Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

L'indicible con

Publié le 4 Avril 2018 par KRo

Vous me connaissez, j'ai du mal à ne pas dire du mal. Eh, eh eh ...

J'aimerais bien pouvoir me passer de dire du mal, parce que ça me coûte à moi aussi faut pas croire. Ça m'use. C'est beaucoup d'énergie et de combat intérieur. Mais les gens font rien que de faire des trucs débiles et dire des trucs débiles et se comporter comme des débiles, faut bien que quelqu'un se charge de dénoncer cela, il en va, j'en suis certaine, de l'équilibre de notre monde!

Bon, il n'en va peut-être que de mon équilibre, mais quand même c'n'est pas rien...

Non mais parce que sinon, on va tous finir par s'y habituer, par la banaliser la débilité et finir complètement abrutis nous-même, c'est horrible. On ne peut décemment pas accepter cela. Si on peut? Nan, on ne peut pas, on ne peut pas, moi ça me rend malade, je rumine, ça me ruine, non on ne peut pas. Luttons!

Le vieux stagiaire, par exemple, prenons-le lui aujourd'hui comme exemple, je vous en ai déjà parlé ces derniers mois et jusque là, pas de chamboulement, pas de retournement de situation, le gars reste constant : NUL!

Alors oui il m'est arrivé de me tromper, d'avoir des jugements trop hâtifs sur les gens (Naaaannn? Pas possible, toi? Oui je le confesse, ça a pu se produire mais exceptionnellement à l'évidence ...). Mais là, clairement, je veux bien bouffer ma culotte cuisinée avec des champignons (beurk) si jamais je change d'avis. 

 

Ce jour, nous avions une réunion de 3h prévue pour travailler sur notre prochain projet d'école, après avoir fait le bilan du précédent il y a 2 mois.

Vendredi, inspiré comme toujours (toujours, il est toujours inspiré, il se prend légèrement le menton avec la main ou pose ses mains sur ses cuisses avec un air d'implication totale, il baisse un peu les yeux et la tête pour qu'on puisse observer le lustre de sa boule à zéro, il pèse ses mots comme s'il m'annonçait une maladie mortelle ou un truc grave genre "plus jamais tu n'auras le droit de boire de la bière", enfin un truc angoissant quoi, il parle toujours comme ça, on vit des moments profonds quoi), le gars me dit qu'il ne pourra pas être là mercredi parce qu'il a cours à l'ESPE (l'école des enseignants) et qu'il m'enverra ses réflexions préparatoires à la réunion par mail. Déjà, j'avais hâte, mmmhh ses réflexions, trop bien.

Et ce matin j'ai reçu un message captivant, mais qu'aurait-on fait sans?

Alors évidemment, j'ouvre le message, je suis ravie d'émoi (eh oh, Bruce Willis quand même, rappelez-vous, Bruce Willis du pauvre hein, sans musique, sans cascade, sans muscles saillants, sans vannes rigolotes, sans rien de tangible en fait, enfin si, sans cheveux)... non mais absolument pas, je l'ouvre par acquis de conscience mais déjà je souffle ...

Et en fait, le gars m'a annoté les tableaux bilans de notre actuel projet d'école envoyés à tous donc il y a 2 mois après qu'on a planché en équipe sur le sujet. Merci pour ton implication mec, sinon, comment as-tu trouvé ma présentation aux parents en septembre, n'hésite pas hein, si tu veux me faire un retour là-dessus aussi, on est bien là, on est en avril, c'est comme si on était dans les temps. Et surtout, mmmmhhhh (c'est bon ça, je me régale, j'en ai plein la bouche), ses annotations multiples sont hautement salutaires : "Sans avis", "Ce n'est pas moi qui suit ce sujet", "Je ne fais pas ce type de sorties" ou "même constat, j'irai plus loin en rajoutant que les élèves ne se respectent pas entre eux, parfois à l'intérieur d'une même classe (exemple de la mienne)"  (tu m'étonnes) et ma préférée "Pas connaissance d’une progression sur ce sujet" à propos de la progression sur l'enseignement de l'accord sujet-verbe établie il y a donc 4 ans et présente avec toutes les autres progressions de cycles dans un classeur commun présenté en début d'année et dont l’existence fait l'objet d'un des points de notre première réunion de l'année puis de répétitions plusieurs fois ensuite, sans doute même que j'ai envoyé par mail à toute l'équipe toutes ces progressions, sans compter qu'elle est mentionnée dans le projet d'école en cours donc qui est affiché en salle des maîtres et qui est LE document dont tout enseignant (surtout débutant) doit prendre connaissance en arrivant dans une école. Non mais quoi, il faut lui tatouer sur le cul pour qu'il en prenne connaissance?! 

