Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

On n'verra jamais mais mais

Publié le 21 Novembre 2017 par KRo

"On n’verra jamais, mais, mais
On n’verra jamais
Un gentil têtard
Avec sa guitare
Chanter des chansons la, la, la
Aux poissons
"

Ça on ne le verra sans doute jamais, il avait raison Henri Dès, en revanche ce qu'on va bien voir c'est Heather, la gosse pénible qu'est partie de chez nous ça a fait 6 ans en juin dernier, réapparaître sous les traits d'une animatrice CLAE à l'essai. 

NOOOONNNNN! 

Quand j'ai ouvert ma porte ce midi et que j'ai vu sa tronche goguenarde, j'ai été super sympa et enjouée et intéressée quant à sa vocation mais à l'intérieur je voulais surtout savoir ce qu'elle faisait là, pour combien de temps et je l'ai revue comme si c'était hier, assise dans mon bureau pour un remontage de bretelles en bonne et due forme.

Non mais je rêve. Je sais qu'au fond c'est bien qu'une gamine qui sait à peine lire, passe son temps à mâcher son chewing-gum de façon ostentatoire et a arrêté ses études après la troisième en ayant passé en tout et pour tout 3 semaines grand max au collège entre la 6ème et la 3ème, trouve un boulot. Mais bon, elle n'peut pas en trouver un ailleurs que dans l'école où elle a fait suer le monde? Parce que là, à part leur apprendre à fumer dans les chiottes ou à se faire les ongles en classe, je ne vois pas bien, non. En tous les cas, j'espère qu'ils ne lui confieront pas un atelier sur le respect, sinon on est mal.
Ah c'est sûr c'est pratique, c'est sur sa commune, mais bon vu que pour ses 18 ans sa famille lui a offert une Golf flambant neuve, elle aurait pu faire quelques kilomètres pour aller jusqu'à la commune d'à côté. Clairement à la mairie, ils ont du mal à recruter ou ils font du social ou les 2, mais en tous les cas, ils font un peu chier.

A quand les interventions en EPS de Fletcher et Milouze ? Je n'ai pas changé les noms parce qu'ils sont tout de même magiques! Ce ne sont pas leurs noms à l'état civil ce sont leurs noms au sein de la communauté, mais bon, qui peut avoir l'idée de choisir ces noms là? Je veux dire mis à part justement Fletcher et Milouze?! 
J'imagine la scène : " Les enfants, on va commencer la séance de vélo. Pour m'aider, j'ai à mes côtés Fletcher et Milouze, allez, formez 3 groupes."

Rien ne nous sera épargné je crois. Le bon côté des choses c'est que j'aurai toujours des trucs à raconter.

Lire la suite

G le taxi

Publié le 18 Novembre 2017 par KRo

Un soir, au moment de la sortie, je suis au bureau avec la psy scolaire en face de moi, on cale des réunions, on discute d'élèves. Ma mi-temps arrive, la stagiaire, Miss Je ne t'adresse pas la parole, J'ai un trou du cul dans le dos, C'est à peine si je dis bonjour, Je gère mais en fait je ne gère pas du tout (oui c'est long comme titre de Miss, appelons-la plutôt Hildegarde), Hildegarde donc, vient me signaler qu'un enfant de l'ULIS fait une grosse crise, là-bas, devant sa classe.

Je me lève tout de suite pour y aller. La psy, elle, ne se sent pas concernée. En même temps si on ne lui a pas fait de fiche sur un gamin, elle ne se sent pas concernée donc c'est compliqué. Faut anticiper qu'il puisse y avoir des situations délicates et imprévisibles avec des gamins et faire des fiches qu'elle classera ensuite sans suite parce que bon au RASED ils se sont comptés, y'a Riri, Fifi et Glouglou et bon ben ils n'ont pas le temps. Je n'sais pas ... je n'sais pas comment ils se débrouillent, si y'en a un des 3 qui s'est fait tatouer le plan de l'école dans le dos ou quoi mais si c'est le cas, je pense que c'est Fifi la maîtresse E parce que je ne l'ai vue qu'une heure depuis le début de l'année et elle ne s'occupe d'aucun élève donc je suppose que c'est elle qui a réussi à s'évader! 

