Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
makarotte.com

Ecole, rire et râleries.

La bonne blague

Publié le 6 Avril 2021 par makarotte.com

Le gars est trop fort. L'an dernier, juste au moment on nous découvrions en direct à la télé que les écoles allaient fermer le lendemain soir, on apprenait que notre ministre avait déclaré : "Nous sommes prêts.". 

On a d'abord tiqué, prêts à quoi? Visiblement ce n'était pas les profs qui étaient prêts à faire travailler leurs élèves à distance vu qu'on ne savait pas le matin même qu'on allait devoir le faire, donc on n'avait rien de prêt du tout, à l'époque personne ne préparait de cours à faire à distance sauf s'il travaillait au CNED. Ce n'était pas les infrastructures non plus qui étaient prêtes puisque les fameux cours du CNED n'étaient pas du tout prévus pour être utilisés par des élèves qui ne les avaient pas suivis depuis septembre et la plateforme "Ma classe à la maison" a planté tout comme les différents ENT ont planté ou l'outil de visio-conférence, dès les premières heures de montée en charge.

Mais alors que voulait-il dire notre ministre quand il a dit cela? Sans doute qu'il était prêt à tout, lui, tous les mensonges, toutes les injonctions contradictoires, toutes les saloperies pour user et abuser de ses troupes et tromper les familles. 

OU ALORS, le gars travaille une carrière de comique sur le long long très long terme. De la blague qui s'installe. Un peu comme de l'humour de répétition mais sur plusieurs mois, tu n'en vois la finalité qu'au bout du quinquennat ou un truc du genre.

Je penche pour cette raison parce que je ne vois pas d'autre explication. En effet, deuxième fermeture des écoles un an plus tard et les outils informatiques officiels ne sont toujours pas à la hauteur. Déjà il y a un an, quand on nous interdisait d'utiliser des outils non officiels, tout en ayant des outils officiels qui ne fonctionnaient pas vraiment ou que partiellement pour 15 élèves maximum en même temps et encore pas à n'importe quel moment de la journée, quand les serveurs n'étaient plus en capacité d'accueillir tout le monde, et qu'on nous promettait des outils pour septembre (pour septembre, sans déc' ?!), j'avais la rage. Mais là, 12 mois plus tard ... c'est incroyable.

Et bien si, il faut le croire, 30 protocoles sanitaires plus tard (peut-être même plus, j'ai du mal à en tenir les comptes, vu que j'ai lâché un peu l'affaire cette année), rien n'a évolué. Rien. Seules la consternation, la résignation et la résilience des troupes ont grandi.

Moi déjà l'an dernier en mai et juin je me disais qu'en haut lieu ils avaient eu plus de 2 mois pour préparer la suite et vu qu'apparemment ils avaient préféré travailler uniquement leur communication, leur incapacité et leur inconséquence me rendaient dingue. Mais là ... 12 mois plus tard, ne pas avoir du tout avancé, ça m'afflige. 

Et c'est là, à ce moment précis qu'on arrive à la suite de la blague à JeanMimi, et qu'on réalise enfin qu'il est fort! Vraiment fort de tenir jusque là sans révéler le pot aux roses. Aujourd'hui, comme de bien entendu, tout a planté comme l'an dernier, et chacun, prof, élève, parent, cherchant à utiliser les technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement comme elles s'appellent, s'est retrouvé Gros-Jean comme devant. Oui oui ma bonne dame. Et qu'est-ce qu'il a trouvé notre ministre comme explication (non pas comme excuse parce que ce n'est pas le genre de la maison), il a dit qu'on avait été victimes de cyberterroristes! AH PUNAISE LA BLAGUE DE DINGUE, mais qu'est-ce que je me suis marrée, rrrhooooo ça fait du bien dis donc. Une cyberattaque! Génial! Il est génial ce type, faut oser quand même! Oh c'est fort! Il est très fort! Très très fort!

Les cyberterroristes, eh eh eh, je les vois bien les gars dans leur hangar en Russie, se dire "on va bien faire chier la France en empêchant les élèves de se connecter pour faire leurs devoirs. Après on va demander aux professeurs français de payer une rançon ou sinon ça continuera à marcher uniquement entre 6h et 8h30." Les mecs sont des pros hein, hyper bien renseignés sur la fortune cachée des enseignants français, c'est hyper plausible.

