Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

Thérèse

Publié le 28 Novembre 2015 par KRo

C'est quand même moche de se dire que c'était couru d'avance, à un moment plus ou moins tôt dans l'année, inexorablement Thérèse allait faire chier. Un truc en rapport avec la destiné.

On avait bien senti la faille quand on l'avait rencontrée la première fois, genre je chiale le jour des répartitions et on était plutôt étonné qu'elle ait l'air de bien tenir le coup (elle laissait à désirer au niveau de la faille en somme, avec tout ce que cela peut supposer de peu ragoûtant). Mais là, bon, en 5 minutes à peine, Thérèse a dévissé.

Juste avant une réunion prévue de longue date, elle me dit qu'elle devra partir plus tôt pour aller manger chez elle avec son fils de 12 ans qui est malade. Crime de lèse-Thérèse, j'ai apparemment levé les yeux au ciel. Alors attention, y'a des trucs qui ne se font pas et il faut bien le savoir : toi, t'es fatiguée comme tous les autres, t'as tes emmerdes de boulot comme tout le monde, tes petits soucis du quotidien aussi, on te dit un truc qui implique que tu le prennes en compte mais à ce moment là, poker face, il ne faut pas lever les yeux au ciel, c'est outrageant!

Elle n'est pas bien tombée la rombière parce que moi, par essence, tout m'énerve! Jean-Pierre Bacri à côté, c'est un enthousiaste. Et en plus, à moins que je ne fasse plein d'efforts dramatiques, ça se voit sur ma face.

Là cela dit, j'ai levé les yeux au ciel, c'était quand même pas bien méchant, en même temps, ce qu'elle m'annonçait n'était pas non plus bien dérangeant alors je n'allais pas me taillader la poitrine et m'arracher les cheveux. J'ai simplement levé les yeux au ciel. Mais apparemment c'était déjà trop, elle n'a pas supporté.

Quelques minutes plus tard, j'ai réalisé que si elle partait fallait qu'elle remplisse le doc qui va bien, histoire que tout le monde soit couvert en cas d'accident, sur la route par exemple. Et là, punaise la Thérèse, ça l'a rendu hystérique. On venait de s'asseoir autour de la table de réunion, je lui ai tendu le papier, elle l'a reçu comme si je lui disais qu'on lui retirerait 3 jours de carence sur sa paye et qu'un blâme serait noté sur son dossier. Elle a pété un plomb en commençant à m'agresser.

Mais elle est con elle ou quoi? La meuf visiblement, elle ne va pas bien, et sa première idée c'est de gueuler sur moi pour se soulager. C'est débile comme tactique! Même moi je ne gueulerais pas sur moi pour me soulager. Franchement, même si j'avais eu tort, bourrine comme je suis, je l'aurais renvoyée dans ses 22. Alors là : j'ai commencé par répondre sèchement. Elle en a rajouté une couche dans son délire de persécution. J'ai ré-expliqué fermement, en haussant le ton, le pourquoi du comment. Elle a vociféré des inepties. J'ai rugi. Elle a chialé.

Allez, merci d'avoir appelé, au revoir et à bientôt.

Punaise! Pourtant je suis une pleureuse hein, mais je ne supporte pas les gens qui chialent pour qu'on les prenne en pitié. Déjà ce genre de cinéma, chez les mômes, ça ne m'émeut pas, mais alors chez une vieille, autant vous dire que ça me saoulasse.

Non mais quelle arnaque! T'as une contrariété, tu chiales, allez tout le monde s'attendrit. A 4 ans ça passe, à 50 c'est moins classe quand même.

