Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

Théorie du genre

Publié le 28 Janvier 2014 par KRo

J'avais lu un article ce matin ou bien hier indiquant que des gens bien intentionnés avaient envoyé des mails ou des sms à des parents pour leur indiquer qu'ils ne devaient pas mettre leur enfant à l'école certains jours bien déterminés parce qu'on allait parler de la théorie du genre et en gros pousser leur enfant à devenir homosexuel. Bon, j'ai lu l'entête de l'article vite fait pour me tenir au courant et puis je suis passée à autre chose mais en fait ce soir une maman est venue me dire qu'elle avait reçu un sms à ce propos et qu'elle était inquiète parce que elle, elle était contre.

Euh j'ai pas voulu chercher contre quoi elle était exactement, le genre? les homos? les genres d'homos? les sms? les théories?

Je me suis juste dit que c'était dingue que cela arrive jusqu'à MON portail et aussi je me suis demandé comment ces gens aussi bas de plafond et aussi peu informés sur ce qui se fait à l'école avaient récupéré le numéro de téléphone de cette maman et combien d'autres numéros ils avaient pu récupérer.

Alors la maman je lui ai dit simplement qu'à l'école on suivait le programme, que celui-ci était sur internet et que si elle voulait plus d'explications, on pouvait en parler puisqu'on avait déjà décidé de prendre rendez-vous pour parler du boulot de sa fille. Je lui ai dit aussi de ne pas s'en faire que c'était un message politique et que nous la politique, elle n'entrait pas comme cela à l'école.

C'est tout de même drôle de se dire que y'a des gens qui vont croire que telle journée on va tous se mettre à parler de genre, de sexe et d'homosexualité. Et la liberté pédagogique alors, on se la met GENRE en suppo?

Moi je m'en fous, je parle homosexualité en même temps que d'homophones et je leur apprends homogène et hétérogène et hétérosexuel en même temps. Ils font tous beueueueueueueeurtk dès que je prononce le mot sexe et moi je fais l'air de rien, GENRE "Ben quoi tout le monde à un sexe, occupons-nous plutôt de ce préfixe".

Ensuite, en ce qui concerne le GENRE, moi j'essaye surtout d'éviter qu'un certain GENRE de conneries stéréotypées ne viennent trop empoisonner les têtes de petits gamins et je profite notamment du programme d'histoire et d'éducation civique pour leur faire prendre conscience du fait que même si on a fait du chemin, la pente reste raide et que les hommes sont hélas encore souvent dans notre société, un peu plus égaux que les femmes, comme dirait l'autre. Heureusement, les enfants sont souvent moins enkystés que les adultes et se rendent tout seuls compte que "Ouh maîtresse mais c'est pas juste!" et que c'est drôlement bien que la société ait évolué de ce point de vue et aucun ne se sent ni plus ni moins fille ou garçon qu'avant. Ils ont le même GENRE de réaction quand je leur explique le travail des enfants et la vie des ouvriers au 19ème. Ça ne les empêche pas de trouver que l'école c'est nul et c'est drôlement mieux les vacances, qui les en blâmerait?

Lire la suite

Donnez-moi une fenêtre, je saute!

Publié le 21 Janvier 2014 par KRo

8h39, je reçois la maman d'une élève de CM2 qui s'est fait tripoter hier midi pendant le temps d'interclasse géré par les animateurs municipaux, par un gamin de CP handicapé en intégration chez nous : j'explique la situation, le handicap, je m'excuse à la place du gosse, je dis que je vais le voir dans la journée pour faire le point.

9h, première équipe éducative, la gosse lit à peine alors qu'elle est en CE1, elle a de réels problèmes de compréhension, on propose une orientation en CLIS, palabres et négociations, la maman s'en fout, elle ne veut pas scolariser sa gamine dans une autre école parce que c'est pas pratique, même si on l'aide à faire les papiers pour obtenir qu'un taxi vienne la chercher et la ramener, même si sa gosse est à la ramaMASSE et que d'ici quelques temps elle va finir par s'en rendre compte et en souffrir.

10h, deuxième équipe éducative, petite de CP en grosses difficultés, évidemment jusqu'à cet été elle vivait chez sa mère qui l'envoyait tellement peu à l'école que la petite était étonnée en début d'année qu'il y ait école du lundi au vendredi. Elle a même été près de 5 mois en vacances d'été, forcément ça n'aide pas, bonjour misère.

