Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

Abstrus

Publié le 18 Avril 2022 par makarotte.com

Sonnerie du téléphone

- Ecole élémentaire

- Bonjour

- Bonjour

- Je voudrais savoir si la maîtresse de mon fils, Mme Lène, est encore absente demain?

- Oui.

- AH! Alors elle aura été absente toute la semaine!

- Presque, oui.

- Et bien il ne viendra pas!

Et elle raccroche.

Je ne sais pas qui est cette dame, je ne sais pas qui est son fils, pas de nom, rien, vraiment très intéressante cette conversation.

 

Message sur le répondeur : 

- C'est pour dire que mon fils ne sera pas là aujourd'hui à cause de la grève de la cantine.

Pas de nom, toujours pas de nom ... un bon message qui ne sert à rien.

 

Message sur le répondeur : 

- Bonjour, c'est pour dire qu'Aliyah ne sera pas là aujourd'hui.

Toujours pas de nom, pas d'indice sur la classe non plus, me voilà à la recherche d'une Aliyah manquante dans une classe. J'ai de la chance des Aliyah il n'y en a pas beaucoup, la fois où il a fallu se mettre en chasse d'une Léa absente j'ai capitulé.

 

Message sur le répondeur : 

- C'est le père de Enzo, je voudrais que la maîtresse me rappelle.

Pas de nom, pas de classe, pas de numéro. Franchement si ton plaisir dans la vie c'est de laisser des messages inutiles sur des répondeurs c'est bien senti, mais sinon ce serait pas mal de faire un petit effort quand même, je ne sais pas moi, prénomme ton gamin Vélomoteur au moins ce sera plus simple.

Allez, pour la peine, un petit son vintage :
"Je t'assure que je n'ai pas peur
Je n'ai pas non plus mal au cœur
Je n'suis même pas de méchante humeur
Mais je préfère les vélomoteurs
Qui font
pa papa papa pa papa papapa papa papa
papapa papa
pa papa papa pa papa papa pa papa papa
"

Lire la suite

Hystérie collective

Publié le 2 Avril 2022 par makarotte.com

Le premier avril dans une école élémentaire c'est toujours un peu foufou, les gamins sont excités, ils adOOOOrent pouvoir coller des petits poissons dans le dos de la maîtresse de façon toujours pas du tout discrète et celle qui laisse faire se retrouve dès la fin de la matinée, décorée comme un sapin de Noël. Bref, c'est électrique.

Chez nous hier, le feu de l'hystérie a pris en CM2 dès 9h du matin et s'est propagé à grande vitesse dans toutes les classes.

Evelyne, ma collègue, avait décidé de planquer toutes les chaises de sa classe pour faire croire à ses élèves que c'était une décision des services techniques. Quand elle a exposé son idée dans la salle des maîtres, juste avant la sonnerie, j'ai bien senti que c'était un plan à dérapages mais bon, c'était son idée, moi je me suis dit, mettons un peu de fantaisie dans nos vies après tout si elle le sent ...

Bon le problème c'est qu'Evelyne, sa classe même en dehors du 1er avril c'est déjà la foire. Alors là, dès 9h30 on les avait perdus. Elle leur a fait chercher les chaises partout dans l'école, et quand ils les ont récupérées j'ai même vu une élève dans le couloir répéter 5 fois en criant à 10 cm du visage d'Evelyne "Tu nous as menti!" alors qu'Evelyne continuait de nier. Bref son poisson d'avril a duré un peu trop longtemps quoi. Elle n'a pas su recadrer les élèves pour les remettre au boulot, ils n'ont eu plus qu'une envie, lui faire des tours. Bref, bref, bref, à la récréation avec une autre collègue on a chopé 13 gamins qui couraient dans les couloirs alors qu'ils sont censés être dans la cour et sous surveillance à ce moment là de la journée, apparemment ils voulaient aller se cacher dans la salle informatique qui est tout de même dans le second bâtiment à l'étage, donc loin. Quand je leur ai fait la morale et que je les ai punis, une partie des gamins étaient en chaussettes, certains s'étaient gribouillé des moustaches, ça ne sentait pas le retour au calme et à la modération et il n'était que 10h30.

