Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

Kénénéàfout

Publié le 18 Février 2014 par KRo

Aujourd'hui les parents du gamin qui avait été menacé par le dingue qui avait secoué le grillage de la cour, sont venus se plaindre. 1 mois après, ils sont venus me dire qu'ils trouvaient que je n'avais pas bien géré l'affaire parce que le gars s'était pointé vers les 15h et qu'ils avaient été mis au courant vers les 17h.

Quoi? Mais qu'est-ce que ça aurait changé en mieux si je les avais appelés avant les gendarmes ou avant de m'assurer que le gars n'avait pas l'intention de s'en prendre physiquement au gosse?

En fait, ils ne sont pas contents parce que le lendemain après-midi de ce fameux jour, ils se sont rendus à la gendarmerie et ils n'ont pas été très bien reçus, le gendarme s'est apparemment étonné qu'ils ne soient pas venus plus tôt.

Et? En quoi cela me concerne-t-il? Et pourquoi ils n'y sont pas allés plus tôt justement s'ils étaient si angoissés par le fait que j'ai mal géré la situation et que leur gosse était en danger?

"En plus le gendarme qu'on a vu nous a dit que la veille ils avaient reçu un appel de on sait pas qui et qu'ensuite sa patrouille était venue se garer devant la boulangerie et que personne n'était venu à leur rencontre?"

Et qu'est-ce que j'en ai à foutre exactement? Le gars qu'ils ont vu ce n'est pas celui à qui j'ai parlé et donné mon nom, ma fonction, l'adresse de l'école et les noms et adresses du dingue qui venait de secouer mon grillage. Donc si le mec qui a envoyé une patrouille n'a pas tout relayé, si les gendarmes de cette fameuse patrouille n'ont pas entendu, retenu ou gravé mon nom au canif sur le tableau de bord de leur kangoo qu'est-ce que j'en ai à foutre? Si les mecs vont se coller dans une rue derrière, perpendiculaire à celle de l'école, parce qu'ils avaient une envie irrésistible de se garer devant une boulangerie, qu'est-ce que j'y peux, je ne m'occupe pas encore de gérer les patrouilles de la gendarmerie nationale, ils ont qu'à aller se plaindre à la gendarmerie ces parents là, c'est quoi leur problème?

C'est pas énorme ça?

Après, tant qu'ils étaient là, ils en ont profité pour dire des saloperies sur la maîtresse de l'année précédente, que PERSONNE n'aimait d'après eux, puis comme je leur ai fait comprendre que fallait quand même pas pousser mémé dans les orties, ils ont embrayé sur la voisine de classe du gamin qui l'embête mais que la maîtresse maintient à côté de lui quand même. En gros leur gamin est chiant, on s'en accommode malgré tout mais visiblement pas assez à leur goût. La prochaine fois, j'ouvre le portail et je le pousse dehors: " Allez petit va jouer sur le rond-point"... Et puis je cours appeler les parents pour les informer du danger, on verra bien si ma gestion de la crise leur convient davantage! Après tout, on a aucune formation pour gérer ce genre de situations, alors si j'improvise de travers, ils pourront toujours aller se plaindre auprès de la boulangère cette fois.

Enfin... grâce à eux maintenant que je sais que c'est à moi de gérer les opérations de gendarmerie et les urgences psychiatriques concernant tout ce qui peut se passer dans le quartier. Faut que je me renseigne pour savoir si ce n'est pas à moi de gérer la voirie aussi et l'éclairage de la rue, au cas où un lampadaire viendrait à claquer ou un égout à déborder.

Je ne m'attendais pas spécialement à ce qu'ils me remercient mais bon de là à ce qu'ils viennent râler, je trouve qu'ils sont un peu gonflés.

Lire la suite

L'enfer du devoir

Publié le 7 Février 2014 par KRo

Avant la réforme, on nous imposait des formations chiantes lors des quelques mercredis où nous n'avions pas classe, mais ça c'était avant. Désormais,on est obligé d'endurer ces formations les mercredis après-midi ou bien le soir, tard, aaarrrrrrrgggghhhh.

Avant c'était déjà une tannée mais là franchement, quel enfer! Mais pourquoi? Pourquoi est-ce qu'on nous inflige ça, qu'est-ce qu'on a fait au bon ... ministre, hein?

Invariablement, un chercheur, un inspecteur, un enseignant de fac (essentiellement des mecs, parfois des nanas), vient nous livrer sa bonne parole. Mais bien entendu, point de chorale gospel pour mettre l'ambiance, pas d'adoration du profil de Jules Ferry apparu sur une tranche de pain de mie grillée, ni personne ne rentrant en transe en bavant histoire qu'on rigole un peu. En général, c'est plutôt micro pourri et powerpoint illisible. L'intervenant se colle sur un coin de l'estrade ou de la scène et tente de nous emmerder plus qu'il ne s'emmerde lui-même pendant 2 ou 3 heures.

Enfin ça, je dois dire quand même que c'est fort, parce qu'il a l'air de se faire chier à 500 balles de l'heure le gars, genre il avait pas fait toutes ses heures alors son chef lui a dit :
- Ben toi, t'es bon pour aller faire un tour chez les PE!
- Oh non pitié patron pas les PE, j'sais même pas c'est quoi qu'ils font, envoyez plutôt mon thésard!
- Non Michel, tu te farcis les PE et puis c'est tout, t'as qu'à passer un vieux film du CRDP ou un powerpoint moisi et utiliser tout plein de mots un peu savants pour montrer que tu évolues dans une sphère supérieure à la fois mystérieuse et attirante, ça émoustillera les vieilles, impressionnera les jeunes et flattera les mecs qui croiront être les seuls à en comprendre le sens.
Evite "onanisme" cependant, ça claque comme mot mais bon ça risquerait de les mettre un peu trop sur la piste de la raison de ta présence.
- OK Gérard, j'y vais mais j'en ai rien à foutre, je f'rai exprès de faire des schémas avec des flèches dans tous les sens et je mettrai tout le texte de mon powerpoint en Times 8 et en jaune!
- Bon ben ça leur fera les pieds à ces cons, j'peux pas les blairer de toutes façons ces espèces de sous-payés pas foutus de mettre en application nos super théories qu'on s'est fait chier à tester pendant au moins 23 minutes sur une classe entière de 7 étudiants en sciences de l'éduc.

Ou alors ...
Ou alors on nous inflige un mec qui a publié un nouvel exemplaire de son manuel de maths, de français ou autre et que ses éditeurs ont envoyé au charbon. Evidemment, c'est pas avec un bouquin de maths pour les CE2 que tu vas faire le Grand Journal à côté de Monica Belluci, c'est clair, donc hop, on t'envoie faire un peu de retape auprès de ton cœur de cible et au passage t'en profites pour dire que toutes les autres façons de faire c'est de la merde.

Toujours est-il que nous, quoi qu'il arrive, on est là, dans la salle, mal assis, à tenter, au mieux, de s'auto-hypnotiser, au pire, de s'ouvrir les veines à l'aide de notre stylo rouge pilot pointe fine 0,5 mm... siiiiiiiiii c'est possible, en 3 heures c'est possible, c'est un peu comme creuser un tunnel à la petite cuillère pour s'échapper d'un stalag mais c'est possible, ça a déjà été fait!

Lire la suite