Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
makarotte.com

Apostille

Publié le 29 Juillet 2014 par KRo

Allez petite animation en ce milieu d'été, je vais vous raconter une vieille histoire:

J'avais des CM1-CM2 et une fois par semaine, je leur demandais de me proposer des mots qui leur étaient inconnus, lus dans des bouquins, entendus à la radio, la télé, dans les conversations etc... je les notais au tableau à la volée jusqu'à en obtenir une douzaine et ensuite par binôme, les gamins cherchaient les définitions dans le dico et les lisaient, on les expliquait tout ça, tout ça, histoire d'enrichir leur vocabulaire passif et actif. BIEN.

Ce matin là, on démarre, des gamins me proposent d'abord 1 ou 2 mots que j'écarte parce que trop conceptuels, comme "évanescence", ou trop spécifiques, genre "catalpa" le mot que je peux expliquer rapidement et qu'il n'est pas vital qu'ils retiennent là maintenant tout de suite parce que ça ne fait pas vraiment avancer leur schmilblick... ensuite je note au tableau les suivants, parmi ces mots une gamine me soumet "apostille", bon je ne savais pas exactement ce que c'était à l'époque, depuis c'est gravé à vie dans ma tête vous allez comprendre pourquoi, donc je le note et commence à m'interroger en mon for intérieur sur la signification de ce mot en essayant de faire des rapprochements: postillon? apostolique? ...
Et là, dans la foulée, un petit gamin blond, un auquel on donnerait comme on dit le bon dieu sans confession, me dit "onanisme", moi toute à mon apostille, que la gamine m'a dicté "apostile", je le note au tableau, rien ne me fait tilt, je suis en pleine gamberge sur le contexte d'utilisation du mot apostille (oui alors depuis je demande aux gamins de me donner la phrase complète dans laquelle ils ont entendu le mot, on apprend de ses erreurs n'est-ce pas!), bref, là je suis dans les histoires de papes et je m'interroge intérieurement sur l'aspect laïque du mot pendant que mon double maléfique a écrit en gros au tableau onanisme entre apostille et hypothermie ... PAS BIEN.

Allez, c'est parti, les 12 mots sont écrits au tableau (c'était le bon temps où je n'avais que 24 élèves), ils commencent à chercher, 3 groupes me signalent que leurs mots ne sont pas disponibles dans leurs dicos pour enfants de primaire, je leur dis de chercher dans le mien ... tout le monde est au boulot, les méninges s'échauffent, situation pédagogique approchant la perfection, SERENITE.

Tout le monde est prêt, on commence à lire les définitions et là, ceux qui avaient à chercher "onanisme" commencent à me lire un truc genre "... personnage de la Bible ...", c'est à ce moment là que CLING la pièce coincée est enfin tombée dans le réceptacle de mon entendement, je me suis levée d'un bond (oui oui pendant que mes chers élèves réfléchissaient, je m'étais payée le luxe de m'asseoir à mon bureau avec la satisfaction du devoir s'accomplissant) et j'ai attrapé mon dictionnaire, PANIQUE :

"- Bon, euh... celui-là les enfants, on ne va pas le mettre dans la liste."

Etonnement dans l'assistance ... soupçon de curiosité évidemment ...

"- Euh... celui-là je ne suis pas sûre que vos parents seraient contents de le voir dans la liste des mots à connaître ..."

Curiosité renforcée, demandes d'explications ("Mais maîtresse, j'ai pas compris mOa?"), Kévin au 3ème rang sur la droite se dit que c'est NOW, que c'est le moment ou jamais d'écouter une définition, que s'il ne doit en retenir qu'une, ce sera celle là, moi j'en suis à me demander comment on en est arrivé là et surtout comment ressortir de ce traquenard (toi la petite tête blonde, je m'en vais "te fumer derrière les cyprès", comme chantait I AM), bref, au final je me suis dit que si j'en restais là, ce serait pire, que certains allaient forcément en parler à leur parents, alors j'ai lâché, j'ai déposé les armes et caché ma contrition derrière une sorte de détachement, tel le médecin qui te donne, limite blasé, le nom médical du bidule purulent que tu as sur la jambe, et j'ai dit :

"- Ça veut dire jouer avec son zizi!"

Et là, horreur et stupéfaction chez les petites filles (peu de réactions chez les garçons en revanche, pas trop traumatisés eux apparemment ...)

C'est alors que j'ai vu Camille, au 4ème rang dans la rangée du milieu bien face à moi, ouvrir des yeux immenses et faire une tête terrible, on aurait dit que je venais de lui annoncer que quelqu'un avait été torturé, c'était effrayant, elle se tenait la tête avec sa main gauche et avait la bouche légèrement ouverte par l'angoisse qui la rendait muette ... terrifiant!

Et puis, juste derrière, au 5ème rang, Anne-Liesse (dont la famille est très très pieuse, mais pieuse vraiment, façon polonaise), les deux mains sur les joues façon Maman j'ai raté l'avion, ayant perdu 10 cm de taille tellement son cou s'était rétracté dans ses épaules, tentant de disparaître devant l'innommable situation ...

Alors Vanessa, dégoûtée et avec un ton presque suppliant, a pris la parole :

"- Mais QUI a donné ce MOT ?!"

J'ai eu envie d'éclater de rire mais sur le coup j'ai dit :

"- Bon, allez, on efface, un autre mot, vite.

- Tatillon.

- Ok, tatillon, c'est très bien ça, tatillon, allez ce groupe, cherchez-le."

Du coup les 2 gars à qui j'avais pris le dictionnaire ont pu eux aussi chercher un mot parce qu'ils avaient du coup été un peu frustrés et tout est rentré dans l'ordre.

Et sinon, pour ceux que ça titille, une apostille, c'est une note dans la marge d'un texte.

Signé : Maître Cappelo

Commenter cet article