Moi hier matin j'ai enchaîné les réunions d'équipes éducatives pas toujours faciles. Dans ces cas là je laisse le récepteur de l'interphone à une collègue, donc ça lui fait du dérangement évidemment, ce truc qui sonne plusieurs fois par heure. En plus, hier matin, évidemment il s'était encore mis à déconner donc on n'entendait rien, obligée de se déplacer. Au cours de la première réunion, elle est venue me chercher parce qu'un gamin lourdement autiste qui arrive en décalé venait de sonner or son AESH personnelle isolée pour cause de Covid n'était pas là et qu'on n'avait rien prévu parce que le gamin n'était pas venu de la semaine. Donc là, le gosse qui ne supporte pas les changements voyant cette adulte qu'il ne connaît pas venir lui ouvrir la porte, la pauvre, il lui a filé des coups de cartable et ensuite il s'est barré en courant dans l’école. J'ai donc quitté ma réunion, pour récupérer le gamin, moi il me connaît un petit peu, et pour trouver à l'arrachée une solution avec une autre AESH qui a laissé les gamins qu'elle aidait en plan.

Pour les autres collègues c'était assez le bazar aussi, avec 3 enseignants absents pour raisons médicales hier matin et non remplacés, merci monsieur Blanquer, chacune s'est retrouvée avec une dizaine d'élèves en plus dans sa classe (il faut savoir que dans ces cas là, tous n'ont pas de chaises, certains sont assis par terre ou dans le couloir ou la pièce à côté si elle est vide). En plus, quand on fait des réunions d'équipes éducatives, l'enseignant qui vient à la réunion répartit aussi ses élèves dans les autres classes, le temps de la réunion. Cela crée donc du mouvement, un va et vient de gamins qui arrivent avec leur trousse et leurs exercices à faire pendant que leur enseignante est occupée.

Au cours de la troisième réunion, je me suis fait verbalement agressée par l'éducatrice du CMPP, une grande première pour moi, jamais cela ne m'était arrivé de la part d'un professionnel. J'avais déjà eu à faire à des psychologues en libéral hostiles à l'école, des orthophonistes ou psychomotriciennes qui veulent imposer à l'enseignant des façons de faire alors qu'elles (c'est souvent des femmes) reçoivent les gamins en tête à tête pendant maximum une heure et que les enseignants ont le même gamin entouré de 27 autres qui eux aussi ont des particularités à gérer et ce pendant toute la journée, donc y'a des choses qu'on peut mettre en place et on est ravi d'avoir des propositions de remédiations, mais d'autres non. Mais ça là, la meuf qui me hurle dessus devant les parents et menace de se barrer de la réunion parce qu'elle n'est pas d'accord avec ce que j'écris dans le compte-rendu, sachant que je le relis et le modifie s’il le faut avant de le faire signer et que je n'avais fait qu'écrire ce qu'elle avait dit, à savoir que l'ARS a donné comme directive au CMPP de s'occuper des élèves de Maternelle et du Collège en priorité, ce qui est officiel hein, elle ne révélait pas ici le secret de la Solution finale. C'était hyper choquant. La bonne femme s'est même levée à la fin, quand j'ai dit que j'allais aller imprimer le document pour le faire signer à tous ensuite, pour passer derrière moi et lire par dessus mon épaule sur mon écran d'ordinateur portable et vérifier que j'avais bien, comme je venais de lui dire, enlevé la phrase qui l'avait mise en furie. Non mais... pour qui elle m'a pris elle... sa secrétaire? punaise, j'espère qu'elle ne parle pas comme ça à sa secrétaire, la pauvre... c'est pas hyper déplacé ça comme comportement? Bon ça m'a tellement sidéré que dans l'après-midi je lui ai envoyé un mail pour lui dire que son attitude avait été totalement inappropriée et j'ai mis l'inspectrice en copie parce qu'on n'est pas là pour se faire engueuler, merde!

