Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
makarotte.com

Gustavo

Publié le 12 Octobre 2016 par KRo

Bienvenue dans notre surréalité!

Avec Alberta-Tomba-La-Bomba, on se démarre la journée par un rendez-vous avec la maman de Gustavo, celle qui peut se permettre de nous mépriser parce qu'elle, elle travaille jour et nuit, sans relâche, dans un truc genre bowling ou karting ou paintball enfin bref dans un lieu dans lequel le droit du travail ne s'applique pas puisqu'elle n'a pas de temps à nous accorder car pas de jour de congé pour récupérer ses weekends travaillés. J'aimerais quand même bien voir la gueule des gars qui vont faire du paintball à 9h du mat le mardi matin! "Bonjour à tous les gars du club-des-branleurs-qu'ont-40-euros-à-dépenser-tous-les-mardis-matins-entre-9h10-et-10h40, je tiens à vous remercier d'être là et avant d'y aller je voudrais vous signaler qu'un nouveau club vient de voir le jour, le club-gars-qui-ont-toujours-rien-à-foutre-le-jeudi-matin-de-10h45-à-12h15-et-qui-ne-savent-toujours-pas-quoi-faire-avec-leurs-sous donc si ça vous branche, n'hésitez pas à vous inscrire, allez go!"

Nous sommes réunies là pour lui faire comprendre que son fils, autiste diagnostiqué, semble avoir besoin de soins pour l'aider à progresser, d'attention de la part de ses parents pour se sentir mieux et de moins d'heures d'école qui lui pèsent. Comment en est-on arrivés là? Peut-être parce que Gustavo fait chier toute la journée? Peut-être parce qu'il tape les autres tous les jours, pendant chaque récréation ou temps d'accueil? Peut-être parce qu'il insulte les autres tous les jours? Peut-être parce qu'il tape son AVS? Peut-être parce qu'il est capable de menacer un enseignant en disant qu'il va le "défoncer" de haut de ses 7 ans et de ses deux allumettes cassées qui lui servent de jambes? Peut-être parce qu'il regarde les adultes qui le réprimandent en faisant des grimaces qui disent "Va te faire foutre!"? Peut-être parce qu'il dit que ses parents ne s'occupent pas de lui? Peut-être parce que quand je lui parle du rendez-vous prévu avec sa maman, il me répond "Tu crois qu'elle a que ça à foutre de venir à l'école?" Peut-être parce qu'il ne fait rien qui ne s'approche de près ou de loin d'apprentissages scolaires pendant tout ce long long long temps qu'il passe en classe? Le questionnement est vaste.

Mais heureusement la mère a des réponses.

Des soins? Mais vous n'en savez rien (bande de connasses) car il en a plein. 1h de psychomotricité par semaine (royal!) et un suivi psy!

Ah? un suivi psy? Depuis quand?

Depuis jeudi dernier?! Euh ... à partir de combien de séances appelle-t-on un rendez-vous chez le psy, un suivi?

Gustavo est spécial, il ne doit pas aller dans un groupe avec d'autres enfants parce qu'il n'existe que des lieux de soins avec des groupes d'enfants ayant des pathologie très lourdes.

Ah?!

Mais les prises en charges individuelles ce n'est pas bon pour lui non plus.

Ah?! Punaise c'est drôlement enquiquinant cette double incompatibilité.

Elle a la solution, elle a choisi de le mettre dans des groupes, le weekend, pour qu'il apprenne à se comporter correctement socialement, à dire bonjour tout ça.

Ah? Merde, manque de bol, des personnels soignants qui ne bossent exclusivement que le weekend. On n'a pas de bol nous dans notre coin de France. Punaise, je comprends tout, c'est les gars du club de 9h10, c'est pour ça qu'ils sont dispo pour le paintball le mardi! Tout se tient, tout se tient, c'est très clair. En plus c'est cool, il apprendra à dire bonjour sans doute avec des gamins dont la pathologie se soigne aussi le weekend, ma foi c'est parfait (-ement invérifiable) : "Good morning, good morning to you."

