Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Le bon côté du confinement

Publié le 29 Mars 2020

Entre 2 cueillettes de fraises, on bosse un peu quand même et on oblige les parents à faire travailler leurs enfants, même si on essaye de faire en sorte qu'ils puissent être le plus autonomes possible, c'est certain qu'ils ont quand même davantage besoin de leurs parents que pour faire leurs devoirs habituels. Ceci dit, il y a ceux aussi qui en aurait bien besoin mais qui n'ont personne pour les aider, et eux, ils sont vraiment dans la merde ...

Alors certaines familles se sont organisées rapidement, d'autres plus difficilement, il y a les parents qui renvoient, complétée tant bien que mal, au lieu de la fiche de travail envoyée, la fiche explicitement intitulée "fiche d'exemples pour aider à remplir la fiche d'exercices jointe" que j'ai annotée en couleur de partout pour qu'ils puissent suivre les exercices pas à pas, y'a des photos de feuilles qui font 9 Mo, des photos tronquées sur les côtés impossibles à corriger, ceux qui ont imprimé la version modifiable du pdf envoyé, plutôt que la version imprimable également jointe, du coup les gamins n'ont plus de lignes pour écrire mais des cases, j'en ai même un qui a écrit en colonne plus ou moins verticales dedans ... bref, avec du calme et de la bonne volonté, on y arrive.

C'est extrêmement chronophage d'expliquer par écrit et de façon claire le travail à faire, travailler à distance est loin d'être aussi efficace que travailler en classe, mais ça avance.

Mais le bonheur alors, il est où le bonheur, il est où? Il est par exemple dans ce petit message de la maman de Iony qui dit : "Bonjour, Je m'aperçois maintenant que je lui fais l'école à la maison que Iony a vraiment un souci au niveau scolaire...  c'est un petit peu galère... Il me dit qu'il n'arrive pas... Mais limite à rien... Et l'orthophoniste ne prend pas pendant le confinement apparemment... Donc aucun suivi ! " (J'ai enlevé les fautes d'orthographe mais j'ai laissé le rythme apporté par les points de suspension, je trouvais qu'ils permettaient mieux de ressentir ce qu'elle voulait exprimer, son désarroi.)

Et oui madame, votre enfant est en CM2 et depuis le CP on vous dit qu'il y a un problème, on a même fait plusieurs réunions pour partager avec vous notre inquiétude et sur le bulletin du premier trimestre de CM2, j'ai noté que vraiment, là, je tirai la sonnette d'alarme. Ça ne vous a pas inquiété plus que ça ces 5 dernières années, tout le travail que vous réclamiez lors de ses nombreuses absences que nous vous fournissions et que vous ne faisiez jamais, toutes ses leçons non apprises fourrées en vrac dans une pochette et pas dans le bon porte-vues ou le bon classeur parce que "je préfère faire comme ça et je range à la maison" mais il ne le faisait jamais, toutes ces évaluations qui se soldent par un "Non acquis" que vous avez dû signer, tout cela ne vous a pas mis la puce à l'oreille? 

Vous deviez être trop occupée à trouver que l'école ne protégeait pas assez votre enfant qui a tour à tour été harcelé par un tas de gamins différents, à vous organiser pour arriver en retard 3 à 4 fois par semaine le matin et 3 fois plus si on compte le midi et le soir, à laisser des messages sur le répondeur pour vous plaindre de tel ou tel enseignant qui avait mal parlé à votre enfant, à réclamer des leçons que selon vous il était le seul à ne pas avoir ou encore à nous menacer de le déscolariser (comme si on en avait quelque chose à foutre, ah ça, cette menace là, vous ne la brandirez plus jamais après ce confinement, dommage qu'il n'ait pas eu lieu plus tôt, on arrive à la fin du CM2).

Et maintenant cette connasse d'orthophoniste qui ne prend personne en rééducation pendant le confinement! Le sort s'acharne!

Lire la suite

That is the question

Publié le 24 Février 2020

Vingt fois par jour au moins, que je sois au bureau ou en classe, je suis dérangée par la sonnerie du portail. Des parents ou des taxis qui viennent chercher ou ramènent des gamins qui ont des soins à l'extérieur, les AVS qui commencent plus tard, les oublis de sacs de piscine, de lunettes, les retardataires ... bref, ça sonne sans arrêt. Quand je suis en classe, comme il arrive qu'en l'espace de quelques minutes ça sonne plusieurs fois, c'est quand même un peu pénible pour garder le fil d'une explication, par exemple. On fait avec. Mais quand même, c'est tellement usant, que des fois, quand je suis tranquille chez moi, j'ai des hallucinations auditives et j'ai l'impression que j'entends sonner le combiné de portail. C'est grave docteur?