JeanMimi mon idole, quel potentiel comique, quand il ouvre la bouche, c'est le Gorafi à lui tout seul! Moi je pense qu'il devrait monter un spectacle, et prévoir une tournée mondiale, si, si, et partir loin, très loin, en Sibérie peut-être ???

Lire la suite

JeanMimi is the new Martine

Publié le 7 Février 2021 par KRo

On connaissait "Martine fait de la bicyclette", "Martine à l'école", "Martine voit ses copains après 18h et en plus elle leur fait la bise" mais ça c'était le monde d'avant. Maintenant on a les aventures de JeanMimi.

On a déjà eu : 
- "JeanMimi descend en rappel avec un préservatif sur la tête"

- "JeanMimi chie dans les sous-bois mais il a prévu une pile de pages de manuels scolaires pour s'essuyer" 

- "JeanMimi joue avec un engin de chantier dans la cour du ministère et on ne sait toujours pas pourquoi, il a vraiment rien à foutre de ses journées ou quoi?"

- "JeanMimi va à la bibliothèque avec ses gants de boxe et c'est pas bien pratique"

- "JeanMimi demande aux gamins qui ont fait deux mois d'école à distance pendant le confinement, si c'était bien les vacances et toute la classe se demande de quoi il parle ce vieux"

- "JeanMimi joue au youtubeur et poste des vidéos sur fond de verdure qui donnent envie de vomir"

- "JeanMimi galoche une dame dans l'eau mais pourquoi il fait ça? Fuyez madame, fuyez!"

(ouououh celle-là elle est particulièrement dégueulasse)

- "JeanMimi fait du paddle avec sa cravate et son air satisfait et ça fait carrément flipper"

(ouououh la la oui celle-ci aussi elle fait peur)

- "JeanMimi croit mixer comme David Guetta à Ibiza mais il est dans un décor de salle de classe et vous m'enlèverez pas de l'idée que ça souligne son petit air pervers"

(ouououh et celle-là... ouh non là j'arrête les illustrations)

Et je dois en oublier... en tous les cas cette semaine on a eu droit à la sortie de son dernier opus  : "JeanMimi fait coucou aux journalistes tout en s'agitant comme s'il avait envie de faire pipi tout ça pendant qu'une dame donne des instructions qu'il ne suit pas parce qu'il s'en fout il est content de lui" oui le titre est un peu long mais l'histoire est pleine de rebondissements. On y découvre par exemple que JeanMimi est la doublure de Chantal Goya les vendredis soirs et qu'il connaît la chorégraphie de "C'est Guignol" par cœur avec ses coudes au niveau des côtes et ses doigts bien écartés, on apprend également que les gants de boxe dont il se sert pour aller à la bibliothèque ne servent vraiment qu'à tourner les pages des livres parce que sinon il ne tendrait pas les bras comme ça vers l'avant comme s'il comptait souffleter quelqu'un, tiens mais sortez lui une perruque rousse avec un catogan je crois qu'on lui a trouvé un nouveau job, doublure de Mylène Farmer, regardez-moi ça mais oui, l'illusion est totale : devant et "je je suis liberti-ne", en haut, "je suis une catin", devant "je je suis fragi-le", en haut "qu'on me tienne la main". Mais comment a-t-on pu jusqu'à présent passer à côté de cette qualité de jeu, quel acteur, mais quel acteur!

Ce qui est clair, c'est la constance du gars, il semble toujours très content de lui. En fait, moi, outre le placement de produit, je n'avais pas compris pourquoi son slogan c'était "pour une l'école de la confiance", mais en fait il s'agit de la confiance en lui-même, le gars est toujours confiant et content, il est con-con quoi mais comme slogan c'était pas terrible parce que ça portait moins à confusion "pour une école du concon", c'est sûr.

