Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Manu Militari

Publié le 23 Septembre 2015 par KRo

Ce qui est bien avec la rentrée c'est que tu retrouves ta baraque exactement dans l'état où tu l'as laissée. Pendant les vacances il n'y a pas eu de magie, les collègues chouettes qui devaient partir ne se sont pas restés, ceux dont la gueule ne te revient pas sont quand même bien arrivés là, la poussière qui était là en juillet sur tes étagères est bien là en septembre et les élèves que tu aurais voulu oublier sont bien là eux-aussi avec leurs parents et leurs problèmes et inversement.

Tout ça pour dire que notre ami Manu qui se baladait en juin dans ma classe avec la poubelle sur la tête est toujours là et grâce aux services de soins qui n'ont pas fait l'an dernier leur boulot comme il faut, toujours sans aucune aide. Grâce à notre opiniâtreté, ce gamin a obtenu une reconnaissance de son handicap et des aides ont été accordées, mais pour le moment, on attend que celles-ci soient effectives. Et vu que y'a que les gosses et nous que ça perturbe et bien on en est là, une main devant, une main derrière comme qui dirait!

Alors lundi, j'étais au bureau et d'un coup j'entends gueuler Mme Cédepé, sa chanceuse enseignante pour cette année. Je me dis "Vas-y, va le chercher pour soulager un peu la classe et montrer au gosse qu'on ne peut pas tout lui laisser faire".

J'entre dans la classe :

- Allez Manu, tu vas venir avec moi.

Lui, tout en jouant à cache-cache, si tu vas à droite je vais à gauche de la table et inversement :

- Naan, j'ai pas envie de venir avec toi.

- Ah mais moi non plus je n'ai pas VRAIMENT envie que tu viennes avec moi, mais tu vois là, dans la classe tu fais trop de bruit, tu empêches tout le monde de travailler.

Il s'en va se coincer derrière une table contre un radiateur, je lui chope le bras, il se jette au sol pour essayer de m'échapper, se cogne la tête au passage au radiateur, s'écroule. Je lui attrape le poignet gauche, il se débat comme un possédé, je lui attrape la cheville gauche, sa maîtresse fait de même à droite, lui est en plein exorcisme, il hurle, se tord dans tous les sens, on se retrouve à le passer par dessus élèves et cartables, lui tendu comme un arc, renversé complètement en arrière, la tête vers le bas.

On arrive à mon bureau, on le pose au sol, ma collègue retourne récupérer sa classe sous le choc, et elle dans le même état. Je me retrouve avec ce gosse allongé sur le lino, moi en mode "Vis ma vie de chasseur de gnous", j'ai un genou sur lui pour le contenir, j'essaie de lui parler calmement mais je sens que j'ai la tension à 25/15. Doucement je libère mon emprise et lui, de sa petite voix de gamin de 7 ans il me lance :

- Toi, je ne t'adrESse plus la ParOle! avec un accent à la Pagnol, genre "Tu me fends le cœur!".

J'ai envie de rire mais sur le moment, la tension est la plus forte. Je le laisse, retourne m'asseoir et lui se carapate sous des chaises et une table basse qui sont contre le mur. Il s'étend là.

15 à 20 minutes plus tard, je lui propose de retourner en classe en lui indiquant que je serai obligée de revenir le chercher s'il ne se tient pas bien. Il promet. Personne n'y croit je pense mais bon, c'est ce qu'il faut dire alors...

A peine 15 minutes plus tard je suis de retour, rebelote, là on l'extrait de la classe et on le pose dans le couloir. Comme il se débat et ne veut toujours pas venir, je me vois obligée de le tirer par les bras, j'ai l'impression d'être un homme de Cro Magnon qui ramène son gibier. Là, petit moment surréaliste, si je puis dire, je croise dans le couloir les 2 mômes d'une collègue qui s'en vont gaiement faire une photo de fratrie, oui c'est le jour de la photo de classe :

- Salut les gars, ça va?

L'autre est au sol, il grogne, crie "Sauvez-moi!". J'arrive à l'emmener jusqu'à mon bureau, le lâche et là il me dit :

- AlORs là, ma ParOle, c'est sûr que là, je ne t'adrESse plus JAMais la ParOle!

Le sketch ...

5 minutes plus tard il était assis sur une des chaises et il me disait :

- Euh, dis madame la directrice, ça fait combien de temps que je suis là? une demi-heure? trois quarts d'heure?

- 5 minutes! ça fait 5 minutes ...

Et il a continué à me taper la discute comme si de rien n'était, comme si on était là tous les 2 dans une salle d'attente, tranquilles.

Lire la suite

Réunion de rentrée revival

Publié le 23 Septembre 2015 par KRo

Globalement ça s'est bien passé. Je connais quasiment tous les parents maintenant, ils me connaissent aussi, et puis après 2 ou 3 semaines de classe, leurs enfants leur ont dit que je pouvais gueuler très fort mais également qu'on rigolait bien alors bon, cette réunion s'est bien déroulée. Il y a juste la grande crado qui, à la fin fin, a reposé exactement la même question qu'elle avait posée à la réunion de rentrée il y a 2 ans quand avec l'agent J on avait sa fille en classe. Tu te souviens J?

- Est-ce que vous allez faire de l'histoire des arts?
(Euh, c'est ça ton soucis? Tu veux pas plutôt t'intéresser aux difficultés de tes fils en maths et surtout en français, non parce qu'on n'est pas dans le cadre de la normalité là, ce n'est pas juste qu'ils ne veulent pas ...)

