Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Annie-la-moche

Publié le 18 Mai 2013 par KRo

Fin de semaine, fin d'après-midi, je reçois cette maman pour lui donner un certificat de radiation et le dossier scolaire de sa fille. D'habitude, je ne reçois pas forcément pour une radiation mais là j'ai déjà vu la maman il y a environ 3 semaines, en compagnie de la maîtresse pour comprendre pourquoi une demande de radiation si soudaine dans la mesure où il ne s'agit pas d'un déménagement. Et depuis ...

Flashback : il y a 3 semaines, elle nous a dit que sa fille avait développé une phobie scolaire et que de toutes les façons ce n'était plus possible parce qu'elle (la mère) était très angoissée vis-à-vis de la récréation. En plus, sa fille n'a pas de copine. Mais bon sinon ça se passe bien en classe et elle aime bien l'école ... La maîtresse indique qu'ayant été mise au courant dès la rentrée par la maman des difficultés relationnelles de sa fille, elle a fait attention à cela et plusieurs fois tenté de réguler cette situation en classe mais bon, apparemment sans grand succès (telle Annie-la-moche, même avec un collier de saucisses, les chiens ne veulent pas jouer avec elle). Elle a des copains mais pas de copine (moi dans mon for intérieur cela ne me paraît pas bien gênant mais bon la petite, elle, d'après la maman cela la perturbe donc). Nous on a essayé d'expliquer qu'un changement pourquoi pas, mais un changement à 2 mois de la fin de l'année ce n'est peut-être pas l'idéal pour une enfant qui a des problèmes relationnels. Pourquoi pas à la rentrée prochaine? En plus la maman dit que c'est depuis son entrée à l'école donc je ne comprends pas pourquoi cette décision soudaine. Mais en fait, il s'avère que la petite a été faire un test de QI et que le médecin qui le lui a fait passer a dit qu'elle était en souffrance, et comme le résultat est qu'elle a un QI élevé et bien il faut qu'elle soit retirée de l'école. Les enchaînements ne sont pas clairs pour vous? Pour moi non plus, même si j'ai bien ma petite idée ...

Donc ce soir elle est dans mon bureau parce qu'entre temps, elle a écrit à un monsieur que je ne connais pas, l'inspecteur adjoint au recteur de l'académie auquel elle a dit que sa fille avait été agressée deux fois depuis le CP dans la cour (elle est en CE2) et que je n'avais rien fait et que par conséquent, il fallait vraiment l'aider à trouver une place au mois de mai dans une école privée. Quand je lui en parle, elle me dit que non, non, non, son idée n'était pas que le courrier me redescende via ma hiérarchie (ah ben oui je me doute, mais c'est quand même toujours comme ça) et qu'elle a juste contacté un monsieur qui s'occupe des enfants comme ça. Des enfants comment exactement?

Non parce que si dans notre administration il y a un gars dont le boulot c'est d'écouter les parents dont les enfants ont un QI élevé et des problèmes relationnels uniquement en récréation avec les filles, c'est quand même une niche! Là, il va falloir vraiment penser à dégraisser le mammouth! Surtout qu'après, il délègue la suite du boulot aux équipes des inspecteurs de circonscriptions, donc le gars là je suppose qu'il fait autre chose de ses journées!

Enfin, revenons à nos moutons, je lui demande pourquoi elle a écrit que je n'avais rien fait, elle reconnaît que les parents des agresseurs présumés ont été convoqués à l'époque, les enfants punis, mais ... mais quoi exactement? Il n'y a pas eu de suite, les deux incidents non rien à voir ... dans le premier cas, en CP, la gamine ne s'était même pas rendue compte qu'elle avait été "étouffée par 4 camarades" puisqu'elle était rentrée de récré souriante et avait travaillé normalement. Mais bon, à la demande de la maman, nous avions géré le problème en équipe : mots, convocations, punitions ...

Bon, en fait, elle a été déçue par l'école. Ah?

Oui, elle aurait voulue que sa fille soit détectée, même si elle et son mari ne l'avait pas fait et même si nous ne sommes pas formés pour et que nous avons 30 élèves par classe.
(Ça c'est son analyse).

Détectée?
Comment ça détectée? On a bien remarqué ses problèmes de relationnel, de toutes les façons la maman les mettait bien en avant à chaque rentrée.

Ben oui, elle nous reproche de ne pas avoir détecté son QI élevé!

Ah ça y est on s'approche ...