Glouglou lui, il a sa propre technique, mise au point depuis des années: 40 ans de glande feront toujours la différence! Ce jour là, un peu après 14h, je l'avais croisé dans le couloir, il cherchait la psy, qu'il n'a jamais trouvée soit dit en passant. Autant vous dire que Glouglou, c'est David Vincent, c'est pas qu'il se balade d'école en école pour passer le temps et qu'il se planque à droite à gauche en faisant croire qu'il est occupé avec des élèves dans une autre école si bien que toi tu te demandes vraiment quelle est l'école de la circo qui a été choisie pour qu'il y bosse vu que c'est jamais chez toi. Non, c'est pas ça, c'est qu'il s'est fait enlever par des extraterrestres! Enfin, les extraterrestres l'enlèvent régulièrement puis le ramènent quand c'est la fin de la journée de boulot, aux alentours de 16h pour lui donc, parce que c'est sûr qu'ensuite c'est pas le genre de gars qui s'emmerde avec des préparations et tout ça hein. Je ne sais pas ce qu'il leur raconte aux extraterrestres peut-être il leur apprend à faire des marches arrières ou bien à passer inaperçus, bref, on n'sait pas, c'est mystérieux.

J'arrive devant la classe et tombe sur Yven maintenu au sol par Coline, Alberta et l'AVS, elles lui ont glissé un coussin sous la tête pour ne pas qu'il se blesse en se la cognant délibérément, il saigne légèrement de la bouche ou de la lèvre parce qu'il s'est blessé, il crie. Je demande un point sur la situation (dit comme ça, on dirait le Dr Green qui rentre en salle de réa 2 : "Qu'est-ce qu'on a?" mais en vrai c'est moins spectaculaire) et j'essaye à mon tour de lui parler tranquillement (la dernière fois j'avais tenté la manière grosse voix qui crie et se fâche et ça n'avait pas marché du tout). Ça dure. Coline m'indique que normalement, il aurait dû partir avec le chauffeur de taxi qui vient le récupérer certains soirs, lui et 2 autres élèves, mais que là vu la situation, le taxi a dû partir. Elle s'interroge sur la marche à suivre pour la suite des événements. Pendant ce temps là, Yven est toujours au sol, avec 3 adultes qui le maintiennent pour éviter qu'il ne se fasse du mal ou ne leur donne un coup, moi je suis penchée par dessus. C'est toujours trop long ces moments là.

Et voilà qu'arrive Glouglou. Mais "t'étais où où où où où?". Improbable, le gars ça fait plus de 2 h que faute d'avoir pu se planquer dans le bureau de la psy qu'il n'a pas trouvé, il avait été se balader en Maternelle et là, il arrive, sac à dos nonchalamment porté par une des bandoulières et il dit comme ça, tout fort : "Et c'est qui celui là?".
Mais attention, il ne s'intéresse pas au gamin, il ne demande pas s'il peut nous aider, lui le maître spécialisé, il est là, il regarde, il commence à nous tourner un peu autour, le gars est en mode visite, il a son sac à dos, ses baskets, il est à deux doigts de sortir son appareil photo pour immortaliser la scène, il est guilleret, tout foufou. En mon for intérieur je suis en train de me dire : "Tu saurais qui c'est, connard, si tu avais daigné passer voir les élèves de l'ULIS qui a ouvert à la rentrée dans cette école (la troisième sur toute la circo, on ne peut pas dire qu'on croule sous le nombre, même Django il aurait pu les compter sur ses doigts), et peut-être conseiller la collègue qui débute sur ce type de poste."
Et à ce moment là, Coline, l'enseignante de l'ULIS donc, arrivée dans l'école en septembre, regarde ce gars lui tourner autour et lui lance : "Mais vous êtes le taxi ?"
OH PUNAISE, LA RIGOLADE! Avec Alberta ça nous a illuminé notre journée, j'en ris encore et ça s'est passé il y a plus d'une semaine!

"G le taxi il n'va pas partout
Glande par ci par là
Son œil gauche, glauque
S'est fâché avec son œil droit

Tous les p'tits gosses
Tous les instit'
A l'école
Personne ne le voit (mais lui non plus ne nous voit pas)

Dans l'école la la la la la la la
On n'attend plus G
C'est l'habitude
Le RASED est bien enterré

G le taxi
C'est sa vie
Glander au boulot
Y a pas d'âge
Il est comme ça
Il glande au boulot

G, G, G, G"

Lire la suite

Mais qu'est-ce qu'elle me veut?