11h, équipe de suivi, les personnels de l'ITEP où le gamin se rend 3 demi-journées par semaine sont dépassés, pour eux il ne relève pas de leur structure, on s'oriente vers de la psychiatrie, mais en attendant d'avoir les bilans, les autorisations et tout le bordel ben on se le garde un max de temps dans l'école. La mère, elle s'en contrefout tellement qu'elle est la moins intéressée par la conversation des 7 personnes présentes. Elle souhaite simplement que son fils soit pris en charge toute la journée par d'autres gens, et si on peut le coller en internat se sera encore mieux, il a 8 ans.

12h30 Pause, aahahahahahah " Misère, misère -E, c'est toujours sur les pauvres gens que tu t'acharnes obstinément!"

14h, je reçois une maman pour lui expliquer que son fils manque trop l'école, elle m'explique qu'il fait la loi à la maison et que le matin quand il fait un caprice pour ne pas venir, elle lâche l'affaire au bout de 10 min. Je joue mon rôle d'éducatrice, je lui explique gentillement que ce n'est pas lui rendre service, il est en CE2 et ne sait toujours pas écrire son prénom de 4 lettres.

14h20, je m'entretiens avec un CM1 qui insulte les autres élèves de la classe en se cachant derrière un pseudo lorsqu'ils jouent en ligne le soir sur un jeu que je ne connais même pas.

14h35, je m'entretiens avec le tripoteur de la veille : et pourquoi, et c'est pas bien, et tu te rends compte, et tu vas aller t'excuser.

14h50, je m'occupe à présent de remonter les bretelles à deux gosses qui ont forcé un troisième à leur ramener des bonbons.

15h02, les gamins sont en récré, un type d'environ 30/35 ans se pointe au grillage en vociférant, il hurle comme un possédé qu'il va défoncer un gamin de 8/9 ans, il marche de long en large le long du grillage, le secoue, hurle, impossible de lui parler, les gamins ont peur, on commence à les faire rentrer, le gars hurle, il part, les gamins sont choqués, certains racontent qu'il a dit qu'il allait revenir avec une carabine, qu'il attendrait le gosse à la sortie ...

15h10, je tente d'éclaircir les racines du problème, il n'y en a pas vraiment, un petit différend entre gosses réglé une semaine plus tôt en classe.

15h17, un voisin vient témoigner de ce qu'il a pu voir quelques minutes plus tôt.

15h24, je croise une classe avec au moins un gosse en pleurs, stresssssss...

15h25, j'appelle la police municipale, personne.

15h26, donnez-moi une fenêtre, je saute!

15h27, je vais chercher le gamin tripoteur pour qu'il fasse ses excuses à sa victime. J'entre dans la classe en plein débrief sur ce qui vient de se passer, c'est stressssssssss et délirium.

15h33, j'appelle les gendarmes, je leur demande d'être là à la sortie.

15h37, je prends le temps d'écrire un courrier à une maman qui a pensé que ce n'était pas utile de venir la veille à l'équipe éducative qui devait statuer sur l'orientation en SEGPA de sa fille.

15h45, je suis interrompue par Dylan qui s'échoue dans mon bureau parce qu'il a cassé les burnes à sa maîtresse toute la journée et que là trop, c'est trop, je lui fais la morale, lui explique qu'il m'emmerde vraiment mais ce en utilisant de jolis mots bien choisis, je lui dis d'aller s'asseoir un peu dans le couloir devant ma porte pour méditer sur sa connerie chronique.

16h20, je reçois la famille du type qui précédemment vient de me traumatiser 300 élèves en 5 minutes, sa mère, la grand-mère d'une élève donc, m'explique combien il est gentil et combien il a pété les plombs. J'explique à quel point c'est inadmissible et traumatisant pour tous les gosses.

16h40, je rappelle les gendarmes avec nom et adresse, ils vont passer lui mettre les points sur les i.

17h00, le papa du gosse menacé m'appelle, la maman a été contactée plus tôt par la maîtresse, je donne des explications sur la situation.

17h15, j'appelle l'inspection, je les mets au courant.

17h20, j'ai un peu de temps pour bosser sur des trucs qui relèvent de mon boulot et pas de celui d'assistance sociale, gardien de la paix, psy ou je ne sais quoi.