Euh madame, comme on vous l'a déjà expliqué, votre fille travaille bien en classe, mais il y a des élèves qui obtiennent le même genre de résultats et qui sont beaucoup plus pertinents et percutants dans leurs réflexions. Pour ceux-là effectivement si nécessaire, on se rapproche de la psy scolaire.

Et puis nous à l'école, comme a bien dit la maîtresse, on ne s'adapte pas au QI mais à l'enfant. La gamine, elle était capable de faire plus, plus compliqué, donc c'est ce qu'elle lui donnait (comme à certains autres d'ailleurs). Nous le QI on s'en fout un peu.

Et bien la maman elle aurait voulu qu'on adapte sa scolarité. C'est pas ce qu'on vient de dire qu'on faisait?

On s'approche, on s'approche, on brûle ...

Non mais là de toutes les façons ce n'était plus possible, elle lui disait depuis longtemps, mais la petite elle voulait quand même venir dans cette école. Bon, alors ce changement d'école ça a été son cadeau d'anniversaire (comme le test de QI je suppose, punaise dans cette famille ils ont l'air de bien s'éclater ... peut-être même qu'ils rigolent quand ils se brûlent!)

Et puis le médecin lui a dit que si elle n'était pas copine avec des filles à l'école, alors que certaines sont ses copines en dehors (moi, pour résoudre le problème j'irais plutôt voir un psy mais bon ...) c'est qu'elles sont sans doute jalouses de son QI. Mais les garçons eux non! Ah ben oui, elle a dû dire ça juste avant de lui rappeler que les filles se sont ses petits être fragiles qui s'habillent en rose et plus tard boivent des kir à la pêche alors que les garçons se sont ces personnages rassurants mais bagarreurs qui plus tard ne sauront pas lancer la machine à laver! Moi je dis que le problème des filles de CE2 qui sont jalouses du QI élevé de leur voisine de classe devrait être géré comme grande cause nationale!

Bon, bon, bon, bon, bon mais alors je suis intriguée dans cette nouvelle école privée où elle va aller votre fille, ils vous ont proposé quoi?

Ah, ben dans cette école ils ont l'habitude des enfants comme ça, ils savent y faire (bien vendu chère collègue directrice). En plus ils ne sont que 19 par classe donc ils pourront bien s'occuper d'elle. Ok, mais ils vont faire quoi?

Ah ben je ne suis pas une professionnelle moi, donc c'est l'enseignant qui verra, il devrait lui donner des exercices plus difficiles (oui bon ben jusque là je vois pas la différence avec le Canada Dry) et puis peut-être qu'ils lui feront faire un passage anticipé soit de CM1 en CM2 l'année prochaine soit de CM1 en 6ème l'année d'après.

Ah ben ça y est, on a atteint notre cible! En fait cette maman, cela fait des années qu'elle a envie qu'on fasse sauter une classe à sa fille alors qu'elle ne répond pas aux critères qui pourraient permettre de l'envisager donc elle a trouvé un endroit ou (peut-être) ils le feront.

Alors? Elle revient dans un an parce qu'elle est déçue, déçue, déçue? Elle va réussir à bien bousiller sa fille qui lui explosera dans les doigts à l'adolescence? A son prochain anniversaire elle lui offre un collier de saucisses? Elle achète des Real Doll en format enfant pour que sa fille ait des copines à la récré?

Je lui ai demandé de nous donner des nouvelles après la rentrée prochaine et je lui ai souhaité que tout se passe bien ... et en plus j'étais sincère!

Lire la suite

Sales gosses

Publié le 18 Mai 2013 par KRo

Depuis 2 semaines, les récréations sont le lieu de conflits permanents entre filles de CM2, ça finit inexorablement en pleurs, insultes et donc résolution de conflit avec les enseignants. Marre ...

Je vais voir une des protagonistes lors d'un moment calme pour lui demander ce qu'il se passe, pourquoi, maintenant, ces conflits à répétition. Elle m'explique qu'il y a peu, une copine a invité des filles pour une soirée pyjama et que certaines ont déclaré qu'elles n'iraient pas parce qu'il y aurait des "sales gitanes". Vexées, les filles concernées sont donc au taquet, prêtes à mordre à chaque seconde, elles se comportent conformément à ce à quoi les autres filles les ont réduites, des sales gamines qui font peur.

Du coup, à la récré suivante je rassemble tout ce petit monde, j'ai une douzaine de gamines dans mon bureau et je leur explique qu'on n'est pas obligés de tous s'aimer, qu'on a le droit de dire qu'on ne veut pas aller à une fête parce qu'il y aura une telle ou une telle mais pas parce qu'il y aura des "sales gitanes".