- Oui, un peu en rapport avec le programme d'histoire, un peu avec celui en arts visuels.

- Parce que mon grand fils, lui il en avait fait mais les 2 autres ensuite, non.

- Euh, je les ai eu les 2 autres Mme Crado donc je peux vous dire qu'ils en ont fait.

- Oui mais mon grand, il avait fait un exposé sur un artiste et après ça lui a drôlement servi en 3ème.

- Ah ça, on va faire de l'histoire des arts, mais de là à ce que votre cadet puisse réutiliser le travail fait pour présenter un dossier au brevet, c'est pas sûr. Le brevet c'est en 3ème, là nous pour le moment on s'occupe du programme de CM2.

- Oui mais mon aîné ... bla bla bla

INCROYABLE, exactement la même question, les mêmes arguments sauf qu'à l'époque ce n'était pas "les 2 autres" mais "le suivant", je pense qu'elle a une fiche avec SA question et qu'elle a décidé de la poser à toutes les réunions de rentrée histoire de briller en société, histoire d'être parmi les élus qui posent des questions, d'avoir l'air d'être à la fois hyper pointue et hyper intéressée. Moi j'en ai rien à foutre, je lui répondrai qu'on fera des exposés avec en prime un livret d'histoire des arts relié, le jour où elle arrivera à l'heure au moins à 2 sorties d'affilée, où elle ne ne barrera pas en vacances au 20 juin et où elle ne rentrera pas une semaine après la rentrée des classes. J'suis tranquille, c'est pas pour cette année, et après elle a fini par arrêter de faire des enfants dont elle ne s'occupe pas donc ce n'est pas la peine que je me mette tout de suite en quête de reliures en spirales!

Lire la suite

A propos de pieuvre

Publié le 13 Septembre 2015 par KRo

A propos de pieuvre

Quelques images, des dessins de Jac et Jack trouvés sur le site GDID, le site Danger école ainsi qu'un dessin trouvé sur un des sites du Sniupp.

Je trouve qu'ils expriment vraiment bien la situation.

A propos de pieuvre
A propos de pieuvre
A propos de pieuvre
A propos de pieuvre
A propos de pieuvre
A propos de pieuvre
Lire la suite

Moussier TIG

Publié le 12 Septembre 2015 par KRo

Je suis à mon bureau, à fond, je suis comme une pieuvre, j'ai un bras qui se lance pour attraper le téléphone, un autre qui colle le combiné de l'interphone à mon oreille pour que je puisse répondre à la sonnette de l'entrée, un autre qui se finit par une main qui surligne un doc envoyé par l'inspection, un autre par une main qui rédige un truc, deux autres mains sur le clavier de l'ordi ... plein de bras et de jambes dans tous les sens et une tête énorme qui essaye de penser à tout en même temps ...

Et d'un coup je vois passer dans le couloir un clone de Maître Gims avec sa casquette sur la tête et ses très grosses lunettes de soleil. Je me lève d'un pas souple et feutré et rentre en mode Mime Marceau, je le suis. Arrivé à l'extérieur, il s'arrête, avec l'air de quelqu'un qui fait le tour du propriétaire et fait mentalement quelques constatations. Là, j'entre en scène, et lui demande de me confirmer qu'il fait bien partie des services techniques municipaux (il m'avait bien semblé la veille les avoir aperçus, lui, sa mine patibulaire de chez Strass, Bling & Toc et un des techniciens).

Il me répond à peine, prend la pose.

Je commence à lui expliquer gentillement que pendant le temps scolaire s'il vient travailler dans les locaux il doit se présenter à moi qui suis soit en classe, soit à mon bureau.

- Ah ouais! Et il est où vot' bureau?

Je sens le "Ouaich madame mais t'es qui toi?" qu'il réprime.

- Et bien je vais vous montrer.

Et là je le fais donc passer devant moi et réalise qu'à présent qu'il se sait suivi il a adopté une démarche genre "j'ai un pied bot à droite mais tu vois, je chaloupe", je me marre intérieurement et en rajoute:

- Ah et il faudra enlever vos lunettes, là, et votre casquette.

Il enlève ses lunettes tout en chaloupant du pied bot et me jette un regard de dédain par dessus son épaule droite.

- Et la casquette aussi ...

Eh, eh, eh

Il s'exécute. Je lui montre où se trouve ma classe, il s'en fout et recommence à claudiquer dans le couloir. On arrive devant mon bureau, je reprends les mêmes explications, toute en légèreté et voix chaleureuse.

Lui, il pose dans le hall, les bras croisés, la tête légèrement penchée. Il me fait penser à Moussier Tombola qui chantait "Corde à sauter-er-er" ou aux gamins cet été qui finissaient leur chanson sur les crottes de nez qui pendent par "Respect", les bras croisés, bien campés sur leurs jambes.

Et puis je n'avais même pas terminé ma phrase qu'il a tourné les talons et m'a ensuite lancé, sans se retourner :

- Et merci pour ce renseignement!

Il m'a fait marrer lui, je trouve toujours qu'il est étrange de rencontrer des gens qui sont de véritables caricatures. J'ai appris ensuite qu'en fait c'était un TIG (un jeune homme qui a été condamné à des travaux d'intérêt général par la justice, histoire de lui éviter la prison), et qu'il n'était pas censé se balader autrement qu'accompagné.

Lire la suite

Afficher plus d'articles