Pendant la pause méridienne, pas de réunion, repas rapide comme d'habitude mais tranquille, petite pause normale dans une réalité qui dysfonctionne. Bon, Evelyne avait des poissons d'avril collés jusque dans ses cheveux, on aurait dû savoir que c'était un indicateur sur l'échelle de Richter.

Les gamins sont revenus de la cantine encore plus excités qu'ils n'y étaient partis, à 14h, ils ne criaient pas tous, mais tous étaient touchés. Beaucoup d'ailleurs portaient sur leur visage les stigmates de cette hystérie, barbouillés de moustaches et autres peintures de guerre. Pendant l'après-midi, j'ai entendu depuis mon bureau des salves de cris venant tour à tour de cette classe puis de l'autre. Mes collègues tentaient courageusement de contenir les monstres que la fièvre du premier avril avait créée. Il ne leur restait plus que les hurlements comme dispositif après avoir lâché sur tout le reste.

En point d'orgue de cette journée d'hystérie collective, Mme Coucoubleu a eu la joie de découvrir à 14h qu'un parent d'élève, sans l'avoir prévenue à l'avance hein, sinon c'est trop facile à prévoir dans son emploi du temps de la journée, souhaitait que son gamin fête son anniversaire en classe et avait pour cela apporté non seulement un énorme sac de bonbons, briquettes de jus de fruits et paquets de tartelettes mais également un énorme gâteau, multicouches, avec plein de crème et évidemment, pas d'assiettes, ni de cuillères. Alors juste avant la sortie, elle s'est mise à faire la distribution, au pas de course, les élèves se sont retrouvés avec l'équivalent d'une feuille de sopalin dans les mains, garnie d'une dégoulinante part de gâteau à la crème, à manger au doigt ou la tête dedans...

Allez, ensuite tous les gosses sont partis et puis, comme lorsqu'on a vécu une épreuve collective, j'ai retrouvé là, au milieu du hall, quelques collègues qui avaient besoin d'extérioriser un peu leur souffrance du jour, certaines avaient les traits tirés, les yeux écarquillés, hagardes, les épaules légèrement abaissées, je me demande si y'en avait pas une avec les cheveux en bataille, on a ri là de ce qui venait de se dérouler, à écouter les anecdotes des unes et des autres, contentes d'avoir survécu à ce tsunami frénétique et de savoir qu'heureusement on était vendredi soir.

Aujourd'hui il neige, et comme me l’a très bien dit Mme Coucoubleu, quand même, quelqu'un quelque part a eu la bonne idée de nous épargner la neige hier, qui a coup sûr aurait ajouté son flocon à ce phénomène de turbulences.

Lire la suite

Faut arrêter de prendre les cons pour des gens

Publié le 30 Mars 2022 par makarotte.com

Ce titre de BD m'interpelle. Je le reprends à mon compte, bien que j'aurais peut-être dû écrire "de prendre les parents pour des gens" ou bien "les cons pour des parents", oui parce que mon pain quotidien à moi ce sont les parents.

Alors bien évidemment, des familles chouettes il y en a plein et il n'y a pas vraiment de quoi écrire un article de blog, parce que la normalité je n'ai pas besoin de vous l'expliquer, mais les autres ???

Cette maman que l'enseignante a appelée parce que sa fille est malade et qui s'énerve devant la porte parce qu'elle croyait que la maîtresse allait l'attendre dehors avec sa fille. Au Drive In ! Oui le Drive In de l'école, celui qui te permet de klaxonner en passant devant la fenêtre de la classe pour faire passer les cahiers oubliés, celui qui te livre ta gosse malade emballée, prête à partir au portail à toute heure de la matinée, oui parce que les autres élèves sont rangés dans l'allée 11 emplacement 2 pendant ce temps là, donc on est tranquille on peut patienter dehors devant le portail.