Ensuite, je me tourne vers un des groupes, dans l'idée de souligner l'interdiction du mot "sale" et je dis : "Vous êtes gitanes, vous?"

"Non maîtresse, on est manouches."

"AH, dis-je en me retournant vers les filles de l'autre groupe, en plus elles sont manouches!"

"Non maîtresse, on est mANnouches!" me dit une des gamines sur ma droite.

"Ah, pardon, elles sont mANnouches."

Et j'entends, toujours sur ma droite : "Oui parce que les gitanes elles sont sales!"

Les bras m'en tombent : "C'est malin ça de dire ça!"

"Bon en tous les cas, c'est très vexant de dire "sale quelque chose", on ne dit pas ça, c'est comme celles qui avaient dit "sale chocolat" à Babacar, ce n'est pas acceptable!"

Et là, toujours sur ma droite, la même gamine qui éclate de rire!

"Ah c'était toi, bon, ben tu vois, quand ça tombe sur toi, ça ne fait pas plaisir!"

"Allez, sortez toutes, allez en récré ............................... Sales gosses!"

Lire la suite

So shocking!

Publié le 14 Mai 2013 par KRo

Aujourd'hui je reçois 2 gamines de CM2 dans mon bureau parce qu'elles embêtent une enfant de CM1 et qu'il y a récidive, genre je t'insulte, je te coince dans les toilettes ... Elles m'expliquent la situation, apparemment cette fois ce sont les copines de la CM1 qui ont un peu cherché les embrouilles ... bref ... le soucis c'est que j'ai dans mon bureau une enfant de 11 ou 12 ans qui en parlant d'une autre enfant me dit des choses du style "elle a un trou du cul énorme", " elle doit avoir la bite qui s'est coincée dans sa gorge", "elle a des grosses lèvres qui sucent", enfin bref tout plein de choses tellement poétiques!!!

Je la reprends "Mais qu'est-ce que tu me dis?", "Mais voyons, comment tu parles?", "Bon ça suffit maintenant!" et j'essaye tant bien que mal de comprendre la situation, de démêler les choses et de mettre fin au problème. Je renvoie les gamines en classe.

Et puis là d'un coup le doute s'installe : Et si cette enfant, grande, déjà plutôt formée, utilisait ce genre d'expressions absolument atroces parce qu'elle sait vraiment de quoi elle parle? Bref, pour en avoir le coeur net, je retourne chercher la gamine et puis je lui pose doucement (oui, oui, dans mon travail je sais être douce, c'est mon travail, c'est comme un peu du théâtre) la question avec plein de précautions. Et là, elle me dit avec un air qui dit "That's so shocking!" que non, non, non, elle dit ça parce qu'elle est énervée, que ce n'est pas chez elle qu'on parle comme ça, qu'elle n'a pas du tout appris ça avec sa mère, parce que sa mère elle est chrétienne (ah ben oui, ça c'est sûr c'est le détail qui change tout, sauf que sa mère la chrétienne elle m'a menacée de mort il y a 4 ans et qu'elle a mis sa main dans la figure du directeur du centre de loisir l'année dernière). Ensuite elle m'a dit que c'est un copain/cousin/voisin qui lui a appris "les choses de la vie" parce que lui il savait tout (c'est sûr que le trou du cul en chou-fleur et la bite dans la gorge c'est vraiment l'essentiel du programme pour un enfant de CM2).

Pour être sûre, sûre que je ne loupais pas un truc j'ai expliqué que ces mots là (il y en avait d'autres dans le même genre) m'avait un peu inquiétée et je lui ai demandé si quelqu'un lui avait déjà fait du mal, l'avait déjà touchée. Et là, elle qui doit peser dans les 90 kg pour ses 1,60 m s'est recroquevillée comme une petite souris et m'a regardée comme si c'était moi qui lui disais des trucs hyper dégueulasses!

Alors bon, j'ai désamorcé, enfin j'espère, en expliquant que c'était mon travail de protéger les enfants contre des gens qui pourraient leur faire du mal et que du coup je préférais poser la question mais qu'on en resterait là.

Et à la récré ses copines/cousines sont venues me voir pour me dire qu'elle était honteuse que j'ai pu lui parler de ça. Punaise, de là à ce que j'ai le père de l'une d'entre elles qui revienne me dire suite à la baffe donnée par sa soeur au directeur du CLAE l'année dernière (et je n'invente rien, la phrase est une véritable citation): "Vous (pas moi hein, vous les autres gens) les enfants vous les violez alors que nous ils veulent une tablette de chocolat à 1 euro on leur achète" avec force mouvements de va et vient des mains du haut vers le bas avec un angle de 45° au moment de dire "violez" ... il n'y a qu'un pas ... pourvu que j'ai réussi à désamorcer suffisamment!

