Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Semaine tranquille

Publié le 5 Septembre 2014 par KRo

Incroyable mais vrai, j'ai passé une semaine de rentrée plutôt cool. Bon j'ai du boulot pour m'occuper une grosse grosse partie du weekend mais en revanche je n'ai pas rencontré de parents qui me labourent vraiment la couenne avec leur connerie ni de gamin qui se révèle être encore moins vivace qu'une palourde ...

C'est étrange tout de même, les gens auraient changé pendant l'été? ça m'étonnerait ...
OU ALORS, j'ai développé une forme de zénitude, quelle ANGOISSE! C'est pas du tout moi ça, ça doit être parce que je suis trop vieille maintenant...
OU ALORS c'est le curaçao des litres de cocktail Bondi Iceberg que j'ai bus cet été et tant que je ne l'aurai pas éliminé je verrai la vie en ... bleu (non pas en rose, mais ça c'est encore un coup de ces gauchistes de l'Education Nationale et de leur ABCD de l'égalité c'est sûr).

Enfin, j'ai relevé 2 ou 3 trucs drôles tout de même, histoire de ne pas se laisser mourir d'ennui :

- Y'a les gens qui ne savent pas lire des listes de noms mais qui ne se remettent pas en question une seconde (Tiens si j'allais lire les autres listes affichées, ah ben non je vais plutôt allez faire chier la directrice qu'à que ça à foutre le matin de la rentrée) comme cette maman qui débarque dans mon bureau le matin de la rentrée pour me dire "Comment ça se fait que ma fille elle est sur aucune liste?" et il y a les maman+tante+grand-mère qui se trouvent justement dans mon bureau à ce moment là parce qu'elles viennent inscrire leur gamin 2 min avant que la cloche sonne qui se permettent de répondre "Ah ben nous c'est pareil!". WHAT? Mais mesdames je ne lis pas encore bien l'avenir dans le Bondi Iceberg, je ne peux pas deviner que vous voulez inscrire un gosse à l'école hein, alors on change ce petit ton désagréable s'il vous plaît.

- Y'a la maman qui sonne à la porte 5 min après l'entrée en classe pour me dire : "J'ai déposé mon fils devant l'école, vous pouvez me dire s'il est bien rentré en classe?". Ah ben oui tiens je vais aller vérifier dans la classe histoire de faire chier la maîtresse gratuitement, c'est bien aussi comme activité, sinon vous pouvez accompagner votre gamin jusqu'au portail, ça se fait.

- Y'a le papa d'un gamin de Petite Section qui m'appelle parce qu'il a oublié de cocher la liste indiquant que son gosse allait à la cantine et qui s'attend à ce que j'aille le dire à la maîtresse parce qu'il est tombé sur le répondeur en appelant la Maternelle. Mais oui bien entendu, il y a là un cas d'extrême urgence, je vais demander à Passepartout de courir jusqu'à l'autre côté du fort.

Ah oui et sinon j'ai eu un petit moment de solitude aussi, j'étais tranquille devant mon ordi aux alentours de 10h du mat jeudi et là pffouff.
Mais que se passe-t-il? mais qu'est-ce qui se passe?
L'attache de mon soutif qui rend l'âme!
Evidemment ça arrive le jour où je porte un haut en étoffe légère et pas question de finir la journée en mode hippie même si d'après Wikipédia une étude a été faite sur 330 femmes pendant 15 ans et que le résultat c'est que ça fait remonter les mamelons de 7 mm par an (dingue ce résultat non? certes mais trop tard pour brûler mes soutifs, j'ai mes petites habitudes et puis à ce train là, dans 15 ans j'ai les nibards sous les clavicules moi, pas super pratique... ) donc je me suis retrouvée à réparer mon soutien-gorge par 3 fois parce que pffouf et repffouf et rerepffouf et j'ai fini avec un truc renforcé par au moins 7 agrafes, trop la classe.