17h45, j'en ai ma claque, je me barre, le téléphone sonne, je décide de ne pas répondre, j'entends le message d'une maman qui trouve inadmissible qu'il se soit passé un incident important à l'école et qu'elle n'ait pas été mise au courant alors elle veut que je la rappelle, dès que j'aurai son message. Mais oui bien sûr, et puis les 200 autres parents aussi, je vais tous les appeler un par un pour leur foutre les boules parce que j'ai un call center qui travaille pour moi 24h/24.
Je me casse en pensant que ce message est sans doute le premier d'une longue série ...

Quel bonheur! Vivement demain! j'ai hâte de faire le service après-vente de cette journée!

Lire la suite

Vivre avec Dexter Morgan (2)

Publié le 15 Janvier 2014 par KRo

L'autre jour deux gamins se sont percutés dans la cour, l'un a beaucoup beaucoup saigné du nez.

Ben y'a un élève de CM2 qui n'a rien trouvé de mieux que de mettre sa main dans la flaque de sang et de la lécher ensuite.

Brrrrrrr.................

Lire la suite

Vivre avec Dexter Morgan

Publié le 15 Janvier 2014 par KRo

Réunion, de l'équipe éducative afin de parler du comportement de Noam. Autour de la table du médecin, de la psychothérapeute, de l'orthophoniste, du papa chef du monde (oui je suis certaine que c'est son métier parce qu'il agit comme si c'était le cas, il ne prend pas des notes comme un papa normal mais comme si chacun passait son entretien annuel) avec un petit rictus pervers, de la maman EXTREMEMENT prolixe (genre super pouvoir qu'à la fin le méchant il s'en va en criant et en se bouchant les oreilles pour ne plus avoir à supporter ses paroles) et bien entendu de la super maîtresse (spéciale dédicace) et moi, de la non moins directrice qui déchire (allez profitez c'est free hugs pendant 2 min là, on se précipite, j'suis de bonne humeur grâce à la chanson "Happy" de Pharrell Williams).

Pour faire court le gosse est INSUPPORTABLE : voleur, menteur, affabulateur, il brutalise les autres, ne peut pas être laissé sans surveillance même quelques secondes, la maîtresse doit se le trimbaler si elle doit aller faire une photocopie manquante et sait qu'il va faire chier ses voisins dès qu'elle n'est pas en train de le regarder. Evidemment que ses apprentissages en pâtissent, j'ai envie de dire : c'est quand même la moindre des choses.

Enfin ce qui est drôle là, c'est qu'on commence à faire un peu le point sur tout ça, sur les prises en charges, les évolutions et que d'un coup la mère chope la parole (ERREUR! Ne jamais laisser d'accès à la parole à SuperProlixe! La bienséance et la politesse ne doivent pas être appliquées à SuperProlixe, NOOooooooooooonnnnn!). Alors elle parle très fort, de ses angoisses personnelles, des punitions trop sévères que l'on donne à son fils ou que l'on risque de lui donner, alors qu'il a besoin de cadre, qu' ELLE est SA référence, son roc et que nous on fait rien que faire des punitions qui ne fonctionnent pas avec lui, qu'après il fait encore pire ...

... mmoui ... mais madame ...

que elle, elle sait, elle était comme ça aussi petite (ah?!), et que lui en plus il a eu des problèmes quand il était tout petit alors voilà tout s'explique mais c'est horrible parce qu'elle pense qu'il ne va pas changer et qu'à la maison il vole ses parents, ses frères et sœurs et que maintenant elle a fait le tour du quartier pour que les commerçants n'acceptent plus de lui vendre des bonbons (ce sera sympa dis donc quand plus tard elle fera le tour des dealers pour qu'ils arrêtent de le fournir, il a 8 ans le gosse, elle ne peut pas simplement l'empêcher de sortir?) ... et nous on ne comprend pas son enfant qui au fond est gentil ...

... mmoui, madame ... mais ...

et qu'elle ne comprend pas que la précédente psy en tant que professionnelle du corps médical ait pu conclure son dernier bilan en disant que son fils c'était un futur serial killer ... (Non elle a pas vraiment écrit ça la psy mais ses conclusions me font penser que ce gosse là c'est Dexter Morgan qui n'aurait pas eu la chance d'avoir un papa aimant et clairvoyant pour lui enseigner LE code, malheureusement il est tombé sur papa-le-chef-au-sourire-de-harceleur et maman-qui-a-de-très-nombreux-problèmes-dans-sa-tête donc de code, point! Ah ça, on n'a pas encore sorti le cul des ronces avec celui-là!)

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 > >>