En plus elle m'a fait tout un flan sur le fait qu'elle attendait de moi un peu de compréhension surtout en tant que maman. Quoi? Mais c'est quoi ton problème, on fait partie du même club de couture ou quoi? En tant que parent, à la limite, mais en tant que maman? Elle croyait provoquer quoi comme réaction chez moi avec ce genre de réflexion?
Elle a chialé en disant je ne sais quoi sur son mari qui était en déplacement et n'était rentré que la veille et qu'elle aurait mieux fait de rester chez elle. Mais bon sang, tu l'aurais rempli pareil ce foutu papier, tu t'absentes, tu t'absentes, quelle qu'en soit la raison, bonne ou mauvaise c'est ton problème, pas le mien, t'es pas là, tu remplis le papier, on va pas en chier un carillon. Moi je me fous d'en savoir la raison, tu me dis que t'es pas là, j'en prends note et prends des dispositions si nécessaire, après je te file le doc à remplir pour signaler ton absence officiellement et je transmets. On est quoi? les membres d'un gang? On a mélangé nos sangs et tatoué nos peaux pour dire "T'as qu'à t'arranger avec les contraintes du boulot, je te couvre, for ever, and ever"? On ne se connaît même pas, ça se trouve, je ne dis rien, cette conne elle se fout en l'air et moi on vient m'emmerder parce que je l'ai laissée partir comme ça. Non hein, comme je dis très bien quand je suis au comble de l'énervement : ÇA VA! (ça n'a l'air de rien écrit là ici, mais vraiment quand je le dis c'est que je suis au max, j'ai tout dit, tout donné, tout ce qui suivra ne sera que superfétatoire).

Thérèse, vous m'avez pris la tête Thérèse!

Lire la suite

Rubrique des chiens écrasés

Publié le 23 Novembre 2015 par KRo

Je suis au regret de vous annoncer que Dibill était là ce matin mais qu'en revanche, il n'est pas revenu cet après-midi, et, ce soir, sur le répondeur de l'école, il y avait ce triste message :

"Oui, c'est la maman à Dibill, c'était rapport qu'il est pas revenu à 14h. C'est que mon chien il était gravement malade, madame, et là il est mort. Alors il a pas pu venir!"

Quand je vous disais que tout le monde clapsait dans son entourage, même le chien va rencontrer Cerbère! Mais qui sera le prochain? Qui? Ah ça fout les j'tons cette histoire!

Lire la suite

Les vieux de Manu

Publié le 22 Novembre 2015 par KRo

Cela faisait longtemps déjà qu'on n'avait plus reparlé de Manu ... bien 3h40 hein, oui c'est cela, 3h et 40 minutes plus tôt j'étais en ligne avec les assistantes sociales pour parler ... encore... de Manu.

Ses grands-parents, papi main-d'étau et mamie tête-de-taupe, les parents de Roberto l'alcoolo, me croisent en venant chercher Manu à l'école et me demandent de les recevoir. Je le fais évidemment, même si à ce moment là je préfèrerai plutôt (Pluto?) que le véto de mon chien me dise que pour soigner son infection urinaire je dois le décaloter matin et soir pour lui mettre de la crème sur son gland (euh non en fait, désolé Agent J mais non, même dans ce cas là, je préfère ma place à la tienne ... ... pervers!).

Ils veulent savoir si "ça" va mieux!

Mais comment? Comment ça pourrait aller mieux, ils me font chier dans cette famille à la fin, ils vont vraiment m'avoir à l'usure hein. Comment ça pourrait aller mieux alors que le gosse n'a toujours pas les soins nécessaires?!

Ah mais si, justement, il a des soins me dit la vieille : il prend de l'homéopathie depuis environ huit jours.

Punaise, je vais me la faire. Je vais m'emplâtrer la vieille. Je n'y crois pas, ce n'est pas possible, elle aussi elle se met à m'expliquer comment l'homéopathie a transformé son petit-fils qui est désormais méconnaissable tellement il est calme. Mais ... mais boldelch dé merlche ils font partie d'une cellule de torture psychologique de la CIA ces gens ou quoi? Ils veulent notre peau en fait. C'est ça, ils ont décidé d'anéantir un par un chacun des personnels de cette école et là c'est mon tour.
Résiste, prouve que tu existes.

Ignorant que je viens de lui expliquer que rien n'avait changé si ce n'est que désormais une AVS avait été affectée pour lui courir après et subir ses humeurs 3 demi-journées par semaine à la place de la maîtresse, ce qui permet donc à la classe de travailler enfin, elle continue. Puisque "ça" (bonjour Stephen King) va mieux, elle voudrait récupérer du travail à faire à la maison pour que le petit fasse le programme. Le programme? Quel programme? Une pyrolyse?