Ce qui est clair également c'est que le gars ne fait et ne dit que de la merde (cf un article faisant référence au livre intitulé "Le fiasco Blanquer") et comme tout le monde l'a répété maintes fois à ses enfants quand ils étaient petits  : "Le caca, c'est caca!". Cela paraît élémentaire comme ça mais visiblement certains adultes n'ont pas été assez prévenus et on le sait, jouer avec des excréments, surtout si ce sont les siens, ou en être un peu trop fiers passés 5 ans, c'est un peu comme faire passer des insectes dans la lame de son taille-crayon dans les toilettes de l'école pendant la récré, ce sont des indices de comportements psychopathes. La définition de psychopathes c'est "individus qui ne ressentent pas d'empathie, ils se soucient peu de ce que les autres ressentent et les utilisent pour atteindre leur but", bon alors quoi, j'ai raison ou pas? 

Lire la suite

C’était une Before ou une After?

Publié le 26 Janvier 2021 par KRo

Le chauffeur de ma limousine s’est avancé, je suis montée, fermant la portière de ma main gantée. Nous avons parcouru les rues souvent désertes, la populace était ailleurs, massée.

Le chauffeur m’a déposée devant la Porte 40, lieu fréquenté uniquement de privilégiés, d’élus triés sur le volet. A l’entrée, quelques manants se faisaient coincer par le vigile auquel je fis signe avant de m’échapper par l’ascenseur. A l’étage, plusieurs salles, plusieurs ambiances, on me mène dans un carré VIP où j’enchaîne pendant près de 4h les cocktails. Quelques amuse-gueules et puis je suis grisée, le sommeil m’appelle, je demande un chauffeur, il arrive et me ramène promptement à la maison.

En vrai, le taxi a sonné 10 min avant l’heure, je me suis précipitée. Bien sûr j’avais les gants, déjà que même avec, j’ai les doigts qui gèlent à m'en faire mal en quelques minutes, alors c’est sûr, je ne sors pas sans. On a pris toutes les voies de bus possibles et toutes les petites rues existantes pour éviter les bouchons, si je comprends bien y’a que moi et les étudiants qui sommes confinés donc. J’suis arrivée devant la porte 40, le bâtiment réservé à l’oncologie. A l’entrée, le vigile exigeait les résultats des tests Covid mais j’ai indiqué que j’allais au 2ème, c’est l’étage des chimios donc je suis montée directement. Là, on m’a fait entrer dans un box puis branchée et j’ai enchaîné les solutions médicamenteuses dégueulasses qui laissent complètement groggy. Un peu avant la fin, j’ai tenté de manger leur salade aux pâtes et aux œufs durs (oui aujourd’hui j’étais un peu guedin), c’était pas terrible, je me suis rabattue sur le yaourt et la salade de fruits. Ensuite, un taxi m’a ramené à tombeau ouvert comme on dit, je pense que cette expression a été inventée par un client de VSL d’ailleurs. Les gars sont au courant qu’ils transportent des malades et sont payés pour cela par la Sécu mais non, non, ils sont taxis et ils le restent et dans le verbe et dans le geste. Il ne m’a épargné aucun nid de poule, aucune bosse de la route, une main sur le GPS, l’autre sur son téléphone parce que bizarrement mon adresse avait donc disparue de tous les logiciels de GPS en seulement 15 jours, incroyable, en même temps quand on écrit tous les mots tout attachés, le GPS il n’aime pas. Le gars, je l'ai reconnu, c'était celui du retour d'il y a quinze jours, déjà il avait tellement galéré avec mon adresse qu'il m'avait demandé si j'en étais sûre. ????? Oui c'est possible, des fois, tu rentres de ta chimio, histoire de t'éclater, tu donnes une adresse qui n'existe pas "Rue de la Saucinette", histoire de partir en road trip. C'est l'effet des œufs durs dans la salade de pâte ça, après tu sais plus où t'es tellement tu pars loin dans le délire. Bon, tu prévois pas que le mec écrive plusieurs fois "ruedelasocinet" sur son écran, ce qui crée une sorte de soirée parallèle dans ta tête mais bon (moi je me suis dis, "Mon con, je vais sûrement pas t'épeler à nouveau le nom de ma rue, tu m'as fait le coup il y a 2 semaines et t'as fini par réussir à la rentrer correctement une fois rendu quasiment au bout de la rue, je vais juste te crier de tourner au bon moment comme ça on enchaînera sur un petit dérapage frein à main, on restera dans le thème."). J’ai même failli vomir lors du passage du dernier coussin berlinois sur lequel il s’est carrément jeté. Je ne vois pas comment on peut, plus que lui, s'éclater en voiture sur un dispositif pareil, d'ailleurs, j’ai lâché un espèce de cri de douleur mêlé de stupeur, et franchement j'ai serré les dents parce que j’ai entrevu la somme de complications en perspective et je n’avais qu’une envie c’était de rentrer, mais il ne l’aurait pas volé mon gerbi sur son tapis!