Cette autre mère qui lorsque je décroche à 8h15, râle parce que "ouiiii ça fait déjà 20 minutes" qu'elle appelle. Le répondeur! C'est à ça que ça sert un répondeur! C'est comme une messagerie vocale, même principe sauf que le mien ne me permet pas de voir les numéros appelant mais sinon on lui parle, il enregistre, c'est quasiment de la magie. Parce que moi il y a 20 minutes je faisais pipi. Oui parce qu'il faut toujours faire un petit pipi avant de prendre la route, parce qu'on ne sait jamais ce qu'il peut se passer et moi de façon assez étonnante, je ne vis pas dans mon bureau, le soir je ne déplie pas mon lit de camp et le matin je ne me douche pas dans l'infirmerie. J'ai une vie, avec des vrais gens dedans même. Et à 8h15 au fait, je ne suis pas censée être déjà au boulot.

Ce père qui m'appelle pour savoir si ON peut aller demander à son gamin qui est en CM1 s'il a bien pris ses affaires de foot. Non ON ne peut pas non! D'abord ON n'est pas disponible, ON fait plein de trucs dans ses journées, et ON ne va pas crapahuter jusqu'à l'autre bout de l'école parce que vous n'êtes pas foutu de vous occuper correctement de votre gosse. 

C'est comme ce père qui sonne au portail en pleine journée pour que j'aille donner à sa fille sa raquette de tennis. Les gars, achetez-vous un cerveau ou à défaut un bloc de post-it et démerdez-vous. Si elle n'a pas de raquette aujourd'hui, la prochaine fois elle pensera à la prendre ta gosse. Il n'y a pas de concierge dans l'école, je le répète, pas de concierge, vous me saoulez tous à me déranger dans mon boulot sans arrêt pour des conneries de ce type.

Et la grand-mère qui vient chercher son petit-fils pour l'emmener en soins, qui ne trouve pas l'interrupteur pour déverrouiller la porte d'entrée, ne me demande pas alors que mon bureau est à un mètre et que j'ai la porte ouverte, et qui déclenche l'ouverture d'urgence. Le gros boîtier madame, avec le petit bonhomme qui court dessus en suivant la flèche, ça ne vous a pas mis la puce à l'oreille? Non?! En parlant de flèche... punaise, il a de qui tenir votre petit-fils, non?! 

Et cette mère encore ce matin qui me gueule au téléphone, 5 fois de suite dans la même conversation, qu'elle ne comprend pas pourquoi on ne peut pas faire des réunions d'équipes éducatives à l'horaire qui l'arrange parce qu'elle travaille, elle! Il en faut des trésors de zénitude et des répétitions mentales de "elle est con, lâche, dis rien, vas-y raccroche dès que tu peux, laisse, on s'en fout, vas-y dis au revoir là c'est bon raccroche" parce que sinon, elle qui se permet d'être si désagréable, elle a de la chance que moi je ne lui dise pas la vérité : "Votre gosse est mal élevé, ça fait déjà 3 ans que lui, son père et vous, vous nous pourrissez la vie, des réunions on en déjà fait plusieurs et rien ne change, le problème n'est pas scolaire, alors voyez-vous moi aussi je travaille, et bien plus que je ne suis censée le faire et je ne vois pas pourquoi je devrais prendre sur mon temps personnel pour vous redire à tous les 3 exactement la même chose que les fois d'avant. A quel moment vous vous êtes dit qu'en me gueulant dessus, j'allais avoir envie de faire une exception ou de trouver un arrangement pour vous, c'est quand même bien la preuve que vous êtes sacrément conne, non?!"

Bref, moi j'ai cessé d'être trop sympa avec les gens cons depuis déjà un moment parce que j'ai remarqué que ça n'était pas du tout payant, et je pense que certains ont l'impression que je ne fais pas d'effort pour eux mais ils se trompent grandement, je suis au max! Si je ne faisais pas d'effort ce serait invivable, tous ces gens là, que je reçois sèchement (oh ben oui, je suis civile mais pas en mode paillasson non plus, j'ai la courtoisie de laisser à mes interlocuteurs une dernière chance de saisir que là ils abusent) si je laissais aller ma nature, je les pourrirais, ce serait l'enfer pour tout le monde. Je suis hyper affable qu'on se le dise, et bon, ce serait bien urbain que les gens mesurent un peu la dissymétrie de la situation parfois.