J'explique que Manu ne veut toujours pas travailler, qu'il n'entre dans aucun des apprentissages et que par conséquent il est vain (en dehors même du fait qu'elle ne veuille plus avoir à faire à eux parce qu'elle est en overdose) que la maîtresse leur fasse passer de quelconques exercices ou leçons en rapport avec ce qui est fait en classe. Alors mamie talpidae me dit que quand même, là elle sait que l'année de Manu est foutue mais que ce serait bien gna gna gna ...

Comment foutue madame? Qu'est-ce que vous voulez dire? Parce que moi je vois d'autres choses de cabossées en dehors de son année tout de même.

Ah ben elle voulait dire qu'il allait forcément redoubler. Donc là je l'ai fortement détrompée. Ben oui parce qu'avec l'expérience on apprend que les méga chieurs qui ne sont pas là pour bosser on ne va plus se les garder, non, non, on serait même bien tentés de leur faire sauter 2 ou 3 classes. Mais siiiiii, 7 ans c'est l'âge idéal pour rentrer au collège, je vous assure!
Du coup mamie scalopus a commencé à me chier une pendule comme quoi c'était inadmissible s'il n'avait pas le niveau. Donc en résumé, il est admissible qu'un gosse et toute sa famille sur 3 générations nous pourrissent la vie au quotidien pendant 5 ans mais inacceptable qu'on puisse faire passer dans la classe supérieure un gamin qui n'a pas le niveau alors qu'on sait très bien que le maintenir ne lui servira à rien.

Là dessus, papi serre-joints a tenté un assaut de côté en me parlant de la psy de la MDR, j'ai contre-attaqué en disant "l'EMDR", donc il a dit "la", j'ai redis "Non, c'est l'EMDR" et il m'a regardé l'air de dire "Elle dit n'importe quoi et en plus elle est méchante."
M'en fous, j'ai tenu, surtout qu'ils m'expliquaient tous les 2, tout ce que cette psy de la MDR (aaarrrrgggghhh) avait fait de bien, comme prescrire de l'homéopathie parce qu'elle pensait que les médocs proposés par le médecin étaient trop forts.
Et aussi parce qu'ils m'ont bien tout détaillé comment elle avait fait un signalement concernant les coups donnés par sa mère à Manu. Ils m'ont tout bien bien expliqué, avec des dates (et pourquoi pas le 2, hein pourquoi pas, le 2 c'est bien) et des noms de gens mis au courant (on a qu'à dire lui aussi, j'aime bien son nom à lui et ... ah on a oublié le prof de karaté, ah ben oui, pas de signalement sans prof de karaté c'est quand même un sensei) et tout et tout et à la fin, mamie condylure m'a dit, exaspérée : "Mais enfin, vous êtes bien au courant?!".

Alors là, j'ai été salement honnête, j'ai dit "Non!", et ça lui a foutu bien les boules (eh, eh, mesquinerie quand tu nous tiens). Et c'est vrai que je n'étais pas au courant de ce signalement fait par cette merveilleuse psy, puisque c'est moi qui l'ai fait! En plus, dans ce genre de cas, on prévient les parents, ce qui n'est jamais facile à faire pourtant. Mais sans doute Roberto légitimement renseigné par moi mais intégralement humecté par une autre sorte de kro s'est-il un peu emmelé dans ses 12 grammes quand il leur a expliqué la situation.

C'est quand même hallucinant d'avoir une conversation avec des gens qui disent n'importe quoi mais qui y croient ferme. M'en fous je les ai laissés dans leur bassine de connerie, ça ne servait à rien que j'essaye de leur expliquer quoi que ce soit, de toutes les façons ils reviendront à la charge très bientôt donc bon ... j'aurai de nouveau la joie de devoir les écouter me saouler avec leurs délires. Enfin non c'est décidé, maintenant les aïeux je les enverrai chier, faut déjà se farcir les parents, ça suffit amplement.