Lire la suite

Déjà j’avais pas envie d’y aller

Publié le 28 Décembre 2020 par KRo

Je me suis tapé le réveil vers 6h pour aller faire ma prise de sang au labo où il a fallu 30 minutes à la secrétaire pour gérer les 2 vieux devant moi pour lesquels il a fallu attendre qu’ils aillent chacun faire leurs petits besoins dans le bocal pour passer au suivant, parce que bien sûr il ne s’agissait pas de se déplacer de 30 cm pour accéder à un des ordinateurs de part et d’autre. C’est tellement mieux de laisser les vieux et assimilés (ça c’est moi dans ma période vis ma vie de nonagénaire) attendre debout et dans le froid.
«À la file indienne, indienne, indienne 
Tous à la file indienne 
Nous marchons en chantant 
Ti dam, ti di, a ti di li dou ti day 
Ti dam, ti di
C'est facile à prononcer 
Ti dam, ti di 
C'est la chanson qui nous plaît
Chantons ti di li dam, a ti di li dum ti day 
Ti dam, ti di, a ti di li dou di dou 
On rit, on joue, on s'amuse comme des petits fous »
Nan c’est pas vrai, on a froid, il pleut, et on s’est levé à une heure où les KRo ne se sont pas encore entièrement régénérées alors quand on ne travaille plus ce n’est pas une heure où on devrait avoir à se lever pour autre chose que pour partir en vacances! 

M’en fous, j’avais tellement pas envie que j’étais encore à moitié en pyjama! Ah et bien oui on se rebelle comme on peut hein, et mes moyens actuels sont très limités. Donc là j’avais tellement froid en me levant que j’avais décidé que je ne m’habillerais qu’en bas et qu’en haut on n’y verrait que du feu, de toutes façons je n’avais qu’à relever ma manche. Bon alors je suis peut-être passée pour une clocharde devant les 2 vieux et les gens de ce labo que j’ai toujours détestés, mais je m’en fous, ce que je sais c’est que comme ça, en rentrant, vers 7h45, il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour retrouver mon lit « en chantant ti dam, a ti di li dou, ti day ». 

Après mon deuxième levé (oui je suis une princesse, je procède parfois à plusieurs levés) je me suis retrouvée dans le taxi, et le gars, sans masque, a allumé RMC bien fort sur « Les grandes gueules » avec une dame qui disait des saloperies sur l’éducation nationale. Je me suis dit que le tableau était parfait pour une reprise.

Ensuite me revoilà en oncologie. J’ai eu le droit à mon petit plateau chimio, c’est comme un plateau télé mais sans les chips, la bière, la pizza ou le reste de bœuf bourguignon trop bon même réchauffé au micro-ondes. C’est un plateau avec une salade de pâtes au poulet, un bout de pain un peu sec avec un morceau de fromage qui a goût de carton bouilli et un yaourt. Des fois ça change, à la place du yaourt c’est une salade de fruits mais sinon le reste ne change jamais. Ah si, à chaque fois tu peux choisir la salade de pâtes aux œufs à la place du poulet, mais ça c’est si t’es un peu foufou, « ti dam, ti di, a ti di li dou di dou ».

Bon j’avais pas envie donc, mais il a bien fallu y retourner « ti di li dam, a ti di li dum ti day ».

Épisode VI : le retour de la gerbe.

Lire la suite

Afficher plus d'articles

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>