Et puis ensuite il m'a donc donné ses éclairages pour notre futur projet d'école, accrochez-vous parce que là aussi c'est du lourd. Déjà, monsieur trouve que l'équipe ne travaille pas assez sur la façon d'enseigner. Alors pour commencer, ce serait bien, comme qui dirait, qu'il lise ce qu'on se fait chier à mettre en commun et détailler comme les progressions de cycles. Ensuite, il a qu'à poser des questions ce con. Et enfin, il veut pas qu'on lui prépare sa classe aussi? qu'on lui rédige ses fiches de prép, ses progressions de classe et ses programmations dans toutes les matières pour qu'il puisse continuer à jouer à la maîtresse comme il le fait depuis le début de l'année?
Et puis, il se permet de faire des remarques sur le fait que d'après lui tout le monde dans l'équipe n'applique pas les règles établies à l'école en matière de discipline. Ben je sais pas, commence par t'occuper de l'espèce d'IPN qui te traverse le cerveau déjà et à faire des trucs basiques comme NE PAS LAISSER TES ELEVES TOUS SEULS DANS LA COUR, NE PAS LES LAISSER COURIR SUR LES TROTTOIRS DANS LA RUE, GERER LES CONFLITS QUAND ILS ARRIVENT ET PAS 2 JOURS PLUS TARD, NE PAS ATTENDRE 24 H POUR PUNIR UN GAMIN, NE PAS LAISSER TES ELEVES GUEULER DANS LE COULOIR QUAND TA CLASSE SE DEPLACE, enfin bref mettre en place les règles élémentaires de l'élémentaire!


Et pour finir son message, il a pris la confiance au fur et à mesure de sa prose le gars, il se permet une petite remarque sur ma mauvaise gestion des temps de réunion dont "une meilleure utilisation serait déjà une solution" au problème de violence dans l'école. BEN T'AS QU'A DEJA PAS PIONCER LES YEUX OUVERTS PENDANT QU'ON DISCUTE, MON CON (véridique!),et puis quand je voudrai que tu me donnes ton avis sur ma façon de faire mon boulot ben je ne te ferai pas signe parce que ton avis je m'en bats l’œil. Je n'y crois pas! Le gars est une catastrophe, je voudrais même pas qu'il soit l'enseignant des enfants de personnes que je ne peux pas blairer, il est nul et sans aucun espoir d'une éventuelle évolution positive depuis 7 mois et, tranquille, il trouve que ce serait quand même mieux si on pouvait passer nos temps de réunion à lui régler ses problèmes de gestion de classe plutôt qu'à faire le point sur les questions communes à l'équipe.

Bon et bien je n'ai pas réussi à ne pas lui répondre. J'ai lutté pourtant, j'ai lutté je vous promets contre mon côté obscur mais j'ai failli. Je lui ai bien beurré le nombril à celui-là, il ne lui a rien manqué!

Commence sérieusement à me courir Kojak!

Commenter cet article

Marie 11/04/2018 16:49

Mais où est la réponse !!!! Je la veux !!!
Ma Caro, ça enchaîne les cons quand même en ce moment.

11/04/2018 17:29

Je suis tombée sur un nid. Et on ne s'en débarrasse pas facilement alors que vraiment je n'y mets pas du mien, je t'assure.

Vro 05/04/2018 06:58

Les cons ça osent tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît...