as une jambe de bois, tu frolles l'extase!

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 > >>