Lire la suite

Parle à ma main

Publié le 17 Avril 2013 par KRo

Ce matin, ENCORE ces parents qui veulent me parler, encore les mêmes, quand je les ai vus j'ai eu envie de courir, loin, loin, mais non, je suis revenue vers eux, mais je ne les ai pas fait entrer dans mon bureau, je sais ce n'est pas bien, mais l'idée c'était qu'ils ne s'installent pas. Alors là dans le couloir pour la 5ème, 6ème, 7ème fois cette année, je les ai encore écoutés me raconter combien leur fille était martyrisée par tout le monde. Des fois il y a des variations, c'est que elle qui vient, mais le discours est toujours le même. Au début, j'essayais de converser, mais là non, là j'ai jeté l'éponge, j'écoute en guettant le moment où je pourrai placer un mot ou une phrase qui me permettra de les raccompagner jusqu'au portail. Bref, elle me parle de sa fille,me parle, me parle et moi dans ma tête j'entends "Tu m'fais trop pitié tu m'saoules vas-y parle à ma main, si t'as pas compris ça veut dire oublie moi hein hein, j't'écoute pas, t'existes pas donc vas-y parle à ma main, si t'as pas compris ça veut dire non merci hein hein." J'ai juste envie que ça s'arrête, mais même la sonnerie automatique n'y fait rien, elle parle, il parle, elle re-parle ... QUE QUELQU'UN M'ACHÈVE! S'il vous plaît!

Cette gosse est mytho, mytho, mytho, hier quand elle a pris ce coup sur le doigt (oui cette fois elle a pris un coup donné par une force extérieure et non pas par ce démon intérieur qui la fait se jeter par terre dans la cour quand elle croit qu'on ne la voit pas), elle hurlait tellement fort en se roulant par terre qu'il nous a fallu plusieurs minutes pour comprendre qu'elle avait mal ... au doigt. D'ailleurs, ses parents m'ont bien dit que son doigt était "presque cassé", ça veut dire quoi ça médicalement "presque cassé"? parce que pour moi PRESQUE cassé ça veut dire pas cassé du tout, ça veut dire tordu par exemple.

Rah la la, je ne peux plus, je ne peux plus, et pourtant, malgré mon caractère explosif je sais trouver des trésors de calme et de diplomatie pour écouter les parents, même que souvent je m'impressionne moi-même, c'est dire! Mais là, non! Là je ne peux plus.

Et l'autre qui me menace "Non mais si ça continue je vais aller à la gendarmerie, ce n'est plus possible cette violence!". Mais bien sûr vas-y madame à la gendarmerie leur dire que son doigt il est presque cassé, ils ont que ça à faire à la gendarmerie de noter les presque cassages de doigts! En plus ils se rappelleront de vous, l'année dernière vous avez été signaler qu'un méchant méchant élève m'avait menacée avec un couteau donc ils avaient été obligés de m'appeler pour connaître le fin mot de l'histoire (qui était : gérage -- oui, oui, dans ce cas là on dit gérage et pas gestion, gestion c'est trop propre -- donc gérage de gros pétage de plomb d'un élève, mais de couteau nenni !!!)

"Ou bien je vais écrire une lettre à l'académie, parce que je commence à avoir un dossier médical conséquent!". Et bien écris-lui au directeur académique, et surtout n'oublie pas de lui dire que ta fille a dit à sa maîtresse d'anglais il y a 2 semaines qu'elle était triste parce que son père était mort!

Pourtant là devant moi ce matin, le père il avait bien des choses à dire pour un mort!

Punaise, heureusement les vacances arrivent parce que sinon j'en avais pour 3 semaines de cette histoire de doigt presque cassé. Déjà qu'on a fini la période précédente avec cette adorable enfant qui a baissé sa culotte devant les autres CM1 parce que "moi je suis cap" mais que "non, non, non, c'est pas vrai, c'est un complot, pas de ça chez nous, c'est bien la preuve que toute la classe la déteste et s'est organisée", d'ailleurs "depuis cette histoire, elle est devenue leur bouc émissaire".

Bon cette case est trop petite pour détailler toutes les fois où cette enfant a été prise en flagrant délit de mensonges... allez: "Parle, parle, parle à ma main, maint'nant, dégage !"

Lire la suite

Afficher plus d'articles

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65 66 67 > >>