L'autre jour, un gars a sonné, 15 minutes avant la fin de la journée de classe, moi j'essayais de mener ma séance jusqu'au bout et c'était un peu difficile de garder tout le monde suffisamment concentré : 

Je décroche le combiné.

- Oui, bonjour.

- Bonjour, c'est le taxi.

- Oui?

- Oui je ramène ... merde, comment il s'appelle déjà?

Le mec était hilare, il lui a fallu plusieurs de mes précieuses secondes de classe pour retrouver le nom du gosse. J'ai beaucoup ri moi-même ... nan à 15 minutes de la sonnerie le vendredi, quand je galère avec ma séance de géographie en face de mômes déchaînés, je n'ai aucun humour.

Lire la suite

Appelez-moi le ministre

Publié le 23 Février 2020 par KRo

Quand on monte dans le bus avec sa classe, c'est toujours l'aventure.

Il y a le chauffeur qui engueule les mômes alors qu'ils ne sont pas plus pénibles que ça. "Mais qu'est-ce que tu fais mec? On est bien là! Conduis ..."

Il y a ceux qui roulent bizarrement, soit très vite et tout le monde penche dans le bus dans les rond-points, soit comme s'ils manœuvraient un tank, allez vas-y que je monte sur les trottoirs et que je passe à 5 mm du panneau de signalisation dans les virages, vas-y que je demande systématiquement aux voitures de la file en face de reculer. "Mais mon gars, les autres chauffeurs, ils passent sans problème là, d'habitude, faut passer aux verres progressifs, je te le dis."

Il y a aussi le chauffeur qui prend son temps, toi t'as ton planning tiré au cordeau, t'as tout planifié pour être en avance juste ce qu'il faut pour pas que tes élèves attendent trop longtemps dans la salle et se transforment en Gremlins juste avant que le spectacle ne commence et puis tu sais que normalement, même avec un tout petit peu de bouchons tu seras rentrée avant la sonnerie de sortie et lui il a tout son temps, tu es sa course de l'après-midi. Alors il mange sa pomme avant de monter dans le bus alors que tous tes élèves sont comptés et ceinturés. Il prend un temps de réflexion à chaque fois qu'un feu passe au vert et toi pendant ce temps là, t'es arc-boutée sur ton siège comme si, telle une super-héroïne, tu pouvais arriver à faire démarrer ce bus rien qu'avec ton énergie propre.  "Mais tu vas la faire avancer ta merde?!"

Tu as le mec qui chante aussi. Toi t'as 20 minutes de répit dans ta journée, les gosses discutent tranquillement tous collés au fond du bus (les gosses adorent aller au fond du bus alors moi je les y laisse avec l'accompagnateur et je me colle devant ... pour les instructions ... je vais y venir). Donc t'es à peu près tranquille du point de vue sonore même si t'es à l'affût du chrono et que dans ta tête t'as mis en route le GPS, et l'autre il se croit à "The Voice" et pas catégorie des sélectionnés, plutôt catégorie des gars qui chantent un mot sur deux mais avec beaucoup de conviction et en te jetant des petits coups d’œil dans le rétro pour chercher ton approbation.  "Pour la peine, mon gars, je te fais ma tête de Faites entrer l'accusé, t'es content?"

Et puis surtout, surtout, tu as beau l'avoir précisé dans toutes des demandes de devis depuis 10 ans, et ça a beau être la loi depuis bien plus longtemps que ça, les chauffeurs ne semblent jamais informés qu'ils ont un schéma de conduite à suivre, c'est à dire un itinéraire, et sont toujours assez récalcitrants pour remplir le document officiel que nous sommes obligés de leur faire remplir à chaque transport. Du coup, c'est à toi de t'assurer qu'il ou elle fait prendre au bus un itinéraire pas trop débile pour arriver à destination (il m'est arrivé, il y a longtemps, d'avoir un chauffeur qui partait vraiment dans la direction inverse et de m'apercevoir au bout de 5 minutes qu'il roulait sans savoir où il allait cet abruti, genre on fait un tour en bus quelle éclate, maintenant je demande toujours en montant s'il le sait et s'il sait comment on y va, comme ça j'ai un peu moins de surprises). Et c'est du boulot ça, de suggérer au chauffeur une route à prendre sans trop le froisser.