Lire la suite

On a de la marge

Publié le 21 Novembre 2015 par KRo

C'est bientôt l'heure de la sortie, Mme Cédepé remarque dans la rue une mère d'élève qui louvoie tantôt sur le trottoir, tantôt oups sur la chaussée, atteindra-t-elle le portail de l'autre côté de l'école?

Oui, elle y est arrivée. On a ouvert le portail et, avertie, Mme Tomba-la-Bomba, s'est élancée en repérage, nez renifleur aux aguets, elle a fendu la foule des parents pour tourner tout autour. Mme Cédepé la rejoint, je la suis.

La dame en question ne tient pas debout, mais pas debout du tout. Il est 16h30 et elle confond la tête de sa gamine avec un pommeau (de Normandie) de canne. Elle a pris soin de mettre ses lunettes de soleil mais il ne fait pas si beau. Elle tremble comme si elle était debout dans le métro. Elle répond aux questions en gardant la bouche quasiment fermée comme si elle allait vomir, mais c'est sans doute juste pour éviter d'embaumer l'assistance. Elle paraît avoir 70 ans alors qu'elle doit en avoir environ 40, toute la peau de son visage est descendue façon bajoues de bouledogue. Elle est toute rouge.

Je lui demande si elle va bien. Elle me répond immédiatement qu'elle prend un traitement. Je lui dis qu'elle n'a pas l'air d'être en forme et lui propose de venir un peu s'asseoir dans mon bureau. Elle accepte et m'agrippe le bras comme ma grand-mère qui a 90 ans. On rentre.

Une fois assise dans le bureau, elle exprime son immense détresse, sa fatigue, sa dépression. Je m'assure du fait que quelqu'un sera là pour s'occuper des enfants le soir, je lui propose de la raccompagner chez elle à pied. Elle dit qu'elle va bien, qu'elle habite à côté, moi je crains qu'elle s'écroule dans la rue. Quelques minutes après finalement c'est une voisine parente d'élèves elle-aussi qui prend le relais.

Avec Mme Cédepé, on retourne dans mon bureau et WOUCH, on est assaillies par une odeur d'alcool dégueulasse. Je n'avais pas réalisé mais ça pue un max, on ouvre la fenêtre, je laisse la porte ouverte et vais bosser ailleurs pendant une demi-heure. Mme Cédepé, elle, mange un truc parce que rien qu'avec l'odeur, son estomac s'est retourné.

Je reviens une demi-heure après, ça sent toujours une forte odeur de gnôle, je me demande ce qu'elle a bien pu ingurgiter, je penche pour du Kirsch parce que l'atmosphère reste assez sucrée dégueulasse, je me demande si elle s'est pas envoyé son parfum aussi. Ou alors elle a pris un truc pour l'haleine après avoir picolé, bref, on dirait que quelqu'un a vomi derrière les sapinettes!

Encore plus tard, Mme S passe dans le bureau, je lui fais part du fait que l'odeur me fout la gerbe, elle acquiesce, je regarde l'heure et constate que la mère d'élève a quitté mon bureau il y a déjà 1h. C'est dingue, 1h après, malgré la fenêtre et la porte ouvertes, l'odeur est encore là, je n'avais encore jamais vécu ça. Enfin si soyons honnête, je l'ai peut-être déjà vécu mais comme il était 4h du mat et que j'étais déguisée en poule ou en Yvette Horner, voire même en poule qui aurait scalpé Yvette Horner, je n'étais pas forcément assez fraîche pour l'analyser. Alors que là, à 17h30, dans mon bureau, j'ai tout le loisir d'apprécier l'incongruité de cette fragrance d'ambiance.

Le bon côté des choses c'est qu'on a de la marge du point de vue de la picole du coup, c'est rassurant (oui je suis une fille positive!). Le mauvais côté, c'est qu'il va falloir batailler et rebatailler pour empêcher cette maman d'accompagner une sortie scolaire la semaine prochaine sans pour autant lui enfoncer la tête sous l'eau-de-vie. On n'est pas des travailleurs sociaux mais la société elle, elle s'en fout, elle s'invite quand même quand elle veut à l'école avec son petit caddie d'emmerdes et toute sa misère qui pendouille.

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 > >>