En sortant des WC et en priant pour ne pas croiser le gars des services techniques avec son petit sourire vicelard qui bossait dans le bâtiment, je me disais que je pourrais bien jouer au Cluedo : " Je désigne Mme KRo, avec l'agrafeuse, dans les toilettes."

Lire la suite

Apostille

Publié le 29 Juillet 2014 par KRo

Allez petite animation en ce milieu d'été, je vais vous raconter une vieille histoire:

J'avais des CM1-CM2 et une fois par semaine, je leur demandais de me proposer des mots qui leur étaient inconnus, lus dans des bouquins, entendus à la radio, la télé, dans les conversations etc... je les notais au tableau à la volée jusqu'à en obtenir une douzaine et ensuite par binôme, les gamins cherchaient les définitions dans le dico et les lisaient, on les expliquait tout ça, tout ça, histoire d'enrichir leur vocabulaire passif et actif. BIEN.

Ce matin là, on démarre, des gamins me proposent d'abord 1 ou 2 mots que j'écarte parce que trop conceptuels, comme "évanescence", ou trop spécifiques, genre "catalpa" le mot que je peux expliquer rapidement et qu'il n'est pas vital qu'ils retiennent là maintenant tout de suite parce que ça ne fait pas vraiment avancer leur schmilblick... ensuite je note au tableau les suivants, parmi ces mots une gamine me soumet "apostille", bon je ne savais pas exactement ce que c'était à l'époque, depuis c'est gravé à vie dans ma tête vous allez comprendre pourquoi, donc je le note et commence à m'interroger en mon for intérieur sur la signification de ce mot en essayant de faire des rapprochements: postillon? apostolique? ...
Et là, dans la foulée, un petit gamin blond, un auquel on donnerait comme on dit le bon dieu sans confession, me dit "onanisme", moi toute à mon apostille, que la gamine m'a dicté "apostile", je le note au tableau, rien ne me fait tilt, je suis en pleine gamberge sur le contexte d'utilisation du mot apostille (oui alors depuis je demande aux gamins de me donner la phrase complète dans laquelle ils ont entendu le mot, on apprend de ses erreurs n'est-ce pas!), bref, là je suis dans les histoires de papes et je m'interroge intérieurement sur l'aspect laïque du mot pendant que mon double maléfique a écrit en gros au tableau onanisme entre apostille et hypothermie ... PAS BIEN.

Allez, c'est parti, les 12 mots sont écrits au tableau (c'était le bon temps où je n'avais que 24 élèves), ils commencent à chercher, 3 groupes me signalent que leurs mots ne sont pas disponibles dans leurs dicos pour enfants de primaire, je leur dis de chercher dans le mien ... tout le monde est au boulot, les méninges s'échauffent, situation pédagogique approchant la perfection, SERENITE.

Tout le monde est prêt, on commence à lire les définitions et là, ceux qui avaient à chercher "onanisme" commencent à me lire un truc genre "... personnage de la Bible ...", c'est à ce moment là que CLING la pièce coincée est enfin tombée dans le réceptacle de mon entendement, je me suis levée d'un bond (oui oui pendant que mes chers élèves réfléchissaient, je m'étais payée le luxe de m'asseoir à mon bureau avec la satisfaction du devoir s'accomplissant) et j'ai attrapé mon dictionnaire, PANIQUE :

"- Bon, euh... celui-là les enfants, on ne va pas le mettre dans la liste."

Etonnement dans l'assistance ... soupçon de curiosité évidemment ...

"- Euh... celui-là je ne suis pas sûre que vos parents seraient contents de le voir dans la liste des mots à connaître ..."