Quant au document à compléter, la fameuse et pénible "Annexe 4 du BO de 1999", souvent les chauffeurs font la moue quand on leur tend, mais des fois, ils râlent carrément. La dernière fois c'était le cas : 

- Mais y'a que vous qui nous faites remplir ça.

- (D'abord, je sais que c'est faux, et ensuite et bien) oui peut-être, mais c'est comme ça.

- Oh mais il faut que je cherche dans mes papiers. J'peux pas vous le remplir.

- C'est vous qui faites le trajet retour, c'est ça? Vous nous attendez?

- Oui.

- Et bien je vous laisse le papier, vous aurez le temps pendant ce temps là.

Je m'assieds, me ceinture.

- Puisque c'est comme ça je ne vous le remplirai pas.

- Comme vous voulez, mais je vais en parler à votre compagnie.

Il finit par démarrer quand même.

- J'aimerais bien vous y voir vous à conduire un bus avec des scolaires.

- Ben j'aimerais bien vous y voir, vous, à gérer une classe de 25 élèves. (Ok, va y avoir de la bagarre, j'suis chaude comme la braise ... )

- Nan mais je dis pas ça pour vous.

- (Oh, je montre les griffes et tu te défiles mon pote, oui, oui, tu te défiles.) Hmmm.

- Non mais faut pas s'étonner après qu'on veuille plus faire les scolaires.

- (Parce que t'as un papier à remplir avec ton nom, ton numéro de permis et l'immatriculation de ton bus, sans déc, faut se détendre un peu là).  Hmmm.

- Non mais qui est-ce qui décide de ça?

- C'est la loi.

- Non mais qui c'est le responsable, parce que moi je vais lui expliquer.

- Ben actuellement c'est monsieur Blanquer.

- Ben faudra me donner son numéro, je vais l'appeler pour lui expliquer moi.

- Pas de problème, faut appeler au ministère en fait.

Et sinon, tout le restant du trajet il a été mielleux, s'inquiétant de savoir si on serait bien à l'heure pour voire notre spectacle. Et au retour encore mieux, alors que je revenais m'asseoir après avoir vérifié que tout le monde était bien attaché, il m'a dit "il faut signer, maîtresse" en me montrant un document. En réponse, je lui ai fait ma plus belle tête de prison.

Lire la suite

Faire et Agir, l'art du verbe ou la magie de la communication

Publié le 8 Janvier 2020 par KRo

Christine Renon s’est suicidée et ensuite tout a changé.

Nan j’déconne.

Cette directrice qui a mis fin à ses jours dans son école après avoir bien pris soin de laisser des courriers expliquant son geste doit se retourner dans sa tombe, enfin non même pas, elle doit se dire qu’elle avait bien anticipé le fait que rien ne bougerait, hélas.

Alors de la com’ on en a eu hein. Des flots d’emails venus de tous les horizons de notre hiérarchie, du ministre, du DASEN, de l’IEN, des mails par dizaine pour nous dire « les directeurs on vous aime, on vous respecte », ça me fait penser à l’ancienne maîtresse E qui ne voulait pas qu’on bouffe les chats parce qu’on les aiiiimeu nous les chats. Feu Mme CO2, feu.

Donc nous avons reçu pléthore de messages. Toi tu veux plus de temps de décharge pour pouvoir bosser dans ton bureau, plus de reconnaissance hiérarchique, plus d’argent, moins de messages en double ou triple et moins de documents administratifs foireux et se superposant les uns aux autres et eux t’envoient des emails et encore des emails… mais attention hein, des emails réfléchis hein, avec même de la vidéo dedans dis donc. Ben oui parce que quelqu’un quelque part au ministère a dû penser qu’en voyant la gueule de Blanquer ça nous empêcherait d’avoir envie de nous suicider… euh … drôle d’idée quand même, il a plutôt une gueule à vouloir se foutre en l’air qu’à vouloir s’envoyer en l’air, il faut bien le dire … même si question gland, on ne peut pas dire qu’il soit en reste, il faut lui accorder cela.

