Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Qui pue le plus pue le plus

Publié le 29 Avril 2019 par KRo

Journée de réunions, équipes éducatives, équipes de suivis, bref, beaucoup de temps passé autour d'une table à écouter et retranscrire ce que disent les parents, les enseignants, les soignants, les différents partenaires quoi. Utile souvent, pas toujours, mais surtout plutôt intense comme exercice, surtout quand il s'agit de taper en direct un compte-rendu synthétique des débats. Enfin, ça se fait, un peu comme de la traduction simultanée, ça t'use le cerveau mais rien d'héroïque ...

Alors des fois, on corse l'affaire.

Et voilà qu'aujourd'hui je me retrouve assise à côté d'un monsieur qui à 11h du matin avait choisi pastis comme eau de toilette. Toi t'es encore à peu près fraîche, tu navigues entre odeurs de déo et effluves de café et là, BAM! PASTAGA sur le retour. Mais le bon gros retour hein, le gars ne s'était pas enfilé qu'un petit pastis pour se donner du courage, il avait du s'envoyer la bouteille et puis après, quelques mentos menthe fraîche. Pouah, mais quel enfer! Il était sympa le gars sinon ... bon, il avait les dents noires (mais vraiment noires) sur toute la partie côté gencives et des traits marrons sur le reste des dents, son blanc de l’œil (oui je vous rappelle que j'étais assise juste à côté, alors j'ai eu le temps de l'observer de près) était jaunâtre et pas vif vif, on aurait dit une crème aux œufs, et il nous a fait la bougie d'ambiance pendant une heure mais sinon, il était pas désagréable hein, c'est déjà ça!

Enfin bref, après on a aéré la salle parce que l'odeur, bien plus lourde que l'air, stagnait et c'était horrible.

Et puis l'après-midi on a remis ça, avec Mme Lagerbe (de l'article "Puer peut tuer"). Comme une directrice avertie en vaut bien 2, cette fois j'avais pris mes précautions, j'avais laissé de la place entre elle et moi. Mais bon, il commençait à faire un peu chaud, même moi j'avais enlevé mon pull, mais elle non, elle avait son gros pull, sa barbe (si, si, à ce niveau là on ne peut plus parler de duvet quand même) et sa chevelure de Smeagol en pleine mutation. Il a fallu que j'ouvre la fenêtre et fasse signe à des élèves, encore rangés dans la cour après la sonnerie de fin de récré, de rentrer instamment en classe, pour qu'on puisse respirer et s'entendre parler sans avoir à choisir. Enfin, respirer c'est un grand mot, moi personnellement, j'ai juste tenté de survivre en filtrant l'air qui rentrait dans mes narines à travers les doigts d'une main habilement placée sur ma bouche façon réflexion intense (heureusement que pendant cette réunion là, ce n'était pas moi qui m'occupait du compte-rendu, je serai sans doute décédée sinon). Je pense que Mme Lagerbe n'a toujours pas pris de douche depuis la dernière fois que je l'ai vue il y a près de 2 ans. Je ne comprends pas, il y a les services sociaux sur le coup pour le gamin dans cette histoire et personne ne peut toucher un mot à la maman au sujet de l'hygiène? 

Lire la suite

Elle vous a fait des petits sablés

Publié le 28 Avril 2019 par KRo

Un peu avant 8h30 j'arrive à l'école, à cette heure là, il y a toujours 2 ou 3 gamins qui attendent déjà, parfois accompagnés de leurs parents, ce matin, il y a entre autres Chérifa et sa mère qui s'avance vers moi : 

- Ah bonjour, vous voilà, je croyais que vous commenciez à 7h et demie alors je vous attendais, j'ai sonné mais ...

- Bonjour ... (à 7h30, je suis en culotte dans ma salle de bain à m'obliger à fermer la bouche pendant que j'applique mon mascara, parce qu'il ne sera pas dit que je laisserai mon corps me dicter sa loi, enfin bref, à 7h30, je ne suis pas du tout prête à travailler) j'ai une vie quand même...

Visiblement, la mère et sa fille, comme une partie des parents d'élèves, pensent que je vis à l'école, que j'y mange et j'y dors (enfin que d'un œil hein, pour être toujours prête, à croire que diriger une école c'est bosser dans un service d'urgence de nuit) et que j'y travaille sans interruption de 7h30 à 18h30 tous les jours même le dimanche puisque "J'ai sonné et vous n'avez pas répondu" ou "Je vous ai envoyé un email (hier à 20h37) et vous ne m'avez toujours pas répondu" ou "Je vous rappelle (8h35) parce que j'étais pas sûre que vous ayez eu mon message (laissé à 5h27 après le dernier vomi du rejeton), vu que vous ne m'avez pas rappelée" sont des réflexions assez habituelles.

Au début je crois qu'elle veut me parler de notre future sortie en vélo, alors je suis toute ouïe bien que pas encore caféinée. 

Mais non, elle se lance dans une logorrhée sur les malheurs de sa fille et de son fils. J'aurais pu faire face à ça, même si ce n'était pas l'heure, mais je n'ai pas pu me taire quand elle a commencé à mélanger la réalité et, comme dirait Trump, la réalité alternative. NON! Ça c'est non, alors je le lui ai dit qu'elle disait n'importe quoi, mais elle a continué, en boucle, et oui pourtant j'en ai de l'expérience en ce domaine mais je ne sais pas, je pense que quelque part une partie de moi veut continuer à croire qu'un jour mon interlocuteur me dira : "Ah oui, d'accord, vous avez compris ce que je voulais vous dire, je m'en vais alors." Donc ça a duré un petit moment, je dirais dix à quinze minutes, des collègues sont venues à ma rescousse, la dame a continué à gueuler et à raconter des mensonges parsemés de petits grains de vérité, c'était très fatigant et puis dans tout ça, elle a gueulé : "Mais ma fille vous adore vous savez, elle vous a même fait des petits sablés!"