Bon et les devoirs alors? Non parce que le matin en classe il est un peu moins explosé que l'après-midi, donc peut-être que s'il y avait un peu de révision à la maison, d'intérêt (même factice hein, on est mamans nous aussi, on le sait que les devoirs c'est pénible à gérer) de sollicitude, de curiosité pour ce qui est fait en classe, pour lui, pour son travail, ce serait bien, ça pourrait l'aider à s'intégrer, ça le rassurerait, ça pourrait même l'aider à progresser vu qu'il est loin d'être bête.

Non.

Non?

Non, les devoirs je les lui présente, j'ouvre tout mais il ne veut pas les faire.

Et?

Non, non, pas en semaine.

Ah?

Non, le weekend, on prend des livres à lui, on lit des mots sur les boîtes de pâtes...

Euh ... ok tu fais ta vie c'est bien mais on s'en fout en fait, et sinon les devoirs? Les trucs là, tous les soirs? Les qu'est-ce que t'as fait aujourd'hui? Les ok voyons voir ce que tu as retenu de ta journée? Les dis donc c'est pas mal ce que tu fais allez dépêche-toi on passe à la suite? Les tu commences à me faire suer, je suis crevée alors maintenant tu te magnes parce que j'aimerais bien qu'on passe à table?

Non, non.

Non, non?

Non, non, ça c'est votre travail. Moi je fais comme toutes les mamans du monde, je lis comme ça des mots sur les boîtes de pâtes.

Mais c'est qu'elle commence à nous gonfler avec ses boîtes de pâtes celle-là. Et sinon c'est pas mal ton truc là dis donc, tu nous fais chier pour que ton gamin soit un gamin comme les autres mais tu ne veux pas ne serait-ce que chercher un moyen de lui faire faire ses devoirs? Déjà que visiblement tu ne veux pas non plus lui imposer de porter autre chose qu'une doudoune et un mini short qu'il fasse 40 degrés ou - 6. Es-tu vraiment certaine de ne pas être sur l'autoroute de la marginalisation bordées de ses aires de la souffrance et de leurs toilettes pour encoprétiques?

Pour s'achever on a terminé la réunion sur tout ce qu'elle pouvait nous reprocher de ne pas faire à sa place, on lui a juste rappelé que c'était le sien de gosse et que nous on était l'école, pas les services sociaux, pas les services de soins, pas SOS amitié, pas une conciergerie de luxe, pas une garderie, pas un centre éducatif fermé, pas un hôpital de jour, juste modestement une école.

Lire la suite

Chaussettes et pistache sont dans un bateau

Publié le 12 Octobre 2016 par KRo

La maîtresse lui a dit dans le vestiaire de la piscine que s'il continuait à s'agiter en slip, il n'aurait pas le temps de s'habiller.

La maîtresse lui a dit dans le vestiaire de la piscine : "Maintenant ça suffit, on va être en retard, tu n'as qu'à mettre tes chaussures sans tes chaussettes et on verra à l'école!"

Manque de bol, arrivés à l'école, c'était l'heure de la sortie.

A la maison, sa maman lui a demandé pourquoi il ne portait pas ses chaussettes.

A la maison, le petit (qui nous pose question depuis déjà 3 ans mais visiblement c'est trop compliqué pour les parents de prendre sur eux et de lui permettre de voir un psy ce qui lui ferait le plus grand bien) a répondu : "C'est parce que la maîtresse ne m'a pas attendu, le bus est parti et j'ai couru derrière et puis après il s'est arrêté et je suis monté."

A la maison, le père l'a cru et a bondi.

Je ne sais pas moi, je ne sais plus ...

Lire la suite

De l'art d'être un parent naze

Publié le 21 Septembre 2016 par KRo

Hier un monsieur en retard a fait passer sa gamine, à son corps défendant (Mais t'es relou mec, on est en retard, ok, on est en retard, mais on va attendre tranquillement qu'on vienne nous ouvrir et puis c'est tout, me fout pas la honte!), par dessus le portail de la cour et puis après m'a tenu la jambe pendant au moins 10 minutes alors que je devais entrer en classe, tout ça parce que des enseignantes le voyant faire lui avait "mal parlé"!

Je me marre.