Et puis dans tout cela il y a eu des annonces. Aaaaaah les annonces … les annonces de ce ministère, ce sont des bonbons, des petits chocolats mais façon crocrottes, la petite bouchée au chocolat qui peut éventuellement te faire envie au départ sur un malentendu, mais qui est en fait vraiment dégueu quand tu l’as dans la bouche parce qu’elle est fourrée d’un truc rose sucré immonde que tu ne sais pas vraiment ce que c’est. 

Alors déjà juste avant la rentrée on avait eu le droit à l’annonce de l’augmentation générale de 300 euros ! Whouhouh ! 300 euros par mois dis donc ces salopiauds d’enseignants ils s’emmerdent pas hein. C’est toujours les mêmes qu’en croquent. 
Bon, il fallait donc comprendre 300 euros de plus par an à partir de 2020, soit 25 euros brut par mois, pas de quoi s’exciter non plus. J’suis bien aise moi en plus parce que cette année mes fils vont avoir 20 ans donc je vais perdre l’avantage de la prime dite de « complément familial de traitement » qui approchait les 180 euros par mois, ne me resteront que les 180 euros de la prime de direction qui diminuera également si on ferme une classe à la rentrée. Chouette ! Je précise parce que le ministre parle souvent des primes des enseignants mais dans le primaire, si on est un simple enseignant dans une école lambda, il n’y en a pas, en dehors du complément familial de traitement. 

Ensuite, dans la même veine (ooooh la veine!), Blanquer a octroyé aux directeurs d’école une journée de décharge de direction supplémentaire. Ouais gros, une journée en plus dans ma semaine pour bosser au bureau, c’est bon ça ! C’est à partir de quand ? C’est pour tous les directeurs ou cela va dépendre du nombre de classes de l’école ? 
Hophophophophop, je t’arrête là jeune fille, tu t’emballes. 
Alors c’est drôle, même des collègues y ont cru. Et en dehors du monde enseignant, on m’a même rapporté que certaines personnes croyaient qu’on allait nous donner une journée de vacances en plus (bon ça n’a aucun sens et on ne l’a jamais demandé, mais c’est drôle de voir les effets de telles annonces, là on est au niveau de « 100 % des gagnants ont tenté leur chance » ou de « fat free » sur les sucettes, ce n’est pas faux, mais on est quand même dans de la belle enculerie.). Là donc, il fallait lire la suite de l’annonce de M. Blanquer qui était : « … entre novembre et décembre ». Sans doute qu’avec ses poteaux du ministère ils se sont dit : 
- Tu vois pas que pendant l’hiver y’en ait plusieurs qui se défenestrent, ça ferait pas du bien à notre image ça avant les fêtes, déjà qu’ils vont devoir encaisser le fait de partir à 64 ans avec 1200 euros de retraite.
- Excuse-moi Jean-Mi mais 1200 euros c’est pour ceux nés avant 1975, pour les autres ce sera plutôt 1000 euros.
- Mmmm
- 1200, 1000 on n’est pas à 200 euros près là, Gilbert, ça fera toujours moins qu’un professeur stagiaire en début de carrière.
- C’est pas faux ça Jean-Phi, mais bon avec tout le merdier qu’ils accumulent dans leur baraques ces cons, ils auront toujours de quoi s’isoler avec des boîtes d’œufs, se faire du mobilier en papier mâché ou brûler des manuels pour se chauffer.
- Ah, ah, Gilbert, quel con, t’es pas le dernier pour la déconne toi !
- Bon alors qu’est-ce qu’on fait ?
- Les gars, j’ai pas que ça à foutre, je suis ministre moi les mecs, j’ai des louches à serrer, des papiers à signer, des vidéos à tourner. On a qu’à leur filer un jour de décharge supplémentaire voilà, comme ça ils nous foutront la paix, j’annonce ça, ensuite Jean-Phi, dans le BO t’écris que ce sera une journée d’ici fin décembre et pis c’est tout putain, ils vont quand même pas tous se jeter du premier étage, merde ! 
- Ah, ah, Jean-Mi, quel con, t’es carrément un vicieux mon pote, putain mais souris pas trop quand tu feras ta vidéo parce qu’ils pourraient mal le prendre quand même, y’en a qui sont un peu fourbes.