Hein? Des petits sablés? Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries?

Et puis au bout de ces longues, longues minutes, après avoir gueulé qu'elle ne voulait pas parler de ça devant tout le monde (oui et bien dans ces cas là, tu me tends pas un traquenard devant le portail à 8h30, tu prends rendez-vous, ça paraît être un bon début), elle a fini par un beaucoup plus calme "Merci madame, et je vous souhaite une bonne journée!"

Une bonne journée? Et bien merci madame, effectivement, elle ne pouvait pas mieux commencer. Se faire engueuler pendant un quart d'heure par une hystérique alter-véridiste c'est quand même le mieux qu'on puisse espérer pour se mettre en train le matin, bien moins efficace sans doute qu'une défécographie publique mais bon, une autre fois peut-être...

Lire la suite

Mais qui a inventé le fil à couper le beurre?

Publié le 17 Avril 2019 par KRo

Après avoir annoncé à grand renfort de communication qu'on allait (ENFIN!) chanter en chorale, faire des dictées et du calcul mental à l'école (Mais que foutent les profs? S'ils ne font pas ça, ils font quoi alors de leur mi-temps de feignasses?), j'ai appris à la radio la semaine dernière que la dernière grande trouvaille de notre ministère, le truc de foufou top révolutionnaire que vraiment il fallait y penser mais heureusement que Blanquer et toute sa troupe y ont pensé sinon que deviendrions-nous, c'est le permis vélo!

Alors, petit aparté, je tiens à souligner que oui je suppose quand même que le gars qui m'agace ne bosse pas tout seul, donc toutes ces conneries là, ne sont pas le fait d'un seul homme, qui, peuchère, pourrait ne pas être au courant de tout, le pauvre, ce qui se fait en France sous sa houlette. Ils sont plusieurs, plusieurs personnes ont donc pris un temps de réflexion avant de décider d'écrire un discours ou un communiqué au nom du ministre, et y'en pas un qui s'est dit que peut-être avant de balancer n'importe quoi, un coup d’œil sur le terrain ne serait pas complètement du luxe, noooonn! C'est quand même énorme. Les gens bossent au ministère de l'éducation nationale, ce n'est pas une punition quand même, c'est pas comme s'ils voulaient bosser aux finances ou aux armées et qu'on leur a refusé alors ils boudent, pissent par terre et se roulent dedans. C'est pas ça, hein, dites?

Alors comment se fait-il qu'ils passent leur temps à annoncer des grands changements dans les programmes qui sont en fait des basiques de l'enseignement? Moi quand j'ai appris pour le permis vélo, je me brossais les dents tout en pensant justement que j'allais bientôt démarrer les séances de vélo avec ma classe. Du coup, j'étais ravie de savoir que vraiment depuis plusieurs années déjà j'étais au top de l'avant-gardisme et comme j'ai toujours chanté, fait des dictées et du calcul mental avec mes élèves quel que soit le niveau de classe, je me suis dit que peut-être je pouvais prétendre aux palmes académiques. Une si forte capacité pédagogique, une vision même dirais-je, ça devrait être récompensé moi je crois.

J'ai pensé aussi, tout en crachant mon dentifrice, que peut-être je pourrais postuler pour rentrer dans le think tank du ministre, parce que des idées aussi innovantes que celles qu'il aime diffuser, du coup, j'en ai à la pelle : travailler la géométrie dès le CP, apprendre à respecter l'autre et à se respecter dès la petite section, apprendre à écrire dès la maternelle, effectuer des opérations avec des nombres décimaux au CM ... je peux trouver de quoi faire au moins une annonce fracassante par semaine jusqu'à la fin du quinquennat moi, on va pouvoir faire péter les petits-fours pendant les conférences de presse, je vous le dis!

 

Lire la suite

Salut ma biche

Publié le 24 Mars 2019

"Salut ma biche, moi j'ai une bite." C'est en ces mots empreints de poésie que Pervers Popo a apostrophé une AVS dans la cour. Puis il a réitéré avec une autre un peu plus tard. On avance, hein, je crois qu'on peut le dire fièrement, la prise en charge par l'assistant social est d'ores et déjà une belle réussite!

En même temps, ce qu'il lui faut ce sont de nombreuses heures de psychothérapie à ce petit poète donc on n'est pas prêts de voir des améliorations pour le moment, il faut bien se le dire.

Le bon côté des choses c'est que moi je m'inquiétais beaucoup pour l'avenir de ce petit mais j'ai compris cette semaine qu'il pourrait devenir maire du Havre donc ça va je suis rassurée. Et oui, pour avoir l'idée d'envoyer des photos de son cul (et je reste sans doute à quelques centimètres de la réalité) à des femmes qui n'avaient rien réclamé de la sorte, il faut quand même avoir quelques trucs à régler avec soi-même, non?

Je me demande si le gars a accompagné ses photos d'un "Salut ma biche, moi j'ai une bite." Non parce que s'il ne l'a pas fait franchement c'est dommage, c'était hyper opportun. Carrément! S'il y a bien un moment où cette phrase pouvait prendre tout son sens, c'est bien là, bien plus que lorsque c'est un gamin de CE1 qui s'adresse à une adulte dans la cour de l'école.

A part ça, Pervers Popo n'était pas à l'école ces derniers jours, trop occupé à inonder le monde de ses pervers selfies ... nan je déconne, il a attrapé un virus sur la langue, et là je ne déconne pas, eh, eh, mais je ne préfère pas savoir où il a bien pu aller la fourrer pour attraper ça!

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>