Le gars me fait un flan parce que "Oui, quand même à l'Education Nationale faut toujours que vous donniez des leçons à tout le monde. Moi j'ai 40 ans, j'en ai pas 8, y'a quand même une façon de parler aux gens!"

Dis donc mon con, les collègues te disent que ce n'est pas correct de faire ça et tu leur réponds que "Ça va bien avec vous faut toujours être à l'heure!". C'est quand même que t'as envie de jouer non? Alors moi je trouve que te faire savoir sur un ton ferme que ce que tu viens de faire ce n'est pas bien, ce n'est pas cher payé. T'as de la chance que ce soient elles qui t'aient chopé, je t'assure qu'avec moi ça aurait picoté un peu plus, alors tu vas pas nous en chier un carillon! Tu prends ta banane, ton dollar, salut et marche à l'ombre!

Et bien si. 10 minutes avec lui qui râle et moi qui, en boucle, lui répète : "Vous avez fait une erreur, elle est inacceptable, c'est normal qu'on vous le fasse remarquer, admettez-le et point, on en reste là."

Impossible! Le mec ne pouvait pas en rester là, il fallait qu'il tente d'avoir le dernier mot (avec moi, hi, hi, hi ... C'est dommage, j'avais ma classe qui m'attendait donc je ne pouvais pas rester beaucoup plus longtemps mais sinon je suis hyper forte à ce jeu là et en plus j'étais prête à jouer, mentalement je commençais mes échauffements, c'est bête, une autre fois peut-être ! ;o) )
Je lui ai même répondu qu'en tant qu'adulte de 40 ans il pouvait prendre un petit peu sur lui et comprendre qu'on lui parle un peu sèchement quand on constate qu'il a un comportement inapproprié. Mais non, pas possible, le mec m'a fait 103 raisonnements plus pourris les uns que les autres pour tenter de se justifier et de montrer que dans cette affaire, les collègues, l'école et même l'Education Nationale avaient, au fond, plus de torts que lui.

Ça craint d'avoir des parents aussi nazes!

Lire la suite

Alice au pays des stagiaires

Publié le 18 Septembre 2016 par KRo

Déjà, le jour de la pré-rentrée, elle m'avait regardée ranger toutes les fournitures commandées sans daigner bouger son séant du fauteuil de bureau dans lequel elle était installée, vissée à son ordi alors que moi j'avais mille trucs à faire et que je lui avais demandé plus tôt de s'en occuper. Ça m'avait passablement gonflée mais j'avais pris sur moi. Je n'avais rien dit parce que j'avais bien eu conscience que si une phrase sortait de ma bouche à ce moment là, je l'aurais pourrie.

Depuis, elle se comporte comme si elle était élève, alors que ça normalement c'est son statut pendant qu'elle est en formation théorique l'autre moitié de la semaine. A l'école, elle est payée pour bosser comme n'importe lequel d'entre nous. Et moi, contrairement aux maîtres formateurs qui vont venir la voir 3 fois dans l'année pour parler de ses pratiques pédagogiques, je ne suis pas du tout payée en plus pour lui apprendre toute l'année tous les aspects de son métier sur le terrain.

Or, elle ne prend aucune initiative, attend qu'on lui dise et re-dise quoi faire et comment faire. Exemple : 4 gamins se sont battus en récréation, elle ne sait pas quoi faire? Et bien : tu soignes, tu les écoutes, tu mènes ta petite enquête en croisant les infos, tu leur remontes les bretelles et tu fais un rappel des règles et puis si ça ne suffit pas tu punis ceux qui le méritent. La procédure ne me paraît pas incroyable à deviner! La mener à bien correctement demande un peu d'expérience et peut-être de l'aide, mais la tenter ... faut juste arrêter de croire que tu n'es là qu'en observation!

Ou, elle me parle d'un élève particulièrement difficile juste devant la dame qui fait le ménage dans la classe et qui bien entendu habite la commune, alors que je lui ai dit expressément de faire attention à ce qu'on appelle la con-fi-den-tia-li-té.

