Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

Il a un chat et un canapé noir

Publié le 18 Septembre 2016 par KRo

Une demoiselle de 18/20 ans vient à ma rencontre vendredi soir au portail :

- Bonjour.

- Bonjour, je viens chercher Adrian.

- Oui, Adrian comment?

- Euh... Je n'sais pas.

- ??!

- Mais je suis sa nounou! J'ai ma carte d'identité et tout.

- (Oui enfin, même les tueurs en série ont des cartes d'identité, ça me fait une belle jambe.) Vous êtes sa nounou et vous ne connaissez pas son nom?

- Mais je sais qu'il est en CP, il est blond.

- Donc je résume : vous venez chercher un petit garçon de CP, blond qui s'appelle Adrian mais vous ne connaissez pas son nom. Et vous croyez vraiment que ça me donne envie de vous le laisser?

- Mais je sais qu'il a un chat et un canapé noir!

- (Perplexité et sourire, regard qui en dit long) ...

- Ne me regardez pas comme ça quand même. En même temps je vous comprends, à votre place je me dirais: "Whaou!"

- C'est exactement ce que je suis en train de me dire, figurez-vous. Ah, regardez, la classe arrive.

Et une fois qu'elle a été repartie avec Adrian, la maîtresse m'a dit que le mardi précédent, la jeune fille s'était pointée, elle portait des lunettes de soleil et quand la maîtresse a demandé à Adrian s'il la connaissait il a d'abord dit non avant de se raviser après qu'elle a retiré ses lunettes de soleil : "Ah si je la connais!". Ces deux-là sont faits pour s'entendre.

Lire la suite

Le réseau? What the fuck?

Publié le 14 Septembre 2016 par KRo

Que dire du RASED de notre école?

Je vais commencer par exprimer le fait que je suis bien consciente que comme partout je crois, les 2 enseignants spécialisés du RASED ainsi que la psy travaillent sur plusieurs écoles à la fois et que oui, il en existe des bien mais bon je vais m'arrêter maintenant parce que si j'ai que ça à raconter, on s'en cogne.

Alors allons y :

Vous connaissez déjà Mister Grenouille dit Glouglou, qui fait partie de la famille des gens qui ne servent à rien mais qui arrivent quand même à vous faire bien chier. Une sorte de concombre de mer chelou avec ses yeux de caméléon qui fait un bad trip. A ses côtés, il y a une maîtresse E (ce qui n'a rien à voir avec une quelconque forme de sado-masochisme, il me semble) qui, elle, a l'air normal (enfin en même temps, en comparaison, c'est pas compliqué) et plutôt compétente bien que peut-être un peu lente à mon goût (bon mais moi, je suis une sorte de Rémy Bricka qui serait sous amphétamines alors forcément je trouve souvent les gens lents à comprendre, à dire, à faire, à bouger). Et puis il y a la psy scolaire, qui débute (bon enfin ça fait un an qu'elle débute, maintenant j'ai droit de dire qu'elle devrait un peu commencer à se sortir les doigts du derch quand même, j'ai été compréhensive jusqu'à présent mais là ça commence à bien faire sa capacité d'inertie, son manque d'organisation, ses trucs qu'elle peut pas me dire mais qu'elle me dit qu'elle peut pas me les dire parce qu'elle peut pas parce qu'il y a le secret professionnel que moi je suis trop conne pour comprendre que peut-être je vais aller vendre ses secrets à des chinois donc bon soyons vigilants mais que j'ai besoin d'avoir 2 ou 3 miettes d'info de temps à autre pour pouvoir faire mon PUt@$% de boulot, MERDE!)

"A eux trois ils forment le gang Sorrow,
leurs noms Glouglou, Frisette et La Psycho
Glouglou Psycho
Glouglou Psycho - o"

Punaise, l'autre jour leur gang m'a coincée pour faire ce qu'ils appellent "une synthèse" (ce qui est beaucoup moins rigolo qu'une tarte aux fraises malgré la rime). Avec l'ancienne psy on ne faisait pas ça, parce qu'elle-même se trouvait sans doute trop jeune pour mourir si salement. On se faisait le point toutes les deux ou avec chaque enseignant concerné en début d'année, on passait en revue tous les gamins des classes pour lesquels on pouvait ou on avait pu s'inquiéter, on se donnait des objectifs d'action si nécessaire et roulez jeunesse. Mais l'an dernier, elle a changé de poste pour se rapprocher de chez elle.

J'avais bien senti venir le traquenard l'année dernière, mais bon, j'avais dit oui parce que la psy débutait et en fait c'était naze.