Publié le 15 Novembre 2017 par KRo

Dans le cadre de l'amitié qui me lie à Mme Cédepé partie s'ennuyer dans une autre école, plus près de chez elle et pas construite sur un cimetière indien celle-ci, (quelle idée?!), je me dois d'écrire cet article. Pour lui rappeler à quel point il est agréable d'être entouré de gourgandines qui détestent tout le monde d'une part, et d'autre part pour qu'elle puisse continuer, en me lisant, à croire qu'on ne peut que regretter vraiment son départ vu qu'elle a été remplacée par ... Mylène.

Quelle plaie! Vous ai-je déjà dit que dès que cette personne ouvre la bouche j'ai envie de détaler? Je crois que nous sommes ici en présence d'un super pouvoir. Un super pouvoir extrêmement pénible mais néanmoins d'une force qui ne peut que susciter l'étonnement. Je n'irai pas jusqu'à l'admiration parce que je ne vois pas comment on pourrait envier quelqu'un qui a le pouvoir de faire fuir les gens de la sorte mais la puissance de cette force de répulsion est sidérante. Sur moi ça marche à tous les coups, je voudrais partir les mains sur les oreilles en hurlant : " Aahahahahaahaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhaaaaaaaaaaaaa..."

Ce matin, j'étais dans la salle des maîtres, je préparais le café, et voilà Mylène qui m'approche par dessous (toujours par dessous) mon flanc gauche, petite gerbille roulant des yeux, à moitié courbée mais le visage tourné vers moi dans une espèce de supplication. Je la vois manœuvrer ... "Punaise, elle va me parler, me dis-je, qu'est-ce qu'elle me veut encore, où sont les issues de secours, quelle est la teneur du plan X277 qui me permettra de m'échapper en moins de 10 secondes?".
Je reste là, saisissant le paquet de café, dans ma tête j'ai mis en route tous les processeurs qui peuvent fonctionner sans caféine, je carbure ... Je la vois manœuvrer toujours ... elle est en approche, mi contrite mi dragueuse, sa feuille d'autorisation de sortie à la main. Je finis par la regarder, histoire qu'on en finisse, je n'en peux déjà plus de la sentir louvoyer comme ça.

Et là, elle s'adresse à moi en chuchotant.

????

On est dans la salle des maîtres, elle veut me dire qu'elle n'a pas rempli assez tôt sa demande d'autorisation de sortie, pas me parler d'une situation grave ni me dire une saloperie sur une personne de notre connaissance (ce qui pourrait justifier un peu d'intimité entre nous) et elle, elle chuchote.

Je l'ai regardée circonspecte. "Mais qu'est-ce qu'elle me veut elle? Elle me drague ou bien?"

- Pourquoi tu m'parles comme ça?

- Ben parce que j'ai fait une boulette.

- Nan mais pourquoi tu chuchotes comme ça?

- Ben parce que c'est la boulette là ...

Je dé-tes-te cette personne. Qu'est-ce que c'est que cette manière pourrie de demander un truc de boulot. Elle est là avec ses yeux qui clignent, on dirait le chat Potté de Shrek qui veut attendrir son auditoire mais avec en plus un air aguicheur. La version collégienne coquine du chat Potté, mais quelle horreur : la chatte potée (preneuse de chou) qui chante "Hit me baby one more time" en secouant frénétiquement ses couettes. Beurk.

Je lui ai répondu, froidement, comme je sais bien le faire. Elle a filé et là je me suis retournée et j'ai pu constater que Mme Alberta La Bomba et Mme Coucou Bleu s'étaient délectées de la scène, les vilaines. On a bien ri. Et ensuite, j'ai enlevé du café moulu du filtre parce que pendant toute la phase d'approche de l'autre anguille racoleuse j'avais continué frénétiquement à le remplir et qu'on n'aurait jamais pu avaler ce café.

Lire la suite

Sortez-moi de là!

Publié le 8 Novembre 2017 par KRo

Ce matin, j'accompagnais une petite vingtaine de délégués de classes à une présentation de la nouvelle école qui est en construction sur la commune. L'idée de départ qu'on m'avait vendue, c'était qu'il y aurait une petite présentation de ce à quoi allait ressembler la nouvelle école devant tous les délégués de toutes les écoles de la commune et qu'ensuite on leur expliquerait autour de quels thèmes ou concepts ils devraient, avec le reste des élèves de leurs classes respectives, chercher des propositions de noms pour cette future école.