Ou encore, elle sort faire du sport sans trousse de pharmacie, sans les médicaments des élèves qui ont des PAI, sans les fiches de renseignements avec les numéros des parents et encore, il a fallu que je lui rappelle la veille de me remplir la demande d'autorisation de sortie. C'est Alice au pays des merveilles (et moi la terrible reine de cœur) mais elle ne se rend pas compte que si sur le chemin un gamin se fait mordre par un chien (ce qui m'est déjà arrivé), si au cours de la séance de sport un enfant fait une crise d'asthme sévère, ou je ne sais quoi d'autre, ça peut être grave et ce sera tout pour sa pomme, son assurance perso et même, si cela va loin, sa responsabilité pénale individuelle parce que déjà que lorsqu'on fait les trucs dans les règles on n'est que très moyennement protégé par notre hiérarchie, mais alors si ce n'est pas le cas, t'as vite fait de te retrouver une main devant, une main derrière.

Et puis pour organiser en duo notre réunion de rentrée qui avait lieu vendredi, je lui avais proposé qu'on prépare ce qu'on avait à dire et les différents sujets à aborder chacune de notre côté et qu'on mette ça en commun jeudi midi. Alors jeudi, je me pointe avec mon doc qui fait à peu près 4 pages (et pas tapées en arial 22). J'ai mes différents paragraphes avec les thèmes à aborder, j'suis au taquet. J'arrive en salle des maîtres, elle a fini de manger. Je me mets moi-même à me sustenter à quelques places de là parce que d'autres collègues sont déjà assises et dis :

- On s'y met ?

Et là elle se lève et vient se planter quasiment derrière moi, adossée à un meuble.

- Euh, tu peux t'asseoir, ce sera plus simple.
(Et puis surtout, je vais pas te faire un exposé, ça s'appelle une réunion de travail, faut que tu participes.)

Elle s'exécute et je prends dans les mains mon doc jusque là posé sur la table. Et là, elle attrape un bout de papier et un stylo qui traînent sur la table. Donc en fait je me retrouve tout simplement à lui proposer une répartition de ce que j'ai prévu d'exposer aux parents, histoire qu'elle ait quand même des trucs à dire et donc qu'elle passe pour une vraie maîtresse (comme quoi, malgré ce qu'on croit, je suis trop gentille). Elle, elle n'a rien glandé. Elle attend tout de moi.
C'est bizarre quand même non? Parce que moi quand j'ai commencé, j'étais déjà plus toute jeune, donc je pouvais laisser supposer aux parents d'élèves que j'avais déjà eu des classes ailleurs, dans d'autres écoles. Et pourtant j'avais réfléchi un moment pour préparer correctement ma réunion de rentrée. Alors que là, physiquement on se doute qu'elle n'est pas bien vieille, mais si en plus, elle n'a pas du tout préparé ce qu'elle doit dire, elle va avoir du mal à montrer qu'elle maîtrise la situation voire même à faire supposer qu'elle a un petit peu d'expérience. Certains parents ont très vite fait de se régaler de jeunes gens comme ça : ils les repèrent, les attaquent à la première occasion et puis leur pourrissent leur année et leur réputation. Le seul bon côté des choses dans ces cas là, c'est que vu ton statut, tu n'as pas encore de poste fixe et l'année suivante tu ne recommenceras pas les mêmes erreurs dans une autre école.

Enfin, pour couronner le tout, le soir de la réunion, elle démarre en cherchant des yeux sur MA feuille ce qu'elle doit dire vu que j'ai consciencieusement noté dans la marge qui s'occupait de quelle partie. Mais malgré ce support , elle commence par ce que nous avions convenu de dire en point n°4 donc exit la présentation de la classe, de ce à quoi doit servir le CM2, des principes de fonctionnement généraux de la classe et des différents cahiers et classeurs ou manuels. On est passé directement aux matières dont elle s'occupe elle. Et moi, derrière, j'ai galéré pendant une heure pour essayer de rattraper le coup ou plutôt les coups parce que tout a été à l'avenant malgré mes "Tu peux peut-être parler de ceci?"ou "Tu dis un mot de cela?" pour essayer de la repêcher (d'ailleurs pourquoi me suis-je acharnée, mystère): aucune cohérence, aucun enchaînement logique, un gros fourzytout d'informations dans tous les sens ... J'étais dégoûtée!

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>