Et cette année, j'ai accepté pour m'en débarrasser en demandant à ce qu'on s'en tienne à une heure de réunion mais ils ont réussi à me plomber ma matinée. Leur synthèse en ce qui me concerne, c'est de la merde. Ils ont un tableau qu'ils lisent pour se tenir informés les uns, les autres de ce qu'ils ont fait l'année d'avant pour aider un gamin (ou plutôt de ce qu'ils avaient dit que peut-être ils feraient et puis en fait non parce que le temps qu'ils fassent toutes leurs synthèses dans toutes les écoles et puis après bon ben là c'était le moment d'aller faire ses courses et puis là je suis revenu mais bon ah là je vais aller dans ce couloir et puis non plutôt dans celui-là et puis là je vais aller redire la même chose que la semaine dernière à la directrice histoire de la faire chier encore 10 minutes de plus pour entretenir la flamme et puis oooooh je vais rester planté(e) comme une poule qui vient de pondre devant la photocopieuse parce que j'ai appuyé sur le mauvais bouton et du coup mon cerveau est en train de geler mais heureusement je vais demander à la directrice de venir m'aider et alors là je suis reparti mais bon l'enfant que je dois prendre en charge est malade alors ben je vais rentrer chez moi parce que c'est trop tard pour penser à m'occuper d'un autre gamin bon mais avant de partir je vais quand même m'assurer que la directrice elle a bien compris ce que je lui ai dit tout à l'heure et si possible je vais poser mon dossier que j'ai à la main en plein sur son bureau pour bien bien bien lui pourrir ses tas de boulot à faire qu'elle vient de se trier et peut-être même qu'en partant je ferai s'envoler avec moi la feuille du dessus pour qu'elle puisse mettre 5 minutes à la retrouver parce qu'elle a que ça à foutre dans son petit bureau quand je ne suis pas là).

Donc leur lecture de tableau, comme moi je sais à peu près lire, et même toute seule dans mon coin loin très loin du gang Sorrow ... pendant ce temps là, je m'emmerde. Surtout qu'ils lisent le trucs à grand renfort de "C'est qui déjà celui-là?" "Ah?!" "Ok, bon ben de toutes façons on va attendre que l'enseignant nous en parle cette année, hein!". J'ai donc bien fait d'être là moi, j'étais justement en train de me dire que je foutrais bien rien de ma matinée parce que je préférerais me taper le boulot ce weekend plutôt.
Et puis aussi, pour me faire participer sans doute ou peut-être parce que sur ma gueule y'a écrit "Le prochain qui dit qu'on va attendre ce que ça donne cette année, je pense que je vais lui sauter à la gorge", toutes les 5 ou 6 lignes, ils me demandent : " Euh, Ayoub, il a un suivi finalement?" ou une variante "Camille, elle va toujours chez l'ortho?". Et moi, invariablement, avec ma tête de tueur en série, je réponds : "Je n'sais pas!". Ben oui je ne sais pas, parce que c'est VOTRE BOULOT d'aller faire le point avec les enseignants, moi si au détour d'une conversation on me le dit, ou si c'est pendant les horaires scolaires je peux éventuellement le savoir mais comme vous me faites chier c'est pas certain que je vous le dise pour autant. En revanche c'est pas mon boulot de faire l'inventaire des suivis médicaux ou paramédicaux de tous les élèves de l'école!

Bref, vous avez compris, la synthèse c'est 3h de pur bonheur. Et si en plus, comme moi, en sortant de là tu te pètes un talon et que tu finis la journée avec ton bazar improbablement plus ou moins recollé à la patafix que quand tu marches dans le couloir on dirait que t'as une jambe de bois, tu frolles l'extase!

Lire la suite

Augustin-la-crocrotte

Publié le 11 Septembre 2016 par KRo

Quand en mai ou juin j'avais procédé à l'inscription d'Augustin, déjà ses parents m'avaient prévenue qu'il était pénible. Ça m'avait alertée, parce que c'est rare. En général, les parents ils disent "Il est vivant!" pour te dire qu'il va te mettre ta classe en l'air, ou bien "Il faut le visser, c'est tout." ou "Il faut le tenir." tant et si bien que t'as d'un coup l'impression de diriger non pas une école mais un chenil. Et puis après, ces gamins ils sont super chiants et tu te retrouves à mettre des mots dans les cahiers ou à rencontrer les parents qui à ce moment là, deuxième étape de la novlangue, te disent : "L'année dernière ça s'est bien passé pourtant, je ne comprends pas, c'est la première fois qu'on me dit ça. A la maison, il n'est pas du tout comme ça!". Alors, pour ce qui est de la maison, je veux bien les croire quoique pour certains gosses j'ai quand même un sérieux doute, mais pour l'école ce qui est bon, c'est que les parents ils arrivent à te dire ça même quand il était déjà dans ton école l'année d'avant et que donc tu as entendu ta/ton collègue en parler, voire même qu'on en a parlé ensemble pour essayer de trouver des solutions.