Au départ, un peu de crocrotte emballée dans un beau papier qui brille, tout ça pour qu'au final les élus du conseil municipal choisissent le nom qui leur convient, mais bon au moins les enfants avaient l'opportunité de s'intéresser à la vie de leur commune.
A l'arrivée ... au secours!

Déjà, j'aurais quand même dû insister sur le fait que 2h de présentation me paraissaient être un temps un peu long mais bon, avec tous les enfants présents, on pouvait imaginer qu'il y avait des impondérables au niveau temps. Mais en fait non, les gamins, ils se sont assis dans l'amphi en 5 min, sont sortis de la salle en 3, ce n'était pas ça le problème. Le problème c'est que les gens de la commune qui ont organisé ça, ils ne voient pas en quoi c'est inadapté d'avoir l'architecte qui parle pendant 40 minutes des plans en vue de dessus, en coupe ou bien éclatés, de l'aspect écologique des matériaux utilisés, de leur origine française et de la géothermie qui permettra de chauffer et de refroidir le bâtiment. Ils ne voient pas le problème quand la dame avec son bâton elle montre des trucs sur l'écran qui sont à 20 ou 50 cm au dessus de son bâton donc ce n'est pas la peine de faire des grands cercles de bras, les gosses dans la salle n'ont pas les pré-requis nécessaires pour extrapoler, y'en a qui sont au CP ou en ULIS, ils la voient juste s'agiter sur la pointe des pieds. Le problème c'est qu'on ne mélange pas une présentation aux maires, à l'inspecteur et à d'autres huiles du secteur avec une présentation à soixante-dix gamins âgés de 6 à 11 ans.

Ensuite, il y a eu l'élue au conseil municipal qui a donné les pistes de réflexions pour la recherche du nom et en gros et bien c'est tout ce qu'on veut du moment que c'est un homme ou une femme ou que cela fait référence à la topologie, la culture, la langue régionale, l'histoire, les valeurs de la république ... amen. Alors, comme a priori parmi tous les enseignants doit y avoir que moi qui est prête à laisser les élèves voter pour école élémentaire "Le pot de rillettes" parce que c'est drôle et lié à notre culture ou école élémentaire "Nique Ta Mère" parce que ça rime, que j'aimerais bien voir la tête des élus au moment du vote et que "Fonk-fonky fresh" c'est un peu de la langue régionale, je pense que ce n'était pas vraiment la peine de passer un quart d'heure là-dessus. On avait déjà au préalable un peu une idée du concept!

Puis, il y a eu le temps des questions, alors là les huiles du premier rang se sont retournées, tout sourire, comme les ravis de la crèches, tout extasiés de voir les enfants qui se pressaient pour poser des questions : "Oooohhhh."
Il n'aurait plus manqué qu'un réalisateur pour faire un film magnifique et émouvant sur comment des enfants participent à un projet citoyen et oh c'est beau la vie, vive la France, vive la palme d'or!
Sauf que les gosses et bien quand on les pratique un peu, ils ont 3 ou 4 questions pertinentes noyées dans un flot de questions qui sont à peu près exactement la même que la précédente à laquelle on vient de répondre pendant qu'ils levaient le doigt en se tortillant et toi t'as juste envie qu'il y ait une alerte incendie qui t'oblige à quitter la salle au pas de course.

Et puis en plus, tout ça a duré pratiquement 2h, sans pause récré, d'ailleurs les gosses se sont globalement hyper bien comportés (même Brandon que j'avais précautionneusement assis à côté de moi aurait pu être bien pire, puisqu'il n'a pas trop bougé et a simplement gueulé 3 ou 4 fois des trucs du style "OUWRRRH tête rouge", quand un petit rouquin a pris la parole ou "OH! PANINI" quand une gamine, dont le prénom ressemblait à Faldinie, a posé sa question). Mais bon, au bout du compte ils ne ressemblaient plus à rien les gamins : il y en avait 2 sur trois le cul en l'air ou bien debout, l'autre tiers étant répandu sur son fauteuil, un bras d'un côté une jambe de l'autre, la tête sur l'accoudoir, le pied par dessus le fauteuil de devant ... que voulez-vous, j'ai limité les dégâts mais bon, moi aussi à leur place j'aurais cherché à enfouir ma tête dans le strapontin pour voir comment ça fait quand il se relève si j'avais eu 7 ou 8 ans!

Lire la suite

Afficher plus d'articles