Curiosité renforcée, demandes d'explications ("Mais maîtresse, j'ai pas compris mOa?"), Kévin au 3ème rang sur la droite se dit que c'est NOW, que c'est le moment ou jamais d'écouter une définition, que s'il ne doit en retenir qu'une, ce sera celle là, moi j'en suis à me demander comment on en est arrivé là et surtout comment ressortir de ce traquenard (toi la petite tête blonde, je m'en vais "te fumer derrière les cyprès", comme chantait I AM), bref, au final je me suis dit que si j'en restais là, ce serait pire, que certains allaient forcément en parler à leur parents, alors j'ai lâché, j'ai déposé les armes et caché ma contrition derrière une sorte de détachement, tel le médecin qui te donne, limite blasé, le nom médical du bidule purulent que tu as sur la jambe, et j'ai dit :

"- Ça veut dire jouer avec son zizi!"

Et là, horreur et stupéfaction chez les petites filles (peu de réactions chez les garçons en revanche, pas trop traumatisés eux apparemment ...)

C'est alors que j'ai vu Camille, au 4ème rang dans la rangée du milieu bien face à moi, ouvrir des yeux immenses et faire une tête terrible, on aurait dit que je venais de lui annoncer que quelqu'un avait été torturé, c'était effrayant, elle se tenait la tête avec sa main gauche et avait la bouche légèrement ouverte par l'angoisse qui la rendait muette ... terrifiant!

Et puis, juste derrière, au 5ème rang, Anne-Liesse (dont la famille est très très pieuse, mais pieuse vraiment, façon polonaise), les deux mains sur les joues façon Maman j'ai raté l'avion, ayant perdu 10 cm de taille tellement son cou s'était rétracté dans ses épaules, tentant de disparaître devant l'innommable situation ...

Alors Vanessa, dégoûtée et avec un ton presque suppliant, a pris la parole :

"- Mais QUI a donné ce MOT ?!"

J'ai eu envie d'éclater de rire mais sur le coup j'ai dit :

"- Bon, allez, on efface, un autre mot, vite.

- Tatillon.

- Ok, tatillon, c'est très bien ça, tatillon, allez ce groupe, cherchez-le."

Du coup les 2 gars à qui j'avais pris le dictionnaire ont pu eux aussi chercher un mot parce qu'ils avaient du coup été un peu frustrés et tout est rentré dans l'ordre.

Et sinon, pour ceux que ça titille, une apostille, c'est une note dans la marge d'un texte.

Signé : Maître Cappelo

Lire la suite

Il faut qu'on parle de Kévin

Publié le 27 Juillet 2014 par KRo

Allez, c'est l'heure de ma chronique littéraire estivale.

Tout ça parce que la semaine dernière j'ai lu ce bouquin "Il faut qu'on parle de Kévin" de Lionel Shriver, roman qu'est sorti en France il y a quasiment 10 ans mais moi je l'ai lu là alors je m'extasie évidemment, comme si j'avais moi-même découvert un futur auteur prometteur, bref ...

Déjà, truc bizarre, Lionel est une fille, bon c'est sûr qu'avec un prénom pareil t'as envie d'écrire des romans qui font flipper hein pour te venger un peu du monde, mais sinon ce que je voulais dire c'est que ce roman, il est TERRIBLE! Dans tous les sens du terme.

Bref, j'ai vu le film qui en a été tiré il y a peu, à la télé, du coup j'ai lu ce bouquin la semaine dernière tranquillou au camping, ben je le recommande. Par contre c'est vraiment angoissant comme truc, même que ça m'a fait repenser à certains élèves, comme le bien nommé the perv et aussi j'ai fait un ou deux cauchemars avec des parents violents dedans, et puis dès fois aussi, je posais mon bouquin et je me disais que j'allais aller à la plage et plutôt lire les conseils beauté ou cuisine d'un magazine histoire de me changer les idées, mais à part ça, vachement bien le bouquin, on y croit, on y est, j'ai adoré!

Donc si vous voulez vous pourrir un peu votre été parce que la vie est trop belle, lisez-le.