Lire la suite

Save the dental assistant, save the world

Publié le 25 Janvier 2022 par makarotte.com

On est samedi, ma collègue Mme Coucoubleu m'annonce qu'elle a fait un test et est positive au Covid, donc branle-bas de combat, c'est parti pour la grande folie des mails et documents à envoyer aux parents, au CLAE, à l'inspection ... Eh oui chez nous, comme partout en France, il n'y a pas assez de remplaçant quand un prof est absent, il n'y en avait déjà pas assez avant la pandémie et rien n'a été fait pour améliorer la situation donc comme il n'y a pas de génération spontanée de remplaçants et qu'en période de protocole sanitaire avancé on ne peut plus répartir les élèves dans les autres classes pour cause d'interdiction de brassage (je ne peux plus le voir ce mot, et pourtant j'aime bien la bière), et bien il faut demander aux familles de garder leurs mômes, voilà, on en est là, gros gros bordel, un samedi soir sur la terre, merci Jean-Michel Blanquer.

Dimanche matin, je vérifie les mails de l'école, histoire de m'assurer qu'il n'y a pas un parent perdu qui a une question. Rien. Tout va bien.

Et lundi matin, voilà qu'un gamin de la classe se pointe. Quand ses parents l'ont déposé au portail, ils n'ont pas pris la peine d'en parler aux collègues à l'entrée bien entendu. Du coup, on se retrouve avec le gamin sur les bras. Moi je suis absente, une collègue appelle la mère qui de façon très désagréable l'informe qu'elle a le droit de nous laisser son gamin parce qu'elle fait partie du personnel médical et donc des personnes pour lesquelles nous devons trouver une solution pour accueillir les gamins même en cas de fermeture de classe pour cause de pas de prof, vu qu'on est dans le cadre de la pandémie et qu'ils luttent contre cette pandémie.

Euh... sur le principe on est ok, et même une fois ses documents vérifiés, on est ok, mais franchement, la meuf est assistante dentaire, alors quoi? Elle a des supers pouvoirs, elle va sauver le monde? Non parce que j'aimerais bien qu'on m'explique pourquoi il est absolument indispensable que l'assistante dentaire soit à son boulot dans le cadre de cette pandémie. Il existe plein de cabinets dentaires sans assistante dentaire et ça n'empêche pas de soigner les gens que je sache. Si le dentiste ne peut pas répondre au téléphone pendant 3 jours et qu'il doit orienter lui même sa lampe, personne ne va mourir ou je me trompe?

Sans déconner... précédemment, dans le même genre de cas, j'ai eu des médecins et des infirmières qui m'ont demandé si on pouvait accueillir leurs gamins, je leur ai dit de quels éléments j'avais besoin, ils m'ont envoyé les docs nécessaires et ça s'est réglé sans aucun problème, rapidement et tout en douceur et civilité. Et l'autre, elle est assistante dentaire et elle me chie une pendule. Et depuis hier matin, son mari, je ne sais pas pourquoi, m'a déjà envoyé par email 4 fois ses attestations d'employeur, les mêmes, 4 fois, comme ça, sans message, ni bonjour, ni rien, juste il me spame avec l'attestation du conseil de l'ordre national des chirurgiens-dentistes qui certifie que sa femme fait parti des soignants. What the fuck?

Ok les gars, va falloir se détendre. On accueille votre gosse à l'école, c'est déjà fait ça. On a compris à quel point être assistante dentaire était un métier essentiel au fonctionnement du système médical, que dis-je, à celui DU SYSTEME. Maintenant faudrait redescendre un peu, sinon à ce rythme là vous allez vous faire un ulcère!

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>