Mais là, non, là ils ont annoncé la couleur tout de suite. En même temps, après tout de même avoir placé qu'il était plutôt brillant scolairement, ils se sont retrouvés à me dire que dans l'école privée où il était, ils n'en voulaient plus parce qu'il était trop pénible. Je suppose donc qu'ils avaient dû, plus ou moins brusquement, prendre conscience de la réalité de la situation. Un bon point pour eux, me suis-je dit, ils sont honnêtes. C'est vrai, ils auraient pu m'inventer une raison bidon pour m'expliquer son retour au sein de notre chère école publique qui accueille tous les enfants, avec ou sans difficultés voire même pathologie, avec ou sans moyen de les prendre en charge correctement : ALLEZ, C'EST PAR LÀ , ENTREZ, ENTREZ, ON RIGOLE ON S'AMUSE, BIENVENUE DANS LA COUR DES MIRACLES!

Sachant que ce nouveau chocolat était une crocrotte (oui, vous savez les crocrottes, c'est comme ça que la grand-mère de mon beau-frère appelait les chocolats vendus en vrac dans des boîtes carrées sur le rayon le plus bas des hypermarchés à Noël. Mais si, faites un effort, ces chocolats dégueu avec dedans une sorte de fourrage blanc ou rose ... Ah! vous voyez de quoi je veux parler), et bien je me suis pas sentie d'aller recracher cette crocrotte dans la main de ma voisine, je me la suis gardée.

Et effectivement : la première matinée, il m'a saoulé. Au bout de 2 jours, j'en avais marre. Au bout de 3, j'ai éclaté de rire en pleine classe tellement il est usant et je me suis dit que l'année allait être TRÈS longue! Le gamin est un nombril! Il y a lui, lui, et lui. Il a la maturité d'un enfant de Petite Section : il se lève, parle à tort et à travers, souvent d'autre chose que ce dont on parle à ce moment là, il vient me tirer sur la main pour que je l'écoute (WHAT?), il manifeste son envie d'aller pisser 10 minutes après la récré, il interrompt la séance d'histoire pour savoir quand est-ce qu'on ira en sport, il tient tellement à ce qu'on le remarque que lorsqu'on chante, pour se faire entendre il fait des espèces de vibes ... A pain in the ass quoi!

Et l'autre jour, le papa est venu le chercher et en a profité pour venir me voir. Du coup après lui avoir dit que j'avais pas été roulée sur la marchandise et avoir vu son visage pâlir, j'ai commencé à mettre les formes. Oui, un petit conseil, quand son enfant est chiant, mieux vaut ne pas cueillir la maîtresse à la sortie de la classe, mieux vaut lui laisser le temps de se remettre et d'en parler tranquillement, parce qu'à chaud, ça peut être brutal comme conversation. Là, j'ai vu sa tête et je me suis entendue dire : "Non mais on va y arriver! Il faut qu'il prenne ses marques!", sur le moment je n'y croyais pas du tout, mais bon sa détresse à déclenché mon mode "Diplomatie".

Et là, le gars me regarde et me dit : "Il vous a insulté?"

Quoi? Je vais me faire insulter en plus? C'est à ça que je dois m'attendre? Ah non! Ça m'a fait marrer, tellement c'est désespérant .... Apparemment Augustin-la-crocrotte était coutumier du fait l'année précédente, c'est charmant tout ça, non?

Je sens qu'on va vivre une belle aventure ensemble cette année. Depuis cette discussion, il s'est notamment levé en classe pour aller se battre dans l'allée avec un autre élève, qui lui est scolarisé dans le cadre du handicap pour son hyperactivité, donc qui a en quelques sortes, des circonstances atténuantes en ce qui concerne son comportement. C'est chouette, non?

Lire la suite

Reproduction

Publié le 25 Juillet 2016 par KRo

Une vieille histoire pour ne pas se laisser trop aller à la poésie de la saison estivale.

Elle remonte à l'époque où j'effectuais des échanges de services avec mon collègue M. Schopenhauer. Il prenait ma classe en sciences et moi la sienne en anglais. Ça tombait plutôt bien parce que moi, pour qui me connaît, je n'aime pas trop la nature.

Ce jour là, je fais sortir ses élèves et récupère ma classe juste au moment où cela sonne, ils sont dans le couloir en train de se ranger avant de partir. Les animateurs du CLAE sont déjà prêts à accueillir les enfants et postés à différents endroits, certaines classes circulent déjà, bref il y a du monde.

Et là, Djessy se met à gueuler : "Maîtresse, monsieur Schopenhauer aujourd'hui en sciences, il nous a montré une photo avec 2 chevaux qui S'ENCULAIENT!" Le dernier mot là, elle l'a dit très très fort, vraiment démesurément fort pour ce si petit couloir, je vous assure.

Mais moi, je connaissais l'engin ... je veux dire par là que je maîtrisais la finesse et la délicatesse de la Djessy, je savais bien de quoi elle était capable et aussi qu'elle ne comprenait pas toujours tout et enfin, que trop souvent elle était confrontée à des conversations ou des images qui n'étaient pas de son âge du tout. Alors j'ai répondu :

- Ah? Il va falloir que j'en parle avec M. Schopenhauer alors, parce que je ne crois pas que ce soit au programme.

Et puis j'ai fait avancer mon rang, forte de ma décontraction à l'anglaise.

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>