Lire la suite

Disponibilité

Publié le 3 Juillet 2014 par KRo

Mardi, une mère d'élève de CP m'appelle au bureau pour prendre rendez-vous parce qu'elle veut me dire que son fils a quelques problèmes de comportement et qu'il a besoin d'être cadré au moins comme cette année et qu'elle voudrait qu'on y fasse attention quand on fera la répartition des élèves dans les classes.

Moi je me dis qu'attendre le 1er juillet pour s'inquiéter de ça c'est qu'il ne doit pas y avoir de caractère d'urgence, hein, d'autant que son fils, la maîtresse a remarqué toute seule qu'il était chiant et l'a réparti dans une classe en conséquence.
Et sachant que je serai en classe les 3 prochains jours, c'est abuser quand même un petit peu de me demander un rendez-vous puisqu' obligatoirement ce sera sur mon temps perso mais je lui propose un rendez-vous quand même jeudi soir, ça ne lui convient pas, alors je propose jeudi midi (parce que vendredi faut pas pousser quand même, d'autant que je sais d'avance que ce qu'elle a à me dire 1) je m'en fous, c'est pas sur ce genre de requête qu'on fait les classes; 2) les classes, elles sont déjà quasiment faites, je veux dire on est le 1er juillet et c'est officiellement mon dernier jour de bureau, donc le gros du taf est fait; 3) elle vient de me le dire donc je ne vois pas vraiment à quoi va servir un rendez-vous, on n'a rien à se dire de plus, j'ai pas besoin qu'on me dise 2 fois les choses en général). Le jeudi midi, elle me dit que ce sera son mari qui viendra, très bien je le case après un rendez-vous pour une inscription à 12h30.

Ce midi, à 12h30 donc, le gars se pointe, moi je suis aux 400 coups j'ai plein de trucs à faire, je le fais entrer :

- C'est le rush de la sortie?

- Non, c'est souvent comme ça vous savez!

Là, il commence à me dire exactement ce que sa femme m'a dit au téléphone 2 jours plus tôt. Moi je prends mon cahier pour noter histoire de me donner l'air concernée. Lui, en face de moi, s'installe d'un coup en arrière sur son fauteuil, les bras en l'air derrière la tête, les pattes écartées, à l'aise blaise quoi.

Moi, correctement assise, je dis "oui, oui, d'accord c'est noté " et puis "ici je n'ai que des enseignants qui cadrent les élèves vous savez" et encore "oui, mmmhh, oui" et finalement voyant qu'il s'incruste, genre on va passer notre pause de midi ensemble, on a qu'à partager nos bâtonnets de surimi, on n'est pas bien là? décontractés du gland ... j'ajoute "Bon mais en fait votre femme m'avait déjà dit tout ça par téléphone l'autre jour hein", et là le gars me répond, en me faisant en plus son sourire de beau gosse, tête légèrement penchée, toutes dents dehors :

- Ouiiiiiii mais moi je préfère dire les choses en face à face et puis comme vous étiez disponible...

MAIS MAIS, il ne fait même pas exprès de se foutre de ma gueule ce con!

Bon je l'ai raccompagné, il m'a refait son sourire de tête à claques et il est parti.

Epilogue : Ce soir, vers 17h30/18h, sa femme m'a rappelée pour me dire que son mari ne m'avait pas tout dit de ce qu'il était censé me dire parce qu'elle voulait ajouter qu'elle n'était pas "contre les devoirs" (ouououh ça ça me fait une belle jambe, t'as bien fait d'appeler) et aussi elle a dit qu'elle m'appelait pour me dire qu'elle voulait dire merci à la maîtresse pour cette année (moi j'ai pensé "ben t'as qu'à lui dire alors, tu lui mets un petit mot dans le cahier de liaison et puis voilà, pourquoi tu me dis ça à moi, je suis pas concierge de luxe") et en vrai j'ai dit "Très bien, c'est noté, merci, au revoir".

C'était vraiment très intéressant!

Lire la suite

Afficher plus d'articles