Donc voilà, un jour, tu reçois un coup de fil et on te dit que la semaine suivante tu seras en classe un jour de moins. Toi tu as préparé ta semaine déjà évidemment, parce que contrairement à la légende, tu ne te pointes pas le matin avec aucune idée de ce que tu vas bien pouvoir faire faire à tes élèves dans la journée (Ah, tiens, je vais les emmener embrasser des arbres, c’est cool ça, et puis après on se fera un petit mandala suivi d’un coloriage magique sur les tables de multiplication, je dois avoir ça au fond de mon armoire, pop pop pop). Tu prends donc du temps en plus pour revoir tout ça et tout détailler par écrit à l’attention de ton remplaçant, lui expliquer quoi faire et comment le faire, avec quels cahiers, quelles leçons, quels exercices, quels devoirs, histoire qu’il ou elle t’avance dans ton boulot de classe, sinon ben ça te fout juste dans la merde dans ton planning … tu revois ce que tu avais initialement prévu parce que ton projet artistique t’as pas envie que ce soit un autre qui le prenne en main et te fasse une grosse merde, donc tu prévois autre chose, tu décales le restant de ta semaine, tu t’arranges avec les collègues pour avoir une salle, bref, ça t’aura demandé du boulot supplémentaire quoi mais bon allez, t’auras une journée de plus au bureau. C’est cadeau.

Et puis aussi, il y a eu le groupe de parole, pardon, le temps d’échange avec les directeurs. Je vous résume, il s’agit de 2h (oui, ils n’avaient pas tellement envie qu’on s’étale non plus), au cours desquelles on nous a demandé de dire un truc qui va, un truc qui ne va pas et de donner une idée d’amélioration.
Ensuite, l’Inspectrice a lu les messages, a noté des trucs dans un rapport au DASEN parce que c’était ça le plus important, qu’il y ait une trace du fait qu’elle avait bien honoré sa mission de recevoir la parole des directeurs dans le cadre d’un échange clairement formalisé.
Elle a écarté les éléments sur lesquels « de toutes les façons, ça on n’y peut rien » comme le salaire (amusant non?) et la question de la reconnaissance (parce que « ça vous le savez, à mon niveau comme au dessus, nous sommes conscients de l’importance de votre travail ». C'est cela oui.  Mais je ne suis pas objective, moi je suis restée bloquée sur la fois où, fraîchement nommée Inspectrice dans ma circonscription, sans me connaître ni connaître davantage les difficultés auxquelles l’équipe avait dû faire face les 4 années précédentes, alors que j'étais en poste depuis 8 ans, elle m’a dit que je ne faisais pas bien le mien de boulot et que s'il y avait des problèmes années après années alors que les élèves finissent par partir c'est qu’il fallait que je revois mon autorité auprès des parents et des élèves puisque j'étais à l'évidence la seule constante dans l'équation.). 
Elle a reconnu que l’aspect de la gestion de la sécurité et des risques avait fait exploser notre quantité de responsabilités, voilà voilà, elle l’a écrit et puis après chaque directeur est retourné dans son école. 
Ah non, j’allais oublier, elle nous a resservi le fait que les enseignants s’étaient opposés à la proposition du ministre de créer des postes de directeurs « par bassin de collège », alors que ça aurait été « drôlement bien », puisque elle à son niveau elle n’a « pas du tout le temps » d’être le supérieur hiérarchique des enseignants dans les écoles, puisque de toutes façons elle « ne les connaît pas ». La seule chose intelligente dans sa phrase c’était qu’effectivement, elle ne connaît pas les enseignants et ne fait aucun effort pour les connaître depuis qu’elle est arrivée, très clairement, elle s’en bat l’œil. Ce qui l’intéresse c’est de cocher les cases de ses objectifs sachant qu’un bon compte-rendu peut permettre de cocher une case, il n’est pas nécessaire d’agir concrètement, il suffit de bien savoir tourner des phrases. Le mec qui avait tourné le film « Etre et Avoir » dans une école de campagne, il pourrait tourner « Faire et Agir » au ministère à présent. Pour le reste, avant de partir on lui a quand même signifié qu’un directeur supérieur hiérarchique de plusieurs écoles dispersées sur un territoire cela n’avait vraiment aucun sens et que c’était vraiment méconnaître la réalité du terrain, mais bon, elle était en train de finir de taper son rapport alors ça l’a moyennement intéressée. 


Bien, bien, bien, on a bien bossé là je crois, on n’a pas avancé ni sur le statut, ni sur les fonctions, ni sur les difficultés, ni sur les moyens, ni sur … bref, pas d’éventuelles évolutions concrètes en vue … allez, allez, un peu d’enthousiasme, on a tout bien coché les cases du plan de com’, c’est une bonne chose